AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 Maximilian | Je te déteste parce que je t'aime.


avatar
Messages : 254


MessageSujet: Maximilian | Je te déteste parce que je t'aime.   Sam 12 Nov - 1:21


Je te déteste parce que je t'aime.

Je déambule dans l’école, la tête un peu dans le vague. Je devrais probablement plus attentive, mais je n’arrive pas spécialement à être concentré surtout quand il y a si peu d’action. Les tours de garde de préfets, parfois c’est bien, surtout quand on est deux et qu’on parle, ou bien quand on prend des idiots dans des situations compromettantes, mais ce soir c’est le calme plat. D’autant plus que j’ai un million de chose en tête depuis quelques temps.  J’ai l’impression que mon cerveau va exploser… ou imploser c’est au choix. Je me sens comme un énorme ballon de baudruche prêt à rendre l’âme. Un ballon qu’on n’arrête pas de charrier de gauche à droite jusqu’à ce que finalement il éclate et que je doive moi-même me ramasser à la petite cuillère.  

Je m’inquiète énormément pour ma famille. Pour ma mère, mon père et même mon parrain.  J’ai peur qu’il leur arrive quelque chose. Les temps sont sombres et quelque chose approche, quelque chose qui chamboulera la suite des événements et je sais ma famille impliqué. Je ne suis pas pour, ni même vraiment contre leurs choix et leurs idéaux, pour moi ça n’a aucune importance, mais je ne veux pas qu’ils leur arrivent du mal. Je serais prête à beaucoup pour ma famille, que les gens pensent qu’ils sont bon ou méchants m’importe peu. En fait, j’en n’ai sincèrement rien à foutre. Et même si ma relation avec eux n’est pas toujours simple. Même si j’ai souvent l’impression de ne pas être à la hauteur des attentes de mon paternel, je ferais tout en mon pouvoir, même s’il est bien maigre, pour qu’ils ne leur arrivent rien. Rien à foutre que ce soit du côté du seigneur des ténèbres ou de celui du ministère de la magie. Ils accordent tellement d’importance, à des choses, qui au final, n’en ont pas tellement.

Un soupire s’échappe de mes lèvres. Ma ronde fini dans quelques minutes et je vais pouvoir aller chasser. J’ai de moins en moins de temps pour le faire et pourtant, c’est probablement en ce moment que j’en aurais le plus besoin. La chasse, surtout la traque, à un effet salvateur sur moi et actuellement, j’ai réellement besoin d’un échappatoire. Échapper à toutes ses inquiétudes et surtout, surtout échapper à ce qui tiraillait mon cœur.  En ressentant quelque chose de la sorte pour Lui, je joue à un jeu dangereux, vraiment dangereux.  C’est idiot. Au début c’était une simple partie. On s’amusait, rien de plus. C’était de la provocation  à l’état pur. C’était… Enivrant. C’était un secret, un truc que je gardais pour moi. Je n’en ai même pas parlé à Alexis. Ça pimentait ma vie et ça me servait d’exutoire un peu comme la traque. Il venait même parfois à Poudlard me voir. Un peu de poli nectar et voilà, le tour était joué. Mais depuis un certain temps, le jeu n’en est plus vraiment un. Et à trop vouloir voler proche du soleil, on finit par se brûler les ailes. Et je ne suis pas le genre de personne qui se brûle aussi stupidement. Le fait d’avoir des sentiments envers lui, c’est comme avoir continuellement un couteau profondément enfoncé dans mon orgueil, et le faire tourner encore et encore, comme une torture sadique.

Maximilian, ce n’est pas le genre de personne qui ce soucis des autres. Ce n’est pas le genre de personne à qui il faut faire confiance et c’est encore moins le genre de personne à qui il faut confier son cœur. Pour lui, tout est un jeu. Avec lui, il n’y a que des dégâts collatéraux, en fait non, Il n’y en a pas, parce qu’au final, il n’y a que lui. La merde des autres, il n’en a rien à foutre à moins que ça est un impacte sur sa propre existence.  Il est égoïste et se plait dans tout ça. Je sais pertinemment que pour lui, je ne suis rien de plus qu’un jeu. Le genre d’amusement dont il va finir par se lasser.  Le pire dans tout ça, c’est que je le sais. Je le sais que je vais en souffrir. Je ne sais que je vais m’en prendre plein la gueule dans cette histoire. Mais je continue. Je continue de jouer avec lui. Il y a probablement d’autres filles.  Je n’en serais même pas étonné.  Après tout, on ne c’est pas juré fidélité.  Mais l’imaginer reste douloureux, parce que je n’arrive pas à contrôler ce que mon foutu cœur ressent et ça, c’est plus frustrant encore que tout le reste.

Je continue de marcher, ruminant ma cuisante défaite contre mes propres sentiments lorsque quelques chose me tire violemment pas le bras et me plaque une main sur la bouche. Mon cœur saute un battement et je dois cligner plusieurs fois des yeux pour me remettre de mes émotions. Je le reconnais immédiatement et le repousse doucement.  Il me lâche afin et je plonge mon regard dans le sien. « Milian, merde tu m’as fait peur. »  Je me laisse tomber sur le mur puis je le regarde un instant. Quelque chose cloche et je le sens. Je l’observe un peu plus attentivement, puis finalement ça me saute aux yeux.  Il porte un uniforme bidon, celui d’un Poufsouffle, qui est maintenant un peu trop petit parce qu’il a reprit sa taille. Je fronce les sourcils.. Il n’est pas venu ici pour me voir. Parce qu’il ne vient pas d’arriver, sinon le poli nectar ferait encore effet. Une bouffée de colère s’insinue doucement en moi,  vicieuse et douloureuse. « Qu’est-ce que tu es venu foutre ici ? » Mon ton est devenu acerbe. Je ne suis pas stupide. Lorsqu’il vient me rendre visite, c’est pour jouer. Alors, il aurait déjà commencé une nouvelle partie ?

© 2981 12289 0

_________________


Parce qu'elles sont meilleures amies : Lex' et Rem' :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Maximilian | Je te déteste parce que je t'aime.   Sam 12 Nov - 14:41


Je Te Hais parce que Je T'aimeRémi & Maximilian
dmn troubles
« I didn't need you until I came to
And I was overwhelmed
and frankly scared as hell... »
Mon plus gros problème, c'est de rester en place. Je ne sais pas le faire. Je pense que je n'ai jamais vraiment su le faire. Quand j'y réfléchis, le seul fait que j'ai quitté le foyer familial en est un indice et je n'étais pas assez vieux, à l'époque, pour seulement pratiquer la magie seul. Je n'en avais rien à faire. J'avais pris une décision (mon très tendre oncle aussi) et j'étais parti. Pas d'excitation particulière et encore moins de regrets, ça me semblait banal, une chose de plus à faire, une étape... Puis c'est devenu une habitude. Toujours bouger, toujours avancer. Rester ancré quelque part était un signe de domination, une domination sourde, muette et impalpable qu'on appelle confort. Ou pire, attachement.
Aussi masochiste que cela puisse sonner, je ne recherchais pas le confort. Quant à l'attachement, ce mot n'avait aucune résonance en moi. Il ne me disait rien. Peut-être le vague souvenir de mes frères, quelque-chose que j'ai pu connaître un temps pour ma mère. Puis j'ai bougé, dans ma tête et physiquement parlant. Je suis parti. Tout me sembla plus simple. En apparence, ça vous semblerait cela dit compliqué : être obligé d'aller au Mexique puis le fuir pour la Mongolie et atteindre l'Ukraine et se laisser tenter par l'Uruguay dans une course haletante. J'aimais ça. Et peut-être même que si j'aimais ma vie de délinquant, c'est parce qu'elle m'obligeait à toujours bouger, ne jamais rester.

Il ne s'agit pas d'un traumatisme. Je ne pense absolument pas être à plaindre. Je suis juste né ainsi. Je suis, au pire, le simple résultat de quelques années d'enfance de gamin pourri gâté et choyé.

Ce n'est pas la question. La psychologie, ce n'est pas vraiment mon truc. Mais peut-être que ça m'aiderait à éviter des plans aussi nuls que celui dans lequel je me retrouvais. J'avais fait les choses à la hâte. Il fallait que je parle à Mattias et vite, ça ne pouvait pas attendre.
Depuis ce qu'il s'était passé à Azkaban, je ne savais plus à quoi m'attendre. Je n'aurais pas dû être en Angleterre, ça n'aurait pas dû me toucher, ça n'aurait pas dû faire même partie de ma vie. Normalement, j'aurais dû être sur une plage d'une île du Pacifique à regarder danser de belles vahinés (cliché, je sais) et j'en aurais eu rien à faire de ce qu'il se passait ici. Des mangemorts en fuite ? Et alors ? Je n'aurais pas dû être concerné car je n'aurais dû être ni mangemort, ni partisan et encore moins auror. Sauf qu'à cette heure-là, j'étais à Poudlard, en Auror forcé, le souffle du ministère dans mon cou prêt à me mettre derrière les barreaux. Et venait s'ajouter à ça le passé : ma famille. Mon frère allait bientôt réapparaitre, je le sentais. Mon père sur ses talons ou dans son ombre. Je n'avais pas envie d'être impliqué. Alors j'avais besoin de faire le vide.

Chose que je fais normalement autour d'un verre avec Mattias, au bar, avant de m'éclipser. Je ne peux pas cette fois. Alors Mattias, autour d'un bureau, ça ferait amplement l'affaire. Je m'étais transformé à l'aide de polynectar, prenant soin cette fois de ne pas abandonner l'élève en plein milieu de La Tête de Sanglier. Abelforth n'apprécierait certainement pas d'avoir du ménage en plus à faire (quoi ?!).
Mais voilà, même à Poudlard, les adultes n'avaient pas de répit. A croire qu'à l'école, finalement, élève ou prof, on était jamais tranquilles. Je ne comprenais même pas pourquoi il s'infligeait ça, sincèrement. Mais qu'importe. On avait à peine pu parler que j'avais dû partir et me cacher dans une pièce abandonnée visiblement.

Aucune fenêtre, aucune lumière excepté le petit filet de lumière passant sous la porte. J'aurais pu éclairer avec la magie mais je savais qu'un professeur était sur mes talons. Je n'avais alors qu'à attendre que McGonagall (je devinais à la description qu'on m'en avait fait) parte et je pourrais partir tranquillement. Sauf que le polynectar cessait progressivement de faire effet. Et même si je ne comptais pas me faire prendre, mon apparence révélée représentait une garantie en moins. De plus, si les professeurs étaient dans les couloirs, c'est que les rondes venaient de commencer.

Il allait falloir ruser, j'en avais conclu. Prendre le risque d'assommer quelqu'un, de lui faire perdre connaissance et prendre son apparence. Je me rendis compte alors que je manquais d'une chose importante pour ça : du polynectar. Dans ma flasque, il ne restait pas grand-chose.
A cet instant même, ma "retransformation" en moi-même s'acheva, menaçant d'éclater les boutons de la chemise, la cape m'étranglant un peu, le pull me serrant et en guise de pantalon, un pantacourt désormais. Dire qu'à Durmstrang, à l'âge de 14 ans, ils faisaient déjà ma taille. Ils mangeaient quoi ici les mioches ?

Je retire le pull et la cape avant de crever et...
Je colle mon oreille contre la porte précipitamment, entendant du bruit. J'ouvre un peu la porte, tentant de voir qui était là. C'était ma chance. Je devais tenter de sortir d'ici sans m'attirer les foudres de mon "collègue" Seth. J'ai à peine le temps de reconnaitre Rémi et y réfléchir que je l'attrape, la tire à l'intérieur de la salle et couvre sa bouche. Je lui intime avec empressement le silence, l'adrénaline courant dans mes veines. Un sourire se dessine sur mes lèvres et je la relâche, mon regard ancré dans le sien. « Milian, merde tu m’as fait peur. » J'élève un sourcil, prêt à répliquer une bêtise mais je m'abstiens, pensant toujours à ma situation. « Qu’est-ce que tu es venu foutre ici ? » Je cligne des yeux, un peu surpris par son ton mais je souris et me gratte derrière l'oreille. Je ne devrais pas être surpris, c'est du Rémi tout craché, cette petit fougue... C'est certainement ce que j'appréciais aussi chez elle. Aussi...?

« La petite lionne est de bonne humeur on dirait, hein ? » J'élève un sourcil, un grand sourire sur les lèvres. Je ne sais pas ce qui va me tomber dessus visiblement. Je poursuis. « C'est compliqué. Tu ne veux pas savoir. » Je balaye sa question car en effet, elle ne veut pas savoir. A sa place, je n'aurais pas voulu savoir. Bon, moi, j'en aurais rien eu à faire en vrai. Mais franchement, savoir qu'il y avait des aurors à Poudlard ? Que j'en étais un ? Que j'en étais un parce que j'étais un délinquant sous contrôle judiciaire ? Que je venais parler de ma famille échappée d'Azkaban à mon meilleur ami, son professeur assistant ? Cela me paraissait peu idéal. « Puis ce n'est pas le moment de toute façon. Si on se fait prendre, là, maintenant, on aura l'air malin tous les deux. En gros, j'ai besoin de l'aide de ma préfète préférée. Hm ? » Mon ton est taquin alors que je me rapproche d'elle, me balançant de droite à gauche, glissant deux mains sur sa taille gentiment.

Un geste innocent.
Comme il y en avait eu d'autres. Je ne me souviens plus comment ça a commencé.
C'est faux. Je sais très bien. J'étais seul à tenir le bar ce jour-là. Elle était seule à venir. Une bouffée d'air frais. Ce n'était que taquin, innocent, blagueur. Un jeu en outre. Cela ne pouvait être autre chose, ça n'avait pas traversé une seconde mon esprit. C'est normal ainsi, non ? Puis elle était jeune, vive, à cet âge, on passe d'un truc à un autre. On était sur la même longueur d'ondes. Ça, c'était certain. J'ai pris goût à la voir débarquer au bar le week-end. Si bien que je venais à mon tour durant la semaine, déguisé, pour sentir son odeur, pour voir son sourire, pour sourire moi-même, pour ce coup du jus, l'adrénaline. Je ne mentirai pas, c'est grisant. Je ne me rends pas compte que cette fois, c'est différent. Tout est différent. Il n'y a que moi qui m'acharne à rester pareil. Je ne sais pas faire autrement. Je ne sais pas être autrement. J'en ai nulle intention de toute manière.
J'en ai aucune raison. Si ?
© 2981 12289 0

_________________






Kill me softly ; Close my eyes with your hand ; I can no longer even run away



you're too sweet






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 254


MessageSujet: Re: Maximilian | Je te déteste parce que je t'aime.   Sam 12 Nov - 22:08


Je te déteste parce que je t'aime.

Il a l’air surpris par mon ton, parce qu’il cligne plusieurs fois des yeux avant de reprendre contenance et me fait un petit sourire, le genre dont seul lui à le secret. Mi amusé, mi manipulateur. Juste à voir se petit sourire, je sais qu’il va me sortir une connerie avant d’esquiver ma question.  Il lève un sourcil et les commissures de ses lèvres s’étirent un peu plus encore.  « La petite lionne est de bonne humeur on dirait, hein ? » Je ne peux m’empêcher de sourire à cette remarque. Il m’appel comme ça depuis le début. Le début de la partie. C’est ironique parce qu’habituellement je n’extériorise pas.  J’ose croire que je suis quelqu’un d’assez fermer et  froid en général, mais avec lui c’est différent. Il a toujours eu le dont de me provoquer suffisamment pour  me faire sortir de ma zone de confort. Les émotions, ce n’est définitivement pas ma tasse de thé. Que se soit de l’excitation qui fait voler une nué de papillons dans mon ventre ou de l’adrénaline qui s’insinue comme une drogue dans mes veines.  Et puis… il a l’orgueil, chose que je ressens rarement, parce que j’ai une forte tendance à ne jamais la mettre en danger. L’orgueil, lui, engendre la frustration. Une frustration aiguë. Surtout depuis que j’ai pris conscience de ce que je ressens pour sa petite personne. Chose totalement stupide et problématique, mais malheureusement,  je suis contrainte par mon cœur à le ressentir. Parfois, je dois avouer que cette chose, ce sentiment, lui,  me frustre tellement que j’aurais envie de lui bouffer sa trachée jusqu’à ce qu’il meurt tout bonnement. Mais bon, ce ne serait pas civilisé n’est-ce pas ? D’autant plus qu’un séjour à Azkaban aussi jeune, c’est plutôt dommage. Par ailleurs, ce surnom m’a toujours  bien fait rire, parce qu’il ignore à quel point il est proche de la réalité.

Je continue de le regarder, attendant la suite. Parce que c’est sur et certain qu’il y a une suite. Et je n’ai pas à attendre trop longtemps, parce que quelques secondes plus tard il balaye littéralement ma question.  « C'est compliqué. Tu ne veux pas savoir. » Je pince mes lèvres. J’aimerais vraiment  pouvoir décider par moi-même ce que je veux savoir ou non. Mais je savais d’avance qu’il ferait ça. Je devrais parier, au moins je me ferais de l’argent.  C’est fou à quel point Maximilian se croit totalement imprévisible, alors qu’au final, c’est totalement le contraire. Il a une attitude de je-m’en-foutisme tellement poussé que sa vie est régie par son égoïsme.  Il y a des jours que je n’arrive pas à croire que ce soit de cette personne pour qui j’ai des sentiments. Comment peut-on ressentir de l’amour, ou en tout cas, quelque chose qui s’en approche, pour quelqu’un qui au final se fou éperdument de soi ? C’est d’un ridicule accablant. Que dis-je, JE suis ridicule.

« Puis ce n'est pas le moment de toute façon. Si on se fait prendre, là, maintenant, on aura l'air malin tous les deux. En gros, j'ai besoin de l'aide de ma préfète préférée. Hm ? » Il me regarde, taquin, avant de s’avancer un peu plus vers moi et poser ses mains sur mes hanches. Un long frisson parcourt ma colonne et je sens le rouge me monter aux joues. Par chance, il fait tellement sombre dans la pièce que ça lui est impossible de le remarquer. Je ferme les yeux  un instant. Bordel Rémi, reprend toi, tu es pathétique. Oui pathétique, voilà. C’est exactement ce que je suis en ce moment. Je devrais lui dire non. Je devrais l’envoyer se faire foutre par un troll. Je ne devrais même pas ressentir ce genre de chose lorsqu’il me touche. Mais voilà. Je suis pathétiquement faible fasse à lui. Le pire, c’est que je suis totalement consciente que c’est de la manipulation. J’ai l’habitude. Je vis dans un monde entourer de gens manipulateurs. À la différence que lorsque je me laisse faire, habituellement, mon amour propre ne s’en prend pas plein la gueule.  Parce que  je ne suis pas stupide, s’il y a un risque,  je ne me laisse pas faire. Mais avec cet imbécile je n’y arrive pas. J’ai beau me livrer un combat contre moi-même, je sais qu’il est perdu d’avance. Je sais déjà que je vais lui dire oui, que je vais l'aider à sortir de l'école parce qu'il est dans la merde et c'est ce qu'il veut. Et ça, ça me fait d’autant plus chier dans ses conditions.

Je ferme les yeux un instant, pour me donner du courage… Ou bien pour tuer les dernières parcelles d’amour que j’ai pour moi-même ? Je l’ignore, mais je sais que j’ai besoin de cette seconde de répit.

Je finis par soupirer, puis plonger mon regard dans le sien. « Je vais te faire sortir, mais tu la fermes et tu me suis sans faire l’imbécile. Je n’ai pas envie qu’on soit dans la merde. C’est clair ? » Mon ton était sec, sans appel. Il acquiesce à toutes mes conditions, puis je le prends par la main pour l’entraîner près de la porte que j’entrouvre doucement.  Je vérifie qu’il n’y est personne avant de m’engouffrer dans le couloir, Milian sur les talons. L’avantage d’être sortie du château presque toutes les nuits depuis pratiquement sept ans, c’est que je suis devenue une experte dans le domaine. Avant même d’être préfet je connaissais une bonne partie des rondes  de soir et de nuit. Maintenant, c’est seulement plus facile. Parce que même si je me fais prendre, j’ai le droit d’être dans les couloirs à cette heure.  Par contre, aujourd’hui je dois primordialement faire plus attention, moi ça passe. Milian un peu moins.

Je marche d’un bon pas et je le traîne derrière moi en restant attentive à tous les bruits aux alentours. J’aurais beau dire, qu’il me fait chier, ça reste excitant. L’interdit, c’est toujours excitant, surtout avec lui.

J’entends des bruits de pas et je le plaque violemment derrière une statue. Je sens son corps plaquer contre le mien et je peine à faire revenir mes pensées au moment présent. C’est-à-dire aux deux professeurs qui passent, inconscient de notre présence, à moins de deux mètres d'eux.

Après  une bonne demi-heure de se manège, nous sommes enfin arrivé à l’extérieur, mais la partie n’est pas encore jouer. Je l’entraîne dans une course effrénée vers le saule cogneur.  La meilleure solution qui s’offre à lui est le passage secret qui ressemble à s’y méprendre à un terrier de lapin  au géant,  dissimulé au travers des racines de celui-ci. Il mène directement à la cabane hurlante.

Je lance rapidement un sortilège à l’arbre afin qu’on ne se fasse pas tuer par les branches puis je l’entraîne vers le trou. Je lâche finalement sa main puis me glisse à l’intérieur. Il me suit de près et nous marchons  tranquillement un petit moment avant d’attendre enfin la trappe qui mène à la vieille baraque hantée.  Je l’ouvre d’une seule main avant de m’engouffrer à l’intérieur.


© 2981 12289 0

_________________


Parce qu'elles sont meilleures amies : Lex' et Rem' :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Maximilian | Je te déteste parce que je t'aime.   Dim 20 Nov - 23:20


Je Te Hais parce que Je T'aimeRémi & Maximilian
dmn troubles
« I didn't need you until I came to
And I was overwhelmed
and frankly scared as hell... »
Elle ne le voit certainement pas dans la pénombre de cette salle de classe. Mais mes yeux, ils pétillent. En sa présence, j'étais la mèche et elle le feu. Je n'attendais qu'une chose, que ça fasse boom. Avec Rémi, ça pouvait faire boom de tellement de manières, souvent bien plus silencieuses qu'on ne pourrait s'imaginer une explosion réelle.
Il y avait quelque-chose de fascinant dans ce petit bout de femme et je n'était pas triste que nos chemins se croisent : ce genre de rencontres teintent notre vie et notre chemin. Je vois notre parcours sur cette bonne vieille planète comme une peinture et la mienne est bien colorée. Surtout comparée à celles des membres de ma famille.

Pour en revenir à ma rencontre avec Rémi, sans celle-ci, à cette heure-ci, j'aurais été contraint d'avoir une discussion des plus gênantes avec les professeurs de Poudlard sur les raisons de ma présence dans le château. J'avais beau avoir le titre d'auror maintenant, en couverture qui plus est, il n'en restait pas moins que je devais avoir de bonnes raisons pour être là. Ils avaient été formels la dernière fois sur le sujet. J'en roule presque des yeux en y repensant : que craignaient-ils ? Que je donne cours ? (Enfin, ils auraient de solides raisons de s'inquiéter si l'envie m'en prenait) Que je blesse les petites écolières ? Que je les corrompe ? Que je m'amuse à faire l'élève ? (Euh, en fait, je le faisais ça...)
En outre, il fallait vraiment qu'on m'aide si je ne voulais pas qu'on me signale au bureau des Aurors. Cela remettrait en question ma liberté conditionnelle et il en était hors de question. Cette capture me coûtait déjà assez cher - fichu sorcier chinois - alors si en plus je finissais à Azkaban... Pas maintenant.

La réponse de la blonde se fait légèrement attendre. En aurait-elle marre ? Ou mon petit jeu n'opère plus ? Ce serait franchement dommage, j'avais encore à partager avec elle et... « Je vais te faire sortir, mais tu la fermes et tu me suis sans faire l’imbécile. Je n’ai pas envie qu’on soit dans la merde. C’est clair ? » Elle coupe court à mes pensées par sa prise de parole. J'ai à peine le temps de saisir tout ce qu'elle me dit mais quand elle me demande si c'est bien compris, je n'ai d'autres choix que d'acquiescer vivement comme un enfant de chœur. Son ton ne laisse pas d'autres options de toute façon.

Mon sourire s'agrandit quand je la sens me prendre par la main et me tirer avec elle : que l'aventure commence. Ça y est, la pulsation dans mes veines, la ruée dans mes veines, le fameux kick d'adrénaline : il vient. Silencieux, je suis la jeune sorcière, admirant à quel point elle semble sûre d'elle. Elle est préfète, elle connait la ronde des professeurs et des autres préfets. Elle est élève, elle connait bien les lieux. Elle est espiègle, elle a sûrement déjà pensé à mille façon de s'échapper de ces murs. Comme moi-même, il y a quelques années, dans le grand nord, entre les pierres froides de la bâtisse de Durmstrang.
J'ose donc, par expérience, imaginer que quelque part, elle ressent aussi cette pulsation envoûtante dans ses veines. Le danger modéré, l'interdit, la prudence, l'audace de la situation. Haletant.

Je me fige derrière elle et par sa réaction, je sais qu'elle a entendu comme moi du bruit. Elle se plaque derrière une statue et mon corps suit comme dans une réaction en chaîne. Si la première demi-seconde, je suis préoccupé et surpris, très vite mon visage se brise dans un sourire en coin quant à la situation. Je pourrais me faire à ça. J'ai presque envie de le dire à voix haute pour apprécier sa réaction mais je ne peux pas. Je me dégage et l'évasion reprend.

Une fois dans le parc, en train de courir derrière Rémi, je suis exaspéré. Un tel dispositif de rondes pour quelle raison ? Avait-il tellement peur que les élèves sortent ? A ce stade, autant payer un auror - comme moi, honnêteté même - pour le faire. C'était ridicule !
Mais je ne bronche pas, je ne traîne pas, je suis ma commandante en chef et l'admire immobiliser le saule cogneur avant d'emprunter un passage secret. Finalement, Poudlard avait ses intérêts...

Sa main quitte la mienne alors qu'elle s'enfonce dans le passage. Un dernier regard vers le parc et le saule puis je m'enfonçai à mon tour dans la pénombre. J'avais bien plus de mal à passer qu'elle, j'étais plus grand, plus carré, moins habile. Elle était menue, agile... féline. Une vraie lionne.

Je me hisse enfin hors du tunnel et, alors que je pense me trouver à l'extérieur, je me retrouve dans une pièce peu meublée et poussiéreuse. Je toussote, fronçant les sourcils avant de refermer la trappe. Tournant sur moi-même pour mieux observer, un sourire éclaire mon visage jusqu'alors renfrogné. « La cabane hurlante... j'aurais dû savoir que cette vieille maison abritait des secrets. Par contre, elle mériterait un petit ménage... » dis-je en regardant le sol encore une fois. Mes yeux tombent finalement sur Rémi et mon sourire reprend sa place sur mes lèvres. « La prochaine fois, je saurai du coup par où passer. Qu'est-ce que je ferai sans toi ? » demandai-je en déambulant dans l'espace, la regardant toujours les yeux brillants de malice.

Maintenant que j'étais là, je n'avais pas très envie de sortir. Traitez-moi d'enfant, j'étais intrigué par les lieux. Peut-être pouvais-je en faire mon havre de paix temporaire, enfin si personne n'en avait déjà eu l'idée. Mais franchement, qui ? Seth était toujours à l'intérieur du château, les élèves avaient certainement plein d'autres cachettes et allaient souvent en cours, les professeurs dispensaient les cours... Avec tout ça, elle devait être bien libre un jour dans la semaine cette bonne vieille baraque. Enfin pas sûr que je veuille m'asseoir dans la poussière.
Idée à réviser.

J'arrête mon petit tour de la pièce une fois dans le dos de Rémi et passe à nouveau mes bras autour d'elle. Je ne fais de l'excès de remerciements. Ce n'est pas mon genre, de faire des révérences pendant trois siècles quand j'ai enfin obtenu ce que je voulais. Quand j'ai, je pars avec. Alors non, j'apprécie juste le moment. Une jeune sorcière, jolie, maligne et fougueuse ; c'est difficile de résister à l'envie de l'embêter. « Tu n'en es pas à ton coup d'essai, je me trompe ? J'aime bien ce côté insaisissable... » Je finis ma phrase en chuchotant avant de déposer un baiser sur sa tempe et je la lâche délicatement, mes mains glissant sur ses bras rapidement. « Tu comptes rester un peu ou partir ? La première idée ne me dérangerait pas, histoire de penser à autre chose » c'est là que je lui sors mon sourire de premier de la classe.
Après la sombre discussion avortée avec Matt, je n'avais qu'un besoin : me changer les idées. Je me rends d'ailleurs compte que j'en ai dis plus que je n'aurais dû : le fait de vouloir penser à autre chose. Mais Rémi ne s'intéresse probablement pas à ça. Ni même à l'origine de ma présence à Poudlard – j'ignore alors que je me trompe totalement. Je crois qu'on va passer à autre chose, reprendre notre petit jeu un peu avant de rentrer. Voilà ce que je crois.

Je me laisse donc tomber dans un siège dépoussiéré à coup de baguette et la regarde, interrogateur.
© 2981 12289 0

_________________






Kill me softly ; Close my eyes with your hand ; I can no longer even run away



you're too sweet






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 254


MessageSujet: Re: Maximilian | Je te déteste parce que je t'aime.   Mar 13 Déc - 21:41


Je te déteste parce que je t'aime.

Dès que la trappe tombe sur le sol, un gros nuage de poussière s’élève dans les airs et se met à danser autour de nous. Je sors et laisse de la place à Milian pour qu’il s’extirpe à son tour de ce trou à rat (ici, vous pouvez le prendre au sens littérale du terme, il y a une énorme quantité de rats qui vivent dans se tonnelle, et quand je dis énorme, je n’exagère pas…). Il fronce les sourcils avant de refermer la trappe qui laisse s’envoler un autre nuage. Il tourne sur lui-même pour observer les lieux, probablement étonné de ne pas se retrouver dehors, mais plutôt à l’intérieur d’une vieille maison. J’attends, pour voir s’il va deviner ou nous sommes, après tout, c’est sans doute la baraque la plus connue à plusieurs lieux à la ronde. La cabane hurlante m’a toujours fasciné, au contraire de plusieurs qui en ont peur. Elle tient là depuis… Depuis une éternité, le temps faisant ses ravages, mais il n’enlevait rien à sa beauté mythique et au mystère qui l’entoure. J’aime bien venir y faire un tour parfois. D’autant plus que c’est un endroit idéal et à l’abri des regards indiscrets pour y rencontrer des gens un peu moins politiquement fréquentable selon la loi.

Il laisse son regard se promener sur le sol encore quelques instants. « La cabane hurlante... j'aurais dû savoir que cette vieille maison abritait des secrets. Par contre, elle mériterait un petit ménage... » Touché, pense-je. Et il n’a définitivement pas tort, cette maison est dans un fouillis incroyable, mais je n’arrive pas à l’imaginer propre et bien ranger, sans cette énorme pellicule de saleté au sol. J’ai l’impression que ça lui enlèverait de son charme, même si coté sinus, on s’en porterait tous mieux. Enfin tous, c’est un grand mot, puisqu’on n’est pas tant que ça à venir ici.

Il relève finalement les yeux vers ma personne puis me sourit de son espèce de sourire espiègle. Ce garçon, doit avoir un million de sourires différents et malheureusement pour moi, ils me font tous fondre, même cette espèce de petite moue manipulatrice qu’il m’a fait tout à l’heure. « La prochaine fois, je saurai du coup par où passer. Qu'est-ce que je ferai sans toi ? » Je lève les yeux au ciel et mon sourire disparaît un peu. On dirait un compliment à double sens. Un truc moche, suivie d’un pseudo truc gentil, pour faire passer le commentaire un peu pourri. J’ai l’impression de lui être seulement utile et ça m’énerve. Ça me frustre d’avoir l’impression d’être une partie de son jeu qui s’achève. Je déteste ce sentiment, cette impression d’être une chose sans importance. D’être seulement utile quand ça l’arrange.

Pendant que mon cerveau roule à toute vitesse et que mon impression d’être un petit être pathétique s’accentue face à lui, il tourne distraitement autour de ma personne avant de se glisser derrière moi et d’enrouler ses bras autour de ma taille. Un énorme frisson remonte le long de ma colonne vertébrale. *Stupide corps. Stupide idiote. Stupide. Stupide. Stupide. Je ferme les yeux, pour essayer de reprendre contenance alors qu’il reprend la parole. « Tu n'en es pas à ton coup d'essai, je me trompe ? J'aime bien ce côté insaisissable... » Il finit sa phrase en me chuchotant à l’oreille, ce qui malheureusement pour moi – et pour ma dignité – me fait frissonner de nouveau. Il se penche encore un peu plus et m’embrasse délicatement la tempe. J’ai l’impression que mon cerveau fait un courser cuit avant de se remettre en marche. J’acquiesce de la tête à sa question, pas encore totalement remise de mes émotions. Il glisse rapidement ses mains le long de mes bras avant de se déplacer devant moi. « Tu comptes rester un peu ou partir ? La première idée ne me dérangerait pas, histoire de penser à autre chose » Il finit sa demande avec son espèce de sourire de beau garçon étampé sur le visage. Celui-là même qui me fait fondre comme une barre de chocolat au soleil et qui, par la même occasion, fait s’émietter en petits morceaux ridicule mon amour-propre.

Le problème c’est que je n’en peux plus. Je n’arrive visiblement pas à éradiquer mes sentiments pour lui. Je n’arrive plus à jouer sans piler sur mon orgueil. Je ne peux simplement pas continuer sur cette voie. Je n’ai jamais eu une tendance pour l’auto destruction et agir comme ça, comme une petite chose utile, ce n’est pas moi. Je veux dire, j’ai toujours vécue avec des manipulateurs, Alexis, mon père, mon parrain. Ils le sont tous, mais habituellement, je me mets des limites, que je respecte pour me préserver. Mais avec lui je n’y arrive pas. En sa présence je suis faible. Au début, pour moi aussi c’était un jeu. Il me donnait l’impression d’être plus vivante. Il me procurait des sensations qui me faisaient me sentir bien. Et puis, mes sentiments ont commencé à me jouer des tours, je jouais, mais… Plus pour les mêmes raisons. Je jouais parce que je voulais être avec lui. Ce garçon, c’est un peu comme une drogue, parce qu’il provoque en moi des émotions que je ne ressens pas habituellement. Parfois c’est pour le meilleur, parfois pour le pire. Parce que je n’avais jamais été amoureuse, mais en contrepartie personne n’avait fait monté une aussi grande frustration en moi non plus.

Il est toujours devant moi, à attendre ma réponse, à attendre que je lui dise oui, parce que je ne lui ai pratiquement jamais dit non. Et il le sait. Il sait qu’il me tient entre ses pattes et ça me fâche. Je suis en colère contre lui, contre moi, contre mon cœur, contre ma tête, contre son sourire d’ange, contre son regard qui me fait autant d’effet. Je suis en colère parce que la situation m’échappe. Parce que je n’arrive pas à contrôler mes propres émotions. Parce que mon orgueil et mon amour-propre ne sont plus qu’un petit amas de cendre. Il a tout brûlé. Tout. J’ai envie de l’envoyer se faire mettre par un troll. J’ai envie de l’embrasser. J’ai envie de disparaître six pieds sous terre. J’ai envie qu’il me touche. J’ai envie de lui foutre une baffe. J’ai envie de tout ça en même temps et je ne sais plus ou me mettre là-dedans. Comment ils font les autres ? Je veux dire, comment ils font pour supporter tout ça sans tout faire péter ?

Je ferme les yeux une seconde pour me donner du courage. Parce que je vais lui dire non. Je dois lui dire non. Il en va de ma santé mentale. Je sais que ça va faire mal, parce que ça fait déjà mal. Mais je ne peux pas continuer comme ça. Je ne peux pas être une chose. Je ne suis pas une chose. J’ai tout fait pour être forte dans ma vie et là, avec lui, je suis en train de me ramollir. Je suis en train de me transformé en guimauve pathétique et je ne peux pas. Je. Ne. Peux. Pas.

Je prends une dernière grande inspiration avant d’ouvrir les paupières et de plonger mon regard dans le sien. « Non. » Sur le coup, il parait surpris, alors je continue. « Non, je ne resterai pas. » Je m’humecte les lèvres. « Je ne resterai pas ce soir. Et d’ailleurs, je ne resterai plus jamais. Je ne joue plus. » Toujours se regard surprit. « J’en ai ma claque de t’être utile. J’en ai ma claque d’être un truc que tu peux utiliser comme un petit toutou. J’en ai ma putain de claque que tu te crois tout permis et que moi je dise oui comme une foutue bonniche. » À ce moment, j’aurais dû tourner les talons et foutre le camp par la trappe, mais je n’y arrive pas. Mon cerveau m’a clairement lâché, parce que je continue de parler, incapable de m’arrêter. C’est la colère et la frustration accumulé depuis des mois qui parle. Mais le temps que ma conscience comprenne ce qui est en train de se passer dans ma tête. Il est déjà trop tard. Je ne peux plus m’arrêter. « Sérieusement, tu prends tout le monde pour des cons que tu peux utiliser ou juste moi ? En fait non, ne réponds pas. Je sais déjà la réponse. Tu prends littéralement tout le monde pour des idiots. Parce que de toute façon tu t’fous de tout le monde. Tu te fous de tout et de tout le monde sauf toi. Tu es la personne la plus égoïste que je connaisse Maximilian. T’en a rien à foutre des conséquences de tes actes. T’en a rien à foutre des gens qui t’entourent. Pour toi tout est un jeu. Une putain de partie. Une fois que t’as fini de jouer, tu nous jettes, parce que tu t’ais lassé. On t’apporte plus assez de plaisir c’est ça ? Tu as réussi à nous manipuler jusqu’au bout et après on est plus intéressant ? » J’ai dit tout ça en un seul souffle. Je reprends ma respiration et je continue. « Et moi, en belle idiote que je suis, je devrais continuer ? Je ne suis pas stupide tu sais, enfin, si parce que si je ne l’avais pas été j’aurais arrêté depuis longtemps. Je ne serais pas tombée amoureuse de toi et je n’aurais pas réduit mon amour propre à néant. » Est-ce que je viens réellement de dire ça à voix haute ? Merde. « Je n’arrive pas à croire que je peux ressentir ça pour toi. Pour quelqu’un comme toi. Surtout en étant pleinement consciente que je suis qu’une pauvre fille parmi les autres. Qu’une partie de plus pour amuser ta petite personne. Tu me fais chier. Tu me fais tellement chier. Ton espèce de petit sourire manipulateur hypocrite me fait chier. Parce que je le sais que je vais être utilisée. Utilisée pour ensuite être jetée comme un vulgaire déchet. » Plus je parle, plus la colère gronde en moi. Je mélange ma colère contre lui et celle que j’ai envers ma petite personne. Tout est un peu floue dans ma tête. Je ne réfléchis pas en parlant. Mon ton est élevé depuis le début. Il continue de monté tout au long de ma tirade. « J’arrive pas à croire que je t’ai laissé m’utiliser aussi longtemps. Que je t’ai laissé faire. C’est comme tout à l’heure. Tu n’étais pas heureux de me voir. T’étais juste content parce que t’avais besoin qu’on te sorte de la merde dans laquelle tu t’étais foutu comme un grand. D’ailleurs t’allais voir qui ? T’allais voir quoi ? Une autre fille ? Et puis merde, quand je te pose une question, arrête de dire que je ne veux pas le savoir. T’en sais foutrement rien de ce que je veux savoir ou non. T’en aucune putain d’idée de ce qui se passe dans ma tête. Le pire, c’est que tu dis ça parce que toi tu ne veux pas en parlé. Parce que toi tu considères que ce n’est pas important. Parce que tu considères que ton opinion vaut mieux que la mienne. J’en ai ma claque que tu me prennes pour une conne. Je ne suis ni aveugle. Ni sourde et mon cerveau se porte bien, alors arrête. Arrête de prendre les gens pour des cons. Le pire dans tout ça, c’est que » Je me mets à le pointer du doigt. « TU te crois tout permis. TU te penses meilleur que tout le monde. TU crois que tu peux utiliser les gens à ta guise. » Je me sens trembler, plus je parle plus je tremble. C’est une sensation étrange. J’ai l’impression que tout mon corps picote. « J’en ai ma claque d’avoir mal à cause de toi. J’en ai ma claque d’être une pathétique petite chose par ta faute. J’en ai ma claque de me sentir manipulée et utilisée. J’en ai ma claque que tu me prennes pour une connes. Le pire c’est que je sais que tu joues avec moi depuis tellement longtemps. J’ai seulement été conne de continuer cette putain de partie de merde. J’ai juste été conne de pas t’avoir envoyé de faire foutre avant. Avant de tomber amoureuse. Avant que ça commence à faire vraiment mal. Avant que je m’en prenne plein la gueule. » Il esquisse un geste sur le côté comme si inconsciemment, (ou consciemment ?) il essayait de se soustraire à mes paroles. Mais je n’ai pas fini. Je veux me vider le cœur jusqu’au bout. De toute façon, rendu ou j’en suis … Et puis j’espère sincèrement qu’après, lorsque je tournerai les talons pour partir, je me sentirai plus libre.

Je sens encore les picotements dans mon corps. C’est étrange, la sensation m’est familière mais en même temps, tellement inconnue. Il me regard étrangement, un oz de peur dans le regard. Il tente un autre mouvement pour s’écarter de moi. Mais je le retiens avec ma patte. Je crois que je le mets plus de force que prévue parce qu’il bascule au sol. J’ai toujours ma patte sur son corps. Il est terrorisé. Terrorisé ? Je regarde ma main qui est sur lui et je vois une grosse patte. Une grosse patte noire toute poilue. J’écarquille les yeux. Comment est-ce possible ? Quand est-ce que je me suis transformée. Je ne m’en suis même pas rendu compte. Je regarde autour de moi et je remarque les lambeaux de mes vêtements. La panique s’empare de moi. Je ne me suis jamais, JAMAIS, sans le vouloir. Je recule le plus loin possible de lui, dans le fond de la pièce. J’essaie de prendre le moins d’espace possible tout en le regardant du coin de l’œil. Qu’est-ce que j’ai fait ?

© 2981 12289 0

_________________


Parce qu'elles sont meilleures amies : Lex' et Rem' :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Maximilian | Je te déteste parce que je t'aime.   Dim 8 Jan - 22:51


Je Te Hais parce que Je T'aimeRémi & Maximilian
dmn troubles
« I didn't need you until I came to
And I was overwhelmed
and frankly scared as hell... »
C'est difficile d'admettre pour toute personne orgueilleuse qu'on apprécie telle ou telle chose. Mais c'est d'autant plus difficile quand il est question de personnes. Je ne pense pas être particulièrement orgueilleux, je suis juste un garçon produit de la débrouille. Je ne me repose que sur moi et de temps en temps, Matt se trouve sur mon chemin et m'épaule. Mais c'est bien le seul. Je ne contrôle pas mon environnement, j'ai appris à accepter cette réalité alors je joue continuellement avec le mécanisme de celui-ci, saisissant le bon moment pour que le tour de magie fasse son effet et tourne à mon avantage.
Tout est calculé. Il n'y a que très peu de place pour l'improvisation, en fait, même celle-ci est placée à des moments précis. Mes moments de liberté totale sont devenus donc très restreints depuis que je dois jouer les aurors pour le ministère et éviter de passer par la case Azkaban. Je n'ai que très peu de temps pour le vrai moi, celui qui vogue d'une place à l'autre. J'ai alors encore moins de temps pour les imprévus autour de moi.

Je savais très bien ce que pensais Daffy au sujet de Rémi, que ce n'était pas une bonne idée de voir une élève. Et que c'était encore bien plus problématique que d'apprécier sa présence. Je ne comprenais pas ce qu'elle voyait de mal à ça : j'avais apprécié de nombreuses présence, dont la sienne à elle aussi. Mais Daffy portait sur cette connaissance un autre regard et je refusais de voir les choses de son angle à elle.
Par contre, sans grand mal je pouvais admettre les qualités de la jeune blonde : elle était mature pour son âge, elle dégageait un certain charisme et était une excellente sorcière en devenir. J'aurais voulu voir ce qu'elle donnerait en sorcière accomplie...

Et c'est exactement là que je me trahis.
Avec moi, les gens ne sont jamais projetés dans le futur... car je ne reste pas assez longtemps pour ça. J'aime aussi croire que je suis comme ça et je n'ai aucune intention d'être autrement. C'était le fait de rester coincer à Pré-au-lard, de voir défiler les élèves, de toujours leur parler, je me complaisais bien trop dans mon rôle.
Je voulais croire que pour moi, ce serait facile de tout arrêter mais que pour eux en revanche... Je me disais qu'ils étaient jeunes, oublieraient. Que les adultes en verraient d'autres. Et que Matt avait l'habitude de mes échappées. Car oui, le moment venu, j'allais m'éclipser de là, c'était écrit. Aucune prison ou punition n'était assez grande pour me tenir en place.

Enfin ça, je le croyais.
J'attendais que Rémi me dise quelque-chose, rentre dans mes combines, qu'elle me joue un tour qui allait sans aucun doute me clouer au sol (car elle était douée pour me surprendre). Mais son regard et son silence font tomber de quelques degrés l'intensité de mon sourire. Pendant une demi-seconde, je me dis même que je vais peut-être lui dire de ne pas bouger ou rentrer au château. Je ne savais trop ce qu'il se passait derrière ces deux orbes bleutées mais mon instinct me disait que ce n'était rien de ce que je pouvais espérer.

« Non. »
Simple et catégorique réponse qui arrêta ma tentative de l'approcher. Mes sourcils se froncèrent alors que j'essayais de comprendre sa réaction : on était bien à parler tranquillement, on s'amusait et tout d'un coup, elle était passée en mode fantôme. J'étais tenté de pénétrer sa petite tête pour savoir ce qu'il s'y passait mais... j'avais cette réserve. J'étais un criminel, un voyou, mais je n'exécutais certaines choses que dans certaines mesures. « Non, je ne resterai pas. » J'inspirai, ne comprenant vraiment pas ce qui lui prenait. « Je ne resterai pas ce soir. Et d’ailleurs, je ne resterai plus jamais. Je ne joue plus. J’en ai ma claque de t’être utile. J’en ai ma claque d’être un truc que tu peux utiliser comme un petit toutou. J’en ai ma putain de claque que tu te crois tout permis et que moi je dise oui comme une foutue bonniche. » Ma bouche s'entrouvrit et j'eus à peine le temps de murmurer son prénom, « Rémi éc... » Mais je sentis l'intensité de son état et je me tus immédiatement, pensant qu'il serait plus sage de l'écouter avant. C'était aussi le seul moyen de comprendre et de potentiellement sauver ma carcasse sans disputes. « Sérieusement, tu prends tout le monde pour des cons que tu peux utiliser ou juste moi ? En fait non, ne réponds pas. Je sais déjà la réponse. Tu prends littéralement tout le monde pour des idiots. Parce que de toute façon tu t’fous de tout le monde. Tu te fous de tout et de tout le monde sauf toi. Tu es la personne la plus égoïste que je connaisse Maximilian. T’en a rien à foutre des conséquences de tes actes. T’en a rien à foutre des gens qui t’entourent. Pour toi tout est un jeu. Une putain de partie. Une fois que t’as fini de jouer, tu nous jettes, parce que tu t’ais lassé. On t’apporte plus assez de plaisir c’est ça ? Tu as réussi à nous manipuler jusqu’au bout et après on est plus intéressant ? »
Si j'avais essayé de me dire qu'elle délirait au début, qu'elle était juste en colère ou dans un état particulièrement inquiétant, je me rendais compte au fur-et-à-mesure que non. Elle était parfaitement lucide. Comme je l'avais toujours pensé. C'est vrai, je suis égoïste. Je ne pense qu'à moi, c'est tout pour moi. Parce que ma vie est comme ça, les gens que je trouve autour de moi sont comme ça et généralement, ils savent à quoi s'en tenir.
Et elle ? Ne le savait-elle pas ? J'en avais pourtant eu la certitude. Je le décèle dans quelques paroles, elle en avait conscience en me parlant. Je voulais croire que ça l'arrangeait aussi parfois que les choses soient ainsi. Mais fallait croire que non, nous n'étions plus en phase et je m'en prenais plein la face pour ne pas avoir vu venir.

Daffy avait raison.
J'allais réaliser à quel point dans la seconde.

« Et moi, en belle idiote que je suis, je devrais continuer ? Je ne suis pas stupide tu sais, enfin, si parce que si je ne l’avais pas été j’aurais arrêté depuis longtemps. Je ne serais pas tombée amoureuse de toi et je n’aurais pas réduit mon amour propre à néant. » Mon corps se vide littéralement et je me sentis limite tomber contre un mur, mais mes jambes restaient bornées et ancrées au sol. Amoureuse ? Rémi ? De moi ? Allons, elle était une sublime jeune femme, sensée, intelligente, je savais très bien quelle image je dégageais : celui du type qu'on n'a pas envie d'avoir avec soi pour le restant de ses jours. L'image du bon amant tout au plus, jamais l'amoureux.
Si j'avais écouté Daffy, j'aurais pu peut-être empêcher ça, je me disais. Et en même temps, mes bras étaient si lourds. Ce n'était pas la première fois que ce genre de choses arrivait, loin de là. Et j'avais su gérer la situation. Sauf que Rémi... on ne la gère pas. La preuve en était sous mes yeux. Je me sentais lourd : merde, t'es nul, soit l'adulte que tu prétends être dans cette putain de relation ! Fais ce qui est mieux.

Merde.

« Je n’arrive pas à croire que je peux ressentir ça pour toi. Pour quelqu’un comme toi. Surtout en étant pleinement consciente que je suis qu’une pauvre fille parmi les autres. Qu’une partie de plus pour amuser ta petite personne. Tu me fais chier. Tu me fais tellement chier. Ton espèce de petit sourire manipulateur hypocrite me fait chier. Parce que je le sais que je vais être utilisée. Utilisée pour ensuite être jetée comme un vulgaire déchet. » J'avais jamais vu les choses de cette manière-là. Pour moi, je partais, la vie continuait pour le mieux pour eux. Après tout, depuis toujours, quand je pars, c'est pour emporter tous mes ennuis avec moi : à commencer par ma mère. Je ne voyais pas le problème à tout claquer derrière moi, même les gens, cela valait mieux pour tout le monde.
Je la sentais trembler de colère, je ne savais pas vraiment ce qui était en train de lui arriver. C’est comme tout à l’heure. Tu n’étais pas heureux de me voir. T’étais juste content parce que t’avais besoin qu’on te sorte de la merde dans laquelle tu t’étais foutu comme un grand. Ses paroles me forcèrent à reporter mon attention sur ce qu'elle disait et non son comportement. Pourquoi ça me perturbe qu'elle me dise ça ? J'ai envie de lui dire que c'est faux mais et alors ? En quoi ça aurait été un problème, le contraire n'aurait-il pas été plus problématique encore ? D’ailleurs t’allais voir qui ? T’allais voir quoi ? Une autre fille ? J'ouvris la bouche, n'en croyant pas mes oreilles. Ouais, Matt, tu es une fille, désolé de te l'apprendre. Ma tête bascula en arrière, j'étais excédé. Elle se faisait un film total. Je ne vais pas dire que je ne flirtais pas ici et là mais aller jusqu'à Poudlard pour ça... Je faisais cet effort pour les grands cas. Et parfois pour elle.

Mais le dire sonnerait affreusement mal.

Et puis merde, quand je te pose une question, arrête de dire que je ne veux pas le savoir. T’en sais foutrement rien de ce que je veux savoir ou non. T’en aucune putain d’idée de ce qui se passe dans ma tête. Le pire, c’est que tu dis ça parce que toi tu ne veux pas en parlé. Parce que toi tu considères que ce n’est pas important. Parce que tu considères que ton opinion vaut mieux que la mienne. Elle n'y était pas du tout mais je ne pouvais pas lui en vouloir : je ne disais rien après tout. C'est juste qu'elle n'aurait jamais dû s'intéresser à moi autant. J'ai laissé faire ça, certainement parce que quelque part, ça me plaisait. « Rémi, écoute-moi ! » mais elle ne m'entendait pas, elle en avait certainement marre de toute façon de mes paroles. « TU te crois tout permis. TU te penses meilleur que tout le monde. TU crois que tu peux utiliser les gens à ta guise. » Ses mots ne m'atteignirent pas vraiment hélas, ses mains tremblaient davantage. J'eus envie de m'approcher vers elle, la prendre dans mes bras, la calmer... mais à ce stade, ça ne ferait qu'aggraver la situation et son état.

Mais c'était plus fort que moi, je m'approchais mais les sursauts de son corps s'intensifièrent. Elle ne s'en rendait même pas compte. Mon sang se glaça...
La peau si douce de Rémi changeait peu à peu, ses membres se brisaient et se reformaient devant mes yeux et un long frisson parcouru mon corps, je n'avais même pas entendu ses dernières paroles réellement. Elles étaient là, quelque part mais la situation présente m'avait totalement accaparé : Rémi... s'était transformée...

Rémi était une animagus.
Une panthère...

Et des plus menaçantes. Je n'ai jamais eu à faire à des animagus réellement. J'ignorais s'ils gardaient leur personnalité et leur conscience complètes lors de leur transformation. Cela dit, vu l'état d'énervement de Rémi, ça n'y changerait pas grand-chose. Elle voudrait certainement me déchiqueter en lambeaux de toutes les façons.

Il fallait que je me dégage de cette situation. En temps normal, je n'aurais pas si peur. Mais rien n'était normal en cet instant, tout tenait de la situation exceptionnelle. Et je ne savais comment gérer ça. Il me fallait juste de la distance et du temps. Mais au moindre pas, elle m'avait arrêté me faisant tomber littéralement au sol.
Un grognement fila de ma gorge. Je me redressai cependant immédiatement pour voir si l'animal devant moi comptait me sauter dessus. Je l'observais, mort de peur, le cœur cognant dans ma poitrine. Si je m'étais seulement attendu à ça.

Tout d'un coup, le félin se retira dans un coin de la pièce et j'en fis de même en collant mes bras au mur. Un long moment passa où je ne fis que regarder les yeux jaunes de la panthère, ne sachant vraiment comment enregistrer ce qu'il venait de se passer. Je déglutis, hésitant à parler : mes paroles causaient bien souvent du tord au final, vu ce qu'elle m'avait dit. Mais je n'allais pas partir comme ça. En me redressant, pourtant, j'y pensais... Saisissant la poignée de la porte la plus proche.

Puis je ne sais pas, je ne fis que vérifier qu'elle était bien fermée avant de me tourner de nouveau vers... Rémi. Tapie. Dans un coin. Inconsciemment, je massai mon thorax, sentant encore sa patte dessus. Puis j'éclatai de rire, pétant certainement mon dernier câble. « Déteste-moi pour ces paroles si tu veux mais... tu ne cesses jamais de m'étonner... » j'essuyai une larme imaginaire en riant toujours, ayant vraiment perdu mon peu de raison mais le calme me reprit un peu et je posai mon regard sur la forme recroquevillée de cet animal.

« Tu... tu n'es pas dangereuse sous cette forme hein ? Tu m'aurais certainement réduit en pièces depuis de toute façon. Tu as plus d'une raison de le faire après tout... » j'avais marmonné cette dernière phrase.
Me décollant du mur, j'avançai prudemment vers elle, finissant par m'asseoir au sol à quelques bons mètres d'elle, les mains en avant. Je glissai alors au sol un peu pour me rapprocher, délicatement, doucement. « Je... je ne peux pas partir sans savoir si tu vas bien. Tu as raison Rémi, je suis un connard. Je me sers des gens. Je suis un être imbuvable et franchement, je suis une cause perdue, il n'y a rien à faire pour moi. C'est vrai. Mais toi... » je m'immobilisai finalement à un mètre, jugeant que plus près, je risquais ma vie. Oui, ma vie. « Toi, tu as un avenir. Tu es une étudiante brillante, une fille intelligente, tu es jolie, tu as les moyens... Tout pour t'en sortir. Alors... » une inspiration me fut nécessaire pour enchaîner, ne sachant pas si l'humour serait le bienvenu. « Ne gâche pas tout en dévorant un pauvre type, d'accord ? » Surtout qu'elle trouvera mieux que moi, j'en avais la certitude.

J'ignorais ce qui me prenait à moi aussi. Avais-je vraiment besoin de me soucier autant de sa personne ? Elle n'avait pas idée combien, en réalité, j'avais pensé à tout ça. Je réalisais à cet instant. Je me remis à rire en me laissant tomber à la renverse, les bras en éventail. « Tu n'es pas qu'une pauvre fille parmi les autres. C'est moi le pauvre type parmi tant d'autres. De ton point de vue, tu ne le vois pas, mais j'ai du respect pour toi. C'est vrai que les autres, je m'en fiche. Je n'ai jamais eu à m'en préoccuper. Je ne suis pas fait pour la vie avec les gens, les amis, même pas la famille. Je vis bien comme ça et généralement, les autres s'en portent mieux aussi. Regarde ! Toi-même, je pensais pas avoir autant foutu le bordel dans ta vie. D'habitude, je pars avant ça. Je coupe tout. Je me connais. Mais là, je ne peux pas partir. Alors... » mes épaules se soulevèrent en un haussement las.

Le calme m'accueillit. Sous cette forme, elle ne peut parler.
Je me redressai, la regardant droit dans les yeux, j'essayais du moins sans avoir un frisson me courant jusque dans l'échine. Raté. « Tu as le droit de m'en vouloir. Si je pouvais, j'essaierais d'arranger tout... pour le respect que j'ai pour toi. Bordel, j'aime vraiment passer du temps avec toi et si j'arrête c'est pas parce que je me fatigue de toi, c'est parce que c'est mieux pour t-... » je réalisai alors que j'allais prononcer des mots qu'elle détestait. C'est mieux pour toi ou Tu ne veux pas savoir... « Comprends-moi aussi. Mets-toi à ma place. Il y a plein de trucs que tu ne sais pas sur moi. Toi, tu aimes bien ce Maximilian qui te fait ces sourires, qui te dit ces belles paroles, qui s'amuse avec toi. C'est moi oui, mais comme toute pièce, il y a un revers. Puis, il y a des choses que je ne suis pas autorisé à te dire. C'est vraiment mieux pour toi, il en va de ta sécurité, tu comprends ? Je veux pas être de ces gens qui imposent leurs merdes, je le fais déjà assez. »

Un soupir m'échappa, ma tête tomba, mon regard se plantant dans les planches de parquet de la vielle maison. Et je passai ma langue sur l'intérieur de mes dents, réfléchissant. « Puis pour tout à l'heure... Tu te trompes. J'étais content de te voir... toi. Parce que ça me fait chier mais je te fais confiance, j'aime bien ma petite lionne, je sais qu'elle est talentueuse... alors oui, je me sers de toi, comme on se sert de ses amis quand on a un problème et qu'on les appelle. Ça me fait chier, je t'assure... parce que maintenant que j'ai dit ça, je peux pas le défaire. Je n'en ai aucune envie, de m'attacher mais... j'aime passer du temps avec toi et j'ai pas envie d'être obligé d'arrêter. Alors c'est pour ça que ce n'est pas grave pour moi de moins te voir. Ça t'évite d'en avoir quelque-chose à foutre de ma vie, ça te permet de vivre la tienne et moi, je peux toujours apprécier ta présence. C'est que comme ça que ça marche avec moi... »

Un petit sourire vint se placer sur mes lèvres alors que je relevai la tête vers elle. « Je suis un putain d'égoïste. C'est sûrement pour ça que je veux quand même te garder dans ma vie. Si tu penses que c'est plus facile qu'on se voit plus, je le comprendrais. Après, que je l'accepte... Dis, tu sais te retransformer, tu me fous les jetons comme ça en fait... on dirait que tu attends le bon moment pour me dévorer ou je ne sais pas quoi. Je suis hyper mauvais magizoologiste, à Durmstrang on n'avait pas Soins aux Créatures Magiques... » Enfin des créatures comme Rémi, j'aurais aimé savoir en prendre soin... Mais la vérité, c'est que j'en serais complètement incapable. Je suis un danger publique : la moitié de la planète était à mes trousses, je menaçais le secret de la communauté magique en exposant des moldus à la magie, mon père avait séjourné la moitié de sa vie à Azkaban et aurait été ravi de me faire la peau pour avoir négocier une place d'auror en remise de peine.
Putain mais pourquoi j'y pensais seulement ? Il n'y avait pas à y réfléchir. Un nouveau frisson courus sur ma peau et j'aurais aimé me dire que c'était à cause de la panthère à un mètre de moi.

Mais non.
Pire que ça.
Le bilan de mes tirades...

Je tiens à elle.
Tu fais chier, Daffy, tu me fais chier !« I didn't need you until I came to
And I was overwhelmed
and frankly scared as hell...
... Because I really fell for you. »
© 2981 12289 0

_________________






Kill me softly ; Close my eyes with your hand ; I can no longer even run away



you're too sweet






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Maximilian | Je te déteste parce que je t'aime.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Maximilian | Je te déteste parce que je t'aime.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» J'ai rien à te dire parce que je t'aime pas ♥
» N°1 - Episode : "je te vide ton frigo parce que je t'aime..."
» Parce que je t'aime
» Parce que je t'aime, Artété !
» Ne m'oubliez pas.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
All was well ϟ :: Pré-Au-Lard :: La Cabane Hurlante-