AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 LOVE, HATE, LOVE ▬ charlie d'amour


Invité



MessageSujet: LOVE, HATE, LOVE ▬ charlie d'amour   Ven 21 Oct - 14:52

Lost inside my sick head, I live for you but I'm not alive
Take my hand before I kill. I still love you, but, I still burn
Sa tête posée sur les genoux de sa meilleure amie, Jessie s'allume un joint en fixant le plafond de cet éternel air perdu. Ses pensées divaguent trop rapidement d'un sujet à l'autre, rarement heureux, détestables souvenirs qui font de chaque jour de sa vie une nouvelle épreuve à passer. Des dizaines d'idées passent alors qu'il recrache la fumée, plus détendu, moins torturé. Il lève sa main libre pour caresser la joue de la brune. Elle est tout – sa plus grande drogue, son unique lumière et dernier point d'attache. Et plus encore. Il ne se pose pas de questions, ne se demande même pas ce qu'il ferait sans elle. Ce n'est pas acceptable. Son univers s'est détruit petit à petit, et elle est la dernière pierre qui le rattache à la vie. Sans elle, il n'y aurait juste rien – le vide, le néant. Il n'y a qu'à ce moment qu'il se sent bien. Qu'avec elle qu'il arrive à tout oublier pour retrouver un semblant de bonheur, une joie de vivre qui lui remplit le cœur, qu'avec elle qu'il arrive à redevenir celui qu'il était avant.

— Tu veux faire quoi ce soir ? Ses yeux se posent sur sa meilleure amie, il réfléchit. Avec eux, l'ennuie se transforme souvent en beuverie, et la bouteille de rhum qu'il a à quelques mètres de lui, sous son lit. Souvent, il a l'impression de ne pas avoir besoin de plus – à boire, à fumer et la présence de sa meilleure amie contre lui. J'ai pas envie de voir des têtes de cons. Discours quasi-quotidien. Jessie n'aime que trop peu de personnes et même s'il les côtoie l'espace d'une soirée, il n'en a jamais vraiment l'envie. Mais très souvent, c'est comme ça qu'ils finissent, entourer de cons qu'il trouve surfait, de personnes qu'il supportait avant et dont l'existence lui donne juste envie de soupirer. Certains le pensent sûrement jaloux et ces personnes il les ferait brûler. Jessie assume. Il ne jalouse pas les rares personnes qui ont réussi à avoir une vie heureuse. Au contraire, elles lui font pitié. Ils s'enferment dans une illusion, avec leurs valeurs stupides et leurs sourires factices. Après tu vois. On peut sûrement trouvé du monde motivé en vrai. Ou on reste ici à glander. Il lui passe le joint lentement en la regardant dans les yeux. C'est bien, glander aussi. Juste tous les deux. Avec elle, il irait au bout du monde aussi bien qu'il resterait sur ce lit pendant une éternité.
electric bird.
Revenir en haut Aller en bas

Invité



MessageSujet: Re: LOVE, HATE, LOVE ▬ charlie d'amour   Dim 23 Oct - 22:28

Love, Hate, Love
Cobain & Mercury
IT'S OUR TIME, GENTLEMEN. LET US EAT TIL WE EXPLODE, DRINK TIL OUR EYES FALL OUT, LET US DANCE FOOTLOOSE UPON THE EARTH AND CARPE SOME FUCKING DIEM! ▬ The Riot Club


« Depuis le commencement, je pourrais dire dès le premier instant où je vous ai vu, j’ai été frappée par votre fierté, votre orgueil et votre mépris égoïste de sentiments d’autrui. Il n’y avait pas un mois que je vous connaissais et déjà je sentais que vous étiez le dernier homme du monde que je consentirais à épouser. » La brune fronça les sourcils et referma son bouquin. Une nouvelle fois, elle avait voulu essayer de lire mais elle s’ennuyait au bout de quelques pages. Elle le remit dans son sac, avant de se concentrer sur le visage du blond, qu’elle pensait assoupi depuis le temps.

Un sourire se posa sur ses lèvres alors qu’il commençait à bouger, et d’un geste habituel s’alluma un joint. Elle avait beau le connaitre par cœur, chacune des ses habitudes, chacune des irrégularités de sa peau, chaque intonation de sa voix, il l’étonnait quand même. Elle secoua le visage après avoir reçu une caresse et  passa ses doigts dans ses cheveux blonds.  « Tu veux faire quoi ce soir ? » Rester comme ça, ou peut-être juste s’allonger elle aussi. L’Ecossaise haussa les épaules et soupira en réfléchissant. « J'ai pas envie de voir des têtes de cons. » . Là, un rire ne put que franchir les lèvres de la jeune femme, où un sourire en coin se naquit.

- Fait attention à ne pas voir ton reflet alors…

Une grimace se posa sur les lèvres légèrement maquillée de la jeune brune alors qu’un de ses doigts caressa sa joue, comme pour s’excuser. Elle continua de réfléchir, pesant le pour et le contre, cherchant des arguments. Charlie préférait rester au calme avec Jessie et juste Jessie que les soirées qu’ils faisaient ensemble ou elle devait se coltiner des gens qu’elle ne supportait que très peu pour ne pas casser l’ambiance. Elle prit le joint entre ses doigts alors que l’odeur de la drogue commençait déjà à se répandre dans la pièce. « C'est bien, glander aussi. Juste tous les deux. » Elle tira alors avant de recracher de la fumée en toussotant, comme toujours.


- Si glander c’est bien aussi alors je suis pour. Et la seule tête de con qu’on pourra voir c’est nous même.  Alors quoi de mieux au final ? J’suis sure qu’on peut trouver un truc fun à faire…




© Gasmask
Revenir en haut Aller en bas

Invité



MessageSujet: Re: LOVE, HATE, LOVE ▬ charlie d'amour   Mar 8 Nov - 11:35

Lost inside my sick head, I live for you but I'm not alive
Take my hand before I kill. I still love you, but, I still burn
L'instant paraît éternel. C'est le monde entier qui lui paraît avoir disparu, toutes ces choses sans valeur, ces personnes qu'il n'aime pas, ces cadres bien définis qui tendent à faire disparaître chaque imperfection de cette société en devenir. Mais à chaque fois qu'il se laisse bercer de la douceur de sa présence, Jessie a l'impression d'exister, contrairement au reste, contrairement à l'entièreté de l'espace humaine qui à cet instant est mort aux yeux du blond. L'instant paraît s'étirer, toujours plus long, alors qu'il observe sa meilleure amie sans prendre la peine de s'en cacher. Il la connaît par cœur, chaque détail de son visage, chaque besoin, chaque battement de son cœur. Et quand il ferme les yeux, l'instant dure. Il n'a plus besoin de tout ça pour voir Charlie, plus besoin de tous ces artifices – la lumière, la vue, non. Les choses prennent un aspect beaucoup plus onirique, et c'est pourquoi il a l'impression d'être dans une boucle sans fin. Il ignore combien de temps a duré son geste – quelques secondes, des minutes entières ou une petite heure. Rien de tout cela n'a d'importance – ils sont ensembles, et Jessie ferme l'espace d'un instant les yeux quand il sent la main de la jeune fille se poser sur sa joue. Elle a toujours eu ces gestes pour lui, ces marques d'attentions dont il a tristement besoin.

— T'es con des fois, lâche-t-il doucement. Charlie est allée à bonne école, tout comme lui. Elle a appris que le manque de respect est un humour particulier, et jamais Jessie ne pourra lui en vouloir pour ses blagues. Elle est la seule à le faire sourire, le faire rire, le faire vivre. Un truc à faire ? Bouger, s'activer, s'occuper cérébralement – c'est une possibilité qui lui plaît, parce que même si ce n'est pas utile, constructif, ça lui évite de penser à tout le reste et ça c'est agréable. Il réfléchit, le cerveau légèrement embrumé par le joint qu'il vient de fumer. Il aime cette sensation un peu vaseuse, il aime être défoncé de façon permanente comme s'il pouvait se le permettre. On va trouver. Il affirme sans la moindre idée en tête. À eux deux, ils peuvent tout faire. Ils peuvent conquérir le monde et le regarder brûler, vivre à cent à l'heure et regarder passer les papillons dans un moment de calme presque sacré. Il aspire doucement la fumée qu'elle recrache, comme toujours, comme si ce simple geste pouvait l'aider à se concentrer. J'ai la flemme d'exister, finit-il par lâcher avant de se redresser pour attraper la bouteille cachée sous son lit. Il ne lui faut que quelques secondes – de bien trop longues secondes – pour retrouver sa place contre Charlie. On joue ? Il a l'air innocent en prononçant ces mots, si innocent, plus qu'il ne l'a jamais été. On dit quelque chose sur l'autre, sur ce qu'il pense au fond, chacun notre tour. Si c'est vrai, l'autre boit. Sinon, c'est à nous de s'enfiler la gorgée. Ça te va ?, demande-t-il en souriant. Il n'y a qu'avec elle qu'il pourrait jouer à une chose pareille – elle est la seule qui a le droit de le connaître, la seule en qui il a assez confiance pour ça. Commence. Il reprend le joint, la regardant dans les yeux, attendant son affirmation. C'est trop facile, se dit-il, trop simple.
electric bird.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: LOVE, HATE, LOVE ▬ charlie d'amour   

Revenir en haut Aller en bas
 

LOVE, HATE, LOVE ▬ charlie d'amour

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Love, only love can break down the wall someday [Christopher]
» I don't love you like I loved you yesterday ۴ ISIS
» Love, hate ? Kinda the same thing I guess. [Sierra]
» Alex » i can't change, even if i try, even if i want it to, my love, my love, my love, she keep's me worm (macklemore - same love)
» Hey mister love, mister big love, big love. • Feat. Derek T. Elder

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
All was well ϟ :: RP :: RPs abandonnés-