AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 maximilian ;; « spending my whole life breaking freaking eggs »



MessageSujet: maximilian ;; « spending my whole life breaking freaking eggs »   Mar 11 Oct - 0:32




Maximilian N. Dolohov

tell me what's not an illusion and i'll prove you wrong

◊ Prénoms : Maximilian Nikolai Dmitri
◊ Nom : Dolohov
◊ Date de naissance : 28 Mai 1975
◊ Âge : 22 ans
◊ Métier : Voyou repenti en auror, tenancier de bar lorsqu'en couverture
◊ Statut du sang : Sang-mêlé (mais son père proteste assurant de la pureté de son sang)
◊ Statut social : ...
◊ Orientation sexuelle : Hétéro...
◊ Groupe : Sorciers civils
◊ Avatar : Dave Franco

▬ un face à face avec le psy

« Je ne comprends pas ce qui a cloché chez toi ! » « Oh je ne sais pas... Le fait peut-être que j'ai dû regarder mes frères risquer leur vie sans que tu ne dises rien ? » « Comme si tu ne fautais jamais toi ! » « Exactement ce que je dis chère mère, exactement ce que je dis... Je suis tout sauf parfait »

Voilà la phrase qui me décrit le mieux, très chers. Je suis tout sauf parfait. Et dans ma vie de tous les jours, que ce soit la vie que je menais hier ou celle d'aujourd'hui, c'est un concept crucial. Chaque défaut, chaque petite chose est en fait une formidable opportunité.
Je sais, vous pensez que je réfléchis à l'envers : il faut connaître ses qualités pour réussir. Mais pour survivre, il faut mieux connaître ses défauts.

Quels sont les miens ? Et bien tout d'abord, base de la survie à Durmstrang, je suis opportuniste. Pas trop mauvais élève et plutôt doué en magie, j'avais une imagination fulgurante pour tourner les choses à mon avantage. Vous avez vu les gars de là-bas non ? Ils n'ont pas beaucoup de patience et aiment régler les choses avec les poings ou la baguette (je ne vous parlerai pas du genre de sorts qu'ils s'aventurent à jeter). Donc pour mettre les bonnes personnes de mon côté, je devais saisir toutes les offres possibles et surtout, savoir les reconnaître. Une plainte quant à un devoir raté ? Un bruit, le professeur file, je modifie les copies, on me court après en pensant que je suis un autre élève (j'ai fini par m'habituer à l'infâme goût du Polynectar) et non seulement, vous avez réussi votre devoir mais en plus votre pire ennemi aura des problèmes.
Je suis donc aussi très bon menteur. Mais de toute façon, est-ce vraiment grave de mentir ? La vérité est un concept aussi faux que le mensonge. Qu'est-ce que la vérité ? Simplement une version choisie par le plus grand nombre avec une jolie étiquette. Moi, je déplace l'étiquette sur une autre version, tout d'un coup, ça devient un mensonge. Vous savez, il n'y a pas de telle chose que la vérité. Je fais en sorte que ce que je choisis être une vérité le soit aussi pour vous avec un peu de charisme.
Le charisme, c'est peut-être la seule qualité qui m'est vraiment utile. Aussi, j'ai un grand mal à m'attacher profondément aux gens. Pourtant, oui, je me fais vite des connaissances. J'ai la conversation facile, mon « ancien métier » oblige. Mais les obligations de ce dernier impliquaient aussi à être sans attaches pour partir librement. Ou soit, j'étais tout simplement contraint de le faire avant de me sauver, poursuivit... par... les autorités (oui bon ça va, je me rends bien compte que ce n'est pas très glorieux mais on a tous nos petits travers).

Malgré le fait que je n'aspirerais pas confiance à qui que ce soit avec tant de vices, ma capacité justement à mentir et bien parler fait illusion parfaite. Joueur et amical, je suis généralement bien vu du coup. Sauf auprès des figures d'autorité... Votre McGonagall par exemple, elle n'aimerait pas ma certaine insolence et encore moins ce besoin incessant de défier l'autorité ou la force. En fait, ma vie se base sur le défi constant. Si je pouvais, je remettrais absolument tout en question, mettant les choses et les gens directement à l'épreuve.
Et c'est ce que le Maximillusion proposait – quoi ? Je peux bien faire ma pub un peu ? Comment ça il n'est plus censé exister... ? Ça restera entre nous, n'est-ce pas?

Alors oui, d'accord, je suis un arnaqueur de première. C'est plus fort que moi et quand on me demande d'arrêter, je saute sur la première occasion pour reprendre mes vieilles habitudes. Même ma mère ne sait plus réellement qui je suis. Il se peut même que j'ai oublié moi-même... A force d'être dans la tête des gens, vous savez ! Oui car malgré mes années de délinquance, j'avais un programme très difficile. Mon père, fervent admirateur du sang sorcier, voulait faire de moi un sorcier décent et je travaillais donc régulièrement jusqu'à un jour développer un don de légilimencie. Don que je n'ai jamais apprécié mais dont je me sers sans gêne.
Oui car c'est un autre trait de ma personnalité. Je n'ai pas vraiment de barrière sociale, étant donné que je n'ai jamais eu de relations sociables saines, normales ou suivies (en-dehors de toi Matt mais avouons-le, nous sommes des cas particuliers). Donc la gêne... c'est un concept que je trouve mignon mais pas pour moi.

La vérité, c'est comme tout le monde, j'essaie juste de vivre. A ma manière. J'ai choisi une voie, nuisible, certes mais nettement moins que celle qui m'attendait. Si je suis quelqu'un de mauvais ou de bon ? Allons... vous avez lu mon caractère jusque-là, vous devriez comprendre que les services du Maximillusioniste, jamais altérés par des valeurs aussi interchangeables (attention, je sors du vocabulaire), ne sont accordés qu'au plus offrant.

Alors... qu'as-tu à m'offrir ?



▬ le récit de vos aventures

« Mesdames, Messieurs et – surtout – Mesdemoiselles, bienvenue au Maximilian Show, Maximillusion. Préparez-vous à tous être Maximilisé dans cette expérience... vous le devinez, maximisée » je m'époumone devant mon audience, écartant mes bras libérés de menottes ensorcelées. Pas un applaudissement et le type à côté de moi n'apprécie pas trop de voir mes mains libres. Argh, encore un public difficile... décidément, ça commençait bien.

« Monsieur Dolohov, je vous prie de garder le silence ! Nous ne sommes pas à l'un de vos petits spectacles plus que discutables » me hurle dessus un juge mal léché. J'ouvre des yeux ronds et étonnés avant qu'un garde ensorcelle à nouveau mes deux poignets. « Votre honneur, justement. JUSTEMENT. Quoi de mieux pour en parler que de vous en donner un petit aperçu ? » Le juge saisit son marteau et frappe un coup sec mais retentissant. Je cligne des yeux à deux reprises, ayant comme l'impression qu'il avait imaginé frapper ma tête à la place et, gardant un minimum de bon sens, je décide finalement de me taire. Pour le moment.

Un homme arrive, de petites bouclettes noires restant figées dans sa démarche pourtant rythmée. Je le connais : le juge Misthunter. J'étais rassuré qu'il ne s'occupe pas de mon affaire : la dernière fois, lui et moi, on n'avait pas trop accroché. Ceci dit, avec le juge en face de moi, ça ne s'annonçait pas mieux. J'ose lever, tant bien que mal une main au juge Misthunter pour le saluer, l'air de dire « Ça va mon vieux » et il m'ignore royalement. Après avoir à moitié roulé ses yeux froids, il s'élance dans un descriptif flatteur – ou pas – de ma personne. Je vous passe d'ailleurs ce portrait dont je suis si fier (reportez vous dans la première partie de ce dossier pour en savoir plus – quoi ??)
Impatient, je regarde autour de moi, désintéressé. Misthunter venait de disparaître, tout aussi captivé par cette séance que moi. A chaque fois, je pense qu'il espère que je sois arrêté pour avoir une preuve d'allégeance à un groupe de pratiquants de magie noire. Non, vieil ami, rien ne viendra pour le moment souiller mon esprit brillant.

« Excusez mon retard ! » hurle mon avocat en débarquant à mes côtés. Je lui souris, les yeux brillants d'intérêt. « Oh tiens, vous êtes nouveau ?! » je m'exclame, à peine surpris d'avoir été lâché par mon ancien avocat. Il avait certainement envoyé ce jeune pour me défendre à sa place, une sorte de test. Genre : cher Cadet, si vous arrivez à défendre ce cas, vous passez associé à part entière. Est-ce arrogant de penser que je suis un rite de passage ou non ? Pas le temps de réfléchir à la question...

« Qu'avez-vous pour la défense de votre client, maître ? » Le jeune homme à mes côtés m'envoie un regard implorant tandis qu'il acquiesce et sort ses affaires.
« Votre honneur, je souhaiterais mettre en avant le passé douloureux de mon client » A l'entente de ces mots, mon sang ne fait qu'un tour et je commence à m'agiter. « Le passé ? Pourquoi le passé ? On me reproche des faits présents al- » je tente de m'offusquer et de faire une piètre diversion. Je n'aime pas cette stratégie. « Silence monsieur Dolohov ! » La voix du juge fait presque saigner mes oreilles : l'insonorisation était un peu trop parfaite ici. C'était quoi ? Un ancien opéra ? Pourtant, peu m'importe la qualité de sa voix, je n'entends rien, je me débats de là où je suis, un auror essayant de me contenir. Cette insolence et cette fougue finit par agacer le juge présent et il m'intime une nouvelle fois le silence, me retirant alors la parole.
Génial...

« Encore une esclandre du genre jeune homme et je vous fais patienter la fin de votre procès en compagnie de détraqueurs. Est-ce bien compris ? » Je ne dis rien – évidemment. Mais je suis partagé. Les détraqueurs, est-ce si terrible ? Après tout, ça se nourrit des souvenirs heureux, faisant remonter les mauvais. Ils n'auraient pas à trouver grand-chose dans la vieille carcasse qu'est mon cœur.
Ceci dit, ils sont plutôt laids ces grands chiffons noirs poussiéreux... Oui, bon, mieux vaut que je subisse l'énoncée de mon histoire pathétique.

« Je disais donc, votre honneur. Mon client ci-présent a eu une enfance des plus chaotiques. Nous n'avons jamais pris le temps de nous concentrer là-dessus. » Oui parce que j'en avais formellement interdit mon précédent avocat. Il faisait quoi ce cerveau calciné de dragon scandinave ?! « Dès sa plus jeune enfance, il fut confronté à la magie noire et aux arts les plus sombres. Nous savons très bien qui est son père et ce qu'il a fait... » mon sourire arrogant tombe immédiatement. Pourquoi parlait-on soudainement de cet homme ?
Mes yeux restent écarquillés alors qu'un silence des plus lourds retire tout l'air présent dans la salle d'audience. Je tente d'ouvrir ma bouche mais aucun son ne sort. Évidemment, j'avais oublié le sort. Et peu importe combien j'essaie de me concentrer pour le briser, je n'y parviens pas. Je souffre du silence alors, comme les autres et finis par laisser mes lèvres se fermer.
J'allais tuer cet avocat. Misthunter et mon père avaient gagnés, j'allais devenir le criminel qu'ils voyaient en moi.

« Nous connaissons tous l'extrême violence d'Antonin Dolohov... » Certes mais ce n'est pas une excuse à mon comportement de délinquant. Ce bon vieux Antonin avait saisit toutes les occasions pour fuir le foyer après avoir mis enceinte la première sang-pur, Travers, qui voulu bien de sa répugnante carcasse. Tout pour purifier son sang, absolument tout. Enfin, je parle de lui de cette façon, il n'était pas si repoussant, c'est la brutalité et le manque de finesse de sa personne qui me répugne. Moi et mes frères n'étions qu'une prolongation de la lignée Dolohov et formions l'espoir qu'il avait d'un jour voir le nom « Dolohov » apparaître sur la liste des 28. On entend ici, les familles de sang-pur, évidemment.
En outre, il n'avait que très peu d'intérêt pour nous. La seule chose qu'il approuva fut notre capacité à apprendre vite la magie : avant 3 ans pour la magie, avant 6 ans pour le balais, comme se le devaient tous les sang-purs selon la règle. Une fois qu'il fut conforté dans la qualité de notre héritage magique, il laissa l'éducation à notre mère et une vieille femme qui nous apprendrait la magie avant l'heure. Mais surtout, le russe.

Car oui, je suis allé à Durmstrang, comme mes deux frères avant moi.
Une période de ma vie où j'ai rencontré mon meilleur ami, que je regarde actuellement dans la salle d'audience, lui implorant du regard d'égorger mon avocat. C'est peut-être trop demander... Je lève donc mes poings liés en haussant les épaules, l'air de demander : ok, ne tue pas mon avocat mais... tu me délivrerais bien de ces menottes non ? Oh il le ferait sûrement mais il tenait à ce que je me fasse sage maintenant.

Il devait en avoir tellement marre de ma petite, non, grande personne... Parfois, je me demandais pourquoi il continuait à me fréquenter. A bien y réfléchir, Matt était la seule constante dans ma vie et ce depuis nos études. Un vrai miracle, en définitif, surtout pour quelqu'un comme moi.
C'est sûrement pourquoi je l'écoutais de temps en temps. Encore une fois, aujourd'hui, je l'écoute et reste tranquille.

Après tout, j'avais énormément de chance qu'on ne veuille pas me mettre déjà derrière les barreaux – j'avais cependant était sous étroite surveillance et avait effectué des travaux d'intérêt général. Du côté moldu comme magique.

« Je veux juste souligner que le destin de mon client aurait pu être bien plus tragique. Alors certes, il se loue à quelques escroqueries mais pensez-vous sincèrement qu'il ait eu tout ce qu'il était nécessaire d'avoir pour survivre normalement ? » Je roule des yeux. Mais quelle comédienne, celui-là ! Il fallait vite arrêter le film, on tournait un mélodrame là.

Alors que ma vie, c'était plus une comédie adolescente.

Je suis le plus jeune de ma fratrie, comme vous avez pu le constater. J'ai reçu un enseignement strict mais le reste du temps, les attentes sur moi étaient bien moins importantes. Je n'avais qu'à suivre mes frères. Sauf que je n'aime pas trop les chemins tout tracés. Et j'avais une conception bien définie de ce qui m'appartenait.
Quand on me fit mon premier chantage aux biens matériels en échange d'une ligne de comportement, je disais que j'avais de l'argent pour me procurer ce qu'on me refusait. J'aimais mes affaires, hors de question qu'elles soient la propriété d'autrui le temps d'un chantage. Alors j'avais commencé un petit business à l'école, récoltant assez d'argent pour m'acheter ce qu'il me fallait.

Ce qui me sauva donc de l'emprise de mon père fut mon comportement d'enfant gâté. Je voulais tout, j'allais avoir tout. Et si mes parents mettaient trop longtemps, j'allais m'y prendre par moi-même. Puis je n'avais pas envie de dépendre de qui que ce soit. Personne n'allait décider de ma vie, de ce qui m'appartient ou pas, de ce que je vais avoir ou non, de ce que j'étais ou pas. Alors je ne vais pas vous mentir : les idées de mon père de nous placer au sommet d'une catégorie est particulièrement séduisante. Mais ayant une idée de comment ça marche au sein de leurs rangs, j'avais compris aisément qu'avec mon caractère et mes ambitions, le trajet allant d'entre leurs côtés jusque sous leurs sales babouches pouvait être rapide.
Et je n'aime pas les babouches – non mais c'est vrai, ça n'a pas de forme, ça me donne l'impression d'un pudding de tissus autour d'un pied...

« Mon client a très jeune dû se débrouiller seul » Vrai. Je lève le menton, très fier d'avoir su partir aussitôt des rangs classiques. « Il a été mis à la porte par son propre oncle » la bouche ouverte, je cloue mon avocat de sorts rien que par le regard. J'en oublie presque que je suis capable de sortilèges informulés. Sa voix s'assèche soudainement et je m'arrête de le maudire : bien que j'aurais pris un plaisir à ce qu'on soit aussi muet l'un que l'autre, j'étais entouré d'aurors, d'un juge et de détraqueurs...

Donc oui, peut-être que mon oncle m'a mis rapidement à la porte...
Enfin il n'y avait rien de définitif à ça. Une punition classique « tu repasseras le pas de cette porte quand tu auras réfléchi à ce qui est meilleur pour toi ». Pff... Tant de cérémonie juste pour que je lui obéisse. Allons tonton, tu devais bien te douter que je n'allais pas revenir. J'ai pris la pluie et je suis allé crécher chez des gens avant de retourner à Durmstrang. Ma mère me donnait de temps à autre de l'argent pour que je puisse subsister. Le reste, je le gagnais en accomplissant des petits vols, des services, des devoirs, des méfaits payés en somme. Et c'est là qu'a germé mon entreprise.
Je hausse les épaules en regardant le juge qui grimace.

« Il n'y a eu aucun exemple vraiment dans sa famille pouvant lui montrer une autre issue que celle-ci. » Je soupire sans faire vraiment de bruit. Il en faisait vraiment des caisses et le juge en face de nous n'avait pas l'air franchement impressionné par ma vie. Comme je le pensais, en soit, mon histoire n'a rien de dramatique. C'est vrai que je n'avais pas d'exemples de personnes biens, soit-disant, autour de moi. Mais rien ne dit que j'en avais cherché. En revanche, j'avais en effet tout fait pour ne pas finir comme mes frères. En particulier Gregor. J'avais vu la lumière dans ses yeux disparaitre, son sourire se transformer en rictus, sa peau s'écailler... il était devenu une ombre. Puis un soir, la lumière s'était rallumée, sa peau avait repris des couleurs, ses lèvres dansaient sous ses mots. Il reprenait vie, quelle ironie quand on sait que quelques heures plus tard, il périssait sous l'effet d'un des trois sorts interdits.
Il avait 24 ans à l'époque.
J'en avais 12. L'âge idéal pour comprendre et changer de direction, non ?

La voix du juge me retire l'image de Gregor de la tête et je suis à nouveau psychologiquement présent dans la salle d'audience.
« J'entends bien, maître. Seulement votre client a mêlé des moldus à ça, risquant de révéler notre monde »

Mon avocat tousse un peu. « Ce n'est que de la pure inconscience votre honneur. Comme je vous le disais, il a vécu dans un milieu particulier. Les moldus ne représentent aucun danger pour eux, dans leur vision des choses. S'il y a bien une chose à faire, c'est de les terrifier »

Terrifier ma clientèle ? Je ris...
J'ai décidé d'appliquer ma petite entreprise aux moldus seulement après avoir dû me balader dans un quartier moldu, cherchant un certain Thomas Roswell McMahan, 16 ans et né-moldu. M'amusant avec ma baguette, j'avais complètement oublié que des moldus étaient susceptible de me voir – ou peut-être que ça m'amusait de les imaginer avoir peur de moi... peut-être seulement...
Or, une vieille femme assise sur un banc se mit à m'applaudir.

« C'est tout à fait remarquable ce que vous faites jeune homme ! Vous êtes magicien ? »

Étais-je... magicien ? Mais quelle splendide idée...
Et c'est donc de là que tout est parti. J'allais faire mieux que les mangemorts : je n'allais pas exterminer les « sang-de-bourbe » et réduire les moldus en esclavage. J'allais assouvir ceux-ci et ce par leur propre volonté. Ils allaient m'idolâtrer.
Laissez-moi vous dire qu'avant que les autorités moldues ne s'en mêle ainsi que le ministère de la magie, je m'en sortais très bien. J'étais devenu LE magicien. Puis on effaça la mémoire de ma clientèle et j'ai dû tout recommencer, les aurors à mes trousses et contraint d'aller d'un pays à un autre (je pense qu'ils étaient sérieusement jaloux mais bon).

Puis... en Chine, ils avaient fini par mettre la main sur moi.
Ne jamais faire confiance à un sorcier chinois, c'est un conseil à suivre, vraiment.

Le juge semble réfléchir un instant et je me demande sur quoi il peut bien hésiter. Je vais aller à Azkaban rejoindre mon père. Il sera touché de voir passer dans les cachots sombres son fils, menotté – mais plutôt pas mal physiquement quand même. Il sera peut-être même fier. Enfin, il me tirera sûrement l'oreille (ou me l'arrachera) pour être emprisonné seulement pour mauvaises utilisations de la magie et larcins... et escroqueries... et intimidations... et menaces... entreprise de malfaiteurs... offense à magistrat... agression d'un représentant de l'ordre... Ah non, ça, ils ne sont pas au courant en fait. Enfin pour faire plus court, il trouverait certainement très regrettable que je n'ai pas pu tuer quelques personnes.
Ça fait moins beau sur le dossier familial.

La baguette du juge me délivre de son sort.
« Monsieur Maximilian Nikolai Dimitri- » « C'est Dmitri en fait mais... » « Ne me faites pas regretter de vous avoir rendu la parole. » Je lève mes mains liées en signe d'abandon. « Partagez-vous les idéaux de votre père ? »
Je commence à rire mais avant qu'il ne perde patience, essuyant une larme imaginaire, je secoue la tête. « Votre honneur, je ne partage rien avec les autres » à une exception près. J'envoie un clin d’œil à mon ami dans les tribunes. « J'ai cru en effet comprendre. J'ai également cerné de votre personnalité que vous savez agir en votre intérêt et savez le trouver partout. Ai-je raison ? » Encore une fois, je ris en hochant la tête. Je l'aimais bien plus que Misthunter celui-là. « Parfaitement, c'est le propre de ma vie »

Il soulève son marteau avec un rictus. Je grimace car c'est particulièrement laid et dérangeant de voir ça... « J'ai décidé Monsieur Dolohov que pour vos infractions, vous serez condamné à des travaux d'intérêt général. » J'ouvre des yeux surpris. C'était tout ? « Dans ce cadre, vous serez contraint de travailler avec le bureau des aurors. Mais laissez-moi vous prévenir : un seul pas de travers Monsieur Dolohov, un seul et j'organise les réunions de famille. Vous m'avez compris ? » Donc en gros, j'avais formelle interdiction de toucher aux moldus et de devenir mangemort.

Je souris et hoche la tête.
Mais franchement, poser des interdits à Maximilian Nikolai Dmitri Dolohov, c'est surtout lui donner un très très beau défi. Aussi, mon sourire tombe rapidement, pouvant enfin abandonner mon cinéma. J'ignore ce que le juge attend de moi, car pour me donner ce genre de condamnation, faut avoir une idée. Mais qu'importe ses plans à lui, j'ai déjà les miens...

Car je sais alors que je me prépare pour mon plus beau spectacle.
Préparez-vous à être maximilisé.


▬ le sorcier derrière l'écran
◊ Pseudo : Say.Ray ◊ Âge : 24 toujours, encore ◊ Comment avez vous connu le forum ? J'ai stalké, vous le savez et je compte continuer ◊ Comment trouves tu le forum ? : trop plein de vilains ◊ Un petit mot? il va vous faire plein d'omelettes x)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 264


MessageSujet: Re: maximilian ;; « spending my whole life breaking freaking eggs »   Mar 11 Oct - 0:34

Je t'aime je t'aime je t'aime queen

_________________


Parce qu'elles sont meilleures amies : Lex' et Rem' :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: maximilian ;; « spending my whole life breaking freaking eggs »   Mar 11 Oct - 0:38

Pfff tellement d'amour déjà, ça fait tellement de bien Wink <3

_________________






Kill me softly ; Close my eyes with your hand ; I can no longer even run away



you're too sweet






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 264


MessageSujet: Re: maximilian ;; « spending my whole life breaking freaking eggs »   Mar 11 Oct - 0:41

Blow a kiss keur sseeeexx

De l'amour j'en ai tout plein à te donner Wink

_________________


Parce qu'elles sont meilleures amies : Lex' et Rem' :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité



MessageSujet: Re: maximilian ;; « spending my whole life breaking freaking eggs »   Mar 11 Oct - 0:44

DOLOHOOOOV OUAIS MAGEULE !

RE-bienvenue parmi-nous crapule !

Coeur coeur et bisous sur ta fesse !
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Messages : 162


MessageSujet: Re: maximilian ;; « spending my whole life breaking freaking eggs »   Mar 11 Oct - 0:48

"Say.Ray" ? Clyde ? Suspect

Sinon, re-bienvenue !

D'abord, j'adore le caractère de ton personnage. Bon courage pour le reste de ta fiche. Ton personnage a l'air vraiment cool, j'ai hâte d'en lire plus.

_________________
Nothing happened to me. I happened.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité



MessageSujet: Re: maximilian ;; « spending my whole life breaking freaking eggs »   Mar 11 Oct - 1:08

Yeeeaaah tu me donnes le goût de créer Mat cette semaine!
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Messages : 1815


MessageSujet: Re: maximilian ;; « spending my whole life breaking freaking eggs »   Mar 11 Oct - 8:19

Oui, c'est CLYDE. 
Putain, mais Dolohov ça va me faire chelou. Genre t'es de la famille à l'ancienne Alex. XD

_________________


(c) P!A
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 259


MessageSujet: Re: maximilian ;; « spending my whole life breaking freaking eggs »   Mar 11 Oct - 10:39

Ooooooh rebienvenue toi keur queen

_________________
PAIGE M. EVERETT ✽

Spoiler:
 

✽ Inside Out
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: maximilian ;; « spending my whole life breaking freaking eggs »   Mar 11 Oct - 16:25

Alex : Je m'étais fait la réflexion. Rien que je lui fais une petite soeur qui s'appelle Alexi...a. Je rigole.

Oscar : Je te remercie déjà ! J'espère que l'histoire ne sera pas trop bizarre (oui, je l'ai déjà écrite, faut juste que j'ajoute des trucs).

Arielle : J'espère bien D8

Merci à tous, même à ceux qui font des bisous sur ma fesse Wink

_________________






Kill me softly ; Close my eyes with your hand ; I can no longer even run away



you're too sweet






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 1471
Pseudo : Sideris aka Estelle


MessageSujet: Re: maximilian ;; « spending my whole life breaking freaking eggs »   Mar 11 Oct - 17:03

Oui, c'est vrai que vu Clyde et Aydan déjà, Maximilian ne peut qu'être bizarre aussi. :hm:

_________________

THERE'S DAGGERS IN MEN'S SMILES
There the grown serpent lies. The worm that’s fled hath nature that in time will venom breed ; no teeth for th' present.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: maximilian ;; « spending my whole life breaking freaking eggs »   Mar 11 Oct - 23:08

Le pire ? Je ne peux même pas nier. Mes persos sont faits pour être tordus.

Question : Maximilian est peut-être Auror mais étant donné les conditions particulières, j'ai préféré le ranger dans les sorciers civils. Dois-je changer ça ou ça passe quand même ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 1471
Pseudo : Sideris aka Estelle


MessageSujet: Re: maximilian ;; « spending my whole life breaking freaking eggs »   Dim 23 Oct - 9:36

Oh mince, je n'avais pas vu ton post. Je ne sais plus qui t'a validé mais je n'avais pas vu non plus que tu n'avais eu le message officiel du choixpeau magique. Du coup, tu préfères que je te change de groupe ?

_________________

THERE'S DAGGERS IN MEN'S SMILES
There the grown serpent lies. The worm that’s fled hath nature that in time will venom breed ; no teeth for th' present.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: maximilian ;; « spending my whole life breaking freaking eggs »   Lun 24 Oct - 20:53

Non ne t'en fais pas Drago ! Ça n'a qu'une importance relative. C'est plus pour l'organisation du forum que ça m'embêtait, ne pas avoir la bonne dénomination etc...

_________________






Kill me softly ; Close my eyes with your hand ; I can no longer even run away



you're too sweet






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: maximilian ;; « spending my whole life breaking freaking eggs »   

Revenir en haut Aller en bas
 

maximilian ;; « spending my whole life breaking freaking eggs »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» — bring me to life
» Life in UCLA
» 06. My life would suck without you (part II)
» 01. life is beautiful ? …Maybe ! Pv. Finn
» "Life is a ticket to the greatest show on earth."

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
All was well ϟ :: Administration :: Inscriptions à Poudlard :: Fiches Validées-