AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 aydan misthunter [ Just a Memory Now, You're Burning Out


avatar
Messages : 73
Pseudo : SayRay


MessageSujet: aydan misthunter [ Just a Memory Now, You're Burning Out   Ven 27 Mai - 21:47




Aydan A. Misthunter

et j'attendrai que la fin justifie enfin mes moyens

◊ Prénoms : Aydan Ambroise Keith
◊ Nom : Misthunter
◊ Date de naissance : 18 Juin 1967
◊ Âge : 30 ans
◊ Métier : Juge au Magenmagot
◊ Statut du sang : Mêlé
◊ Statut social : Aisé
◊ Orientation sexuelle : Hétérosexuel
◊ Groupe : Membre du Ministère
◊ Avatar : Tom Hiddleston

▬ un face à face avec le psy

Bonjour, je suis Aydan Ambroise Keith Misthunter.
Une fois n'est pas coutume et je vais donc devoir parler de moi... Cela dit, j'emprunterai un peu l'aide de la pensine : on dit que les actes parlent d'eux-mêmes, et on dit aussi que notre entourage parle mieux de nous que nous en sommes capables nous-mêmes.

« Tu n'as donc aucun cœur ? »
Ah, je vous présente ma jeune sœur, Saoirse Misthunter, toujours dans l'excès des émotions et dans le cinéma qui plus est. Elle me voit souvent comme un monstre sans cœur. Pourquoi ? Parce que selon elle, je serais bien trop intransigeant. Trop impartial. Si bien que je suis prêt à la dénoncer si elle fait ne serait-ce qu'un seul pas de travers. Pas par plaisir, non, pas avec elle, bien qu'elle en doute. Mais parce que je ne vois pas en quoi ça l'aiderait que je la laisse enfreindre nos règles basiques. Si j'entends bien que certaines règles, dans les cas requis, soient brisées, certaines sont essentielles pour les cas comme elle. Aussi, si elle cessait de prendre ces substances toxiques, peut-être se rendrait-elle compte que le monde entier n'en a pas après elle exclusivement.
Le monde est dur, va falloir s'y habituer, c'est comme ça pour tout le monde.
Aussi, si je devais reconstruire sa phrase, ce serait plutôt « Tu n'as donc aucune pitié » car non, je n'en ai pas de pitié.

« C'est quelqu'un de poli, courtois... presque trop parfois et... c'est étrange »
Et ça, il me semble que c'est quelqu'un avec qui je travaille, j'ai un vague souvenir... On m'a qualifié plusieurs fois de personnage charismatique car je sais très bien m'exprimer et me conduire lors d'événements mondains. Aussi, pour les discours, mes textes étaient bien souvent parfaits et adaptés à la situation présente quand il le fallait – j'improvisais alors. Mais cet excès de politesse et courtoisie n'est pas un hasard. C'est une manière très efficace de garder les gens à distance. La familiarité les poussent à dépasser des limites qu'ils n'ont pas à dépasser justement. Contrairement à ce qu'on pourrait imaginer, si j'apprécie la compagnie, je recherche celle-ci dans des personnes précises et triées sur le volet. Pas chez n'importe quelle personne qui pourrait m'importuner.

« Tu n'as aucune limite et quand je sortirai, t'en fais pas, moi non plus je n'en aurais pas »
Ah. La famille ! Ca réchauffe toujours le cœur. Je vous présente mon incapable de père, Royan Milfred Octantis Misthunter. Ex-mangemort, actuellement derrière les barreaux. Il dit que j'ai aucune limite car rien ne m'arrête quand j'ai un but. C'est vrai. Je mets toutes les chances de mon côté pour arriver à mes fins. Et je pèse chacune de mes intentions car j'œuvre pour l'intérêt collectif. Je peux me tromper certes mais n'étant pas dénué de bon sens et de réflexion, je pense être capable d'accepter la critique et la remise en question éventuellement. Eventuellement. Je vous semble froid ? C'est parce qu'en règle général, je le suis. La chaleur n'apportera pas la paix à ceux que je vois passer devant le tribunal.

« Je suis certain qu'on n'a pas vu le bout de ton ambition encore, Aydan »
Un autre collègue, un autre juge pour être précis. Il me dit ambitieux, très ambitieux. Certainement qu'il s'imagine que j'aimerais finir Ministre aujourd'hui. Mais bien trop peu pour moi. Un ministre n'est qu'un pantin diplomatique : il se retrouve facilement pieds et poings liés, comme pris dans les filets du diable. Et vous savez comment on s'extirpe des files du diable ? En ne bougeant plus. Ce n'est pas pour moi. Je jouis pleinement de ma liberté d'actions et je n'ai pas une laisse constante autour du cou. Puis la justice, c'est mon domaine de prédilection. Si je compte un jour présider ce tribunal ? Bien évidemment ! Mais après ça, je n'ai qu'une réponse : chaque chose en son temps.

« Il est comme tous les garçons qui protègent quelque-chose : il joue les durs »
Ma mère, Melusine Misthunter, douce comme une légère brise d'été qui vous caresserait le visage. Comme à son habitude, elle me dépeint de manière trop idéaliste et gentille. C'est sa nature. Pas la mienne de toute évidence. Mais elle a raison en un sens : je ne suis pas une bête sauvage, froid et sans cœur. J'agis par convictions. Qu'importe que mes actes soient cruels car je les fais avec la conviction de bien faire. Intransigeant, encore une fois. Alors oui, pour la protéger elle, j'irais jusqu'à briser les jambes de mes adversaires avant de faire craquer leur crâne sous mon pied. Et ce sera pareil pour chaque décisions que je prendrai. Rien ne m'arrêtera. Ce sera la ruse ou la force.

Suis-je mauvais ?
J'ai la conviction qu'un peu de méthode dure peut servir le bien. Ce n'est pas en faisant les choses à moitié qu'on les fait avancer.
Donc du bon ou mauvais côté, cela ne veut rien dire pour moi. Je suis de mon propre côté et certainement que bien des aurors remettraient en question mes actions. Mais bien d'autres sont bien contents quand j'envoie sans même ciller un mangemort au fond de la cage qu'il mérite. Avait-il une famille ? Et alors ? Elle s'en tiendra bien mieux sans cette faille qu'il est. Plutôt que d'implorer un sorcier douteux, il aurait dû penser aux risques que ça comprenait pour ladite famille.
Donc je suis peut-être mauvais, mais j'utilise mon manque de scrupules à des causes justes.

En réalité, je suis pour que chacun prenne ses responsabilités.
Car encore une fois, si je connais la compassion, la pitié m'est une étrangère.

Je suis quelqu'un qui a peu d'intérêt pour les émotions futiles, pour le faux et les apparences, leur préférant plus la réflexion, la recherche de but et l'accomplissement. Aussi, je suis également très patient et je sais prendre les opportunités quand elles viennent. Pour mon intérêt, comme celui de la communauté. Je ne suis pas égoïste et étonnamment doux comme personnage. C'est toute ma dualité, comme nous en avons tous une. Je saurais me montrer gentil et attentionné envers mes proches et je leur cacherais dans le même temps le sang sur mes mains. Façon de parler... je crois...



▬ le récit de vos aventures

Je regarde Rita Skeeter dans le blanc des yeux alors qu'avec un sourire satisfait, elle s'apprête à me poser une de ses questions. Je me demande alors pourquoi il a fallu accepter cette interview ridicule, laquelle allait réduire mes mots à des petites phrases tournées de façon à faire scandale. Puis je me souviens que j'ai un but : montrer que le pouvoir et la justice existe bien, qu'elle a plusieurs visages et que j'en fais partie. Je sais ce qui l'intéresse dans mon histoire. Et c'est de cette façon que nous deux allons trouver notre compte.

« Parlez-moi de votre enfance, juge Misthunter ». Je m'enfonce un peu dans mon fauteuil, liant mes doigts entre eux et appuyant mes coudes sur mes genoux, jambes croisées, l'une reposant librement sur l'autre dans une posture décomplexée. Je ne formaliserai pas cet entretien : Rita Skeeter n'avait rien d'une journaliste politique. Je n'ai pas le moindre respect pour son travail qui consiste à créer ou alimenter des ragots ; ça ne représentait pour moi aucun intérêt. Le fait est qu'elle arrivait très bien à se faire lire par bien des sorciers et elle travaillait pour la Gazette du Sorcier. Je lui envoie un sourire faussement amusé, « Nous savons tous les deux que mon enfance ne vous intéresse pas. Si c'était le cas, on ne serait pas ici ». J'écarte les bras pour désigner l'espace de mon bureau. « Je suis certaine que nos lecteurs veulent savoir comment on devient juge du Magenmagot ! » dit-elle avec des mimiques faussement séductrice. Je tourne la tête, manquant de rouler ouvertement des yeux à tout ce cinéma. Mais je hoche sèchement le menton.

« Très bien. » Je cède et me lance dans un court récit quant à ma vie de famille.

Je suis né dans une famille de sorciers moyenne. Nous ne roulions pas sur l'or mais mon père assurait de bons revenus. De plus en plus d'ailleurs au fil des années : rien de surprenant, il évolue au sein du ministère, n'est-ce pas ? J'ai été amené à en douter cela dit mais nous y reviendrons plus tard. Je suis le grand-frère d'une fille 4 ans plus jeune. Nous n'avons jamais été vraiment proche : nous avions des intérêts très différents et j'ai toujours été plus ou moins solitaire. J'appréciais la présence de ma mère et son rôle à la maison. Elle nous a très bien éduqué et nous inculqué la tolérance. Elle nous a toujours aidé à nous forger notre propre opinion et de bien considérer toutes les choses qui amènent à une situation.

Elle répétait parfois « Vous savez, les enfants, la vie n'est pas toujours juste. Essayons de l'être un petit peu ». Ces quelques mots ont trouvé un échos en moi, j'y voyais une réalité que j'observais parfois autour de moi. Je pense que mon intérêt pour la justice remonte à depuis cette époque.

« Et à l'école, étiez-vous l'élève modèle que tout le monde dépeint ? » Je ricane en changeant de position dans mon fauteuil. Je m'incline vers la table en servant du thé, n'oubliant pas d'en proposer à mon invitée, aussi indésirable était-elle. « Il me semble que vous le savez ? N'étions-nous pas dans la même maison ? » « Pas la même année, des choses ont bien dû m'échapper » je hoche la tête silencieusement et prend une petite gorgée de ma boisson chaude avant de répondre.

« Si vous attendez des secrets ou des révélations, vous allez être bien déçue très chère. Rien de bien passionnant, ma scolarité fut assez plate en réalité. J'aimais beaucoup la compagnie des livres, les cours de transfiguration et de défense contre les forces du mal. Je ne voyais pas vraiment l'intérêt à rejoindre des groupes scolaires et restait donc dans mon coin. Je n'aimais guère me faire remarquer. Je pensais que mes résultats feraient l'affaire. » « On raconte que votre timidité était la seule raison au fait que vous n'ayez pas été nommé Préfet » Je ricane encore une fois avant de reprendre une nouvelle gorgée. Je pose ma tasse et plante mon regard dans celui de la sorcière. « Timidité ? Le mot avait couru que je n'avais aucun intérêt pour mes paires surtout. La vérité, c'est que j'aurais fait un piètre Préfet. Je ne participais qu'à peu d'activités et peu de mes camarades me connaissaient réellement. Comment aurais-je pu les défendre, les représenter ou faire figure d'autorité ? » La plume s'agite en réécrivant mot pour mot ce que je disais.

« Juge Misthunter, qu'est-ce qui a changé ? Après tout, maintenant, vous êtes bien un représentant, non ? » Je la vois venir, prête à remettre en question ma place et mon métier. Mais je m'y attendais, venant de ce personnage. « Un événement a changé ma façon de voir le monde. » Ses jambes se croisent et elle s'appuie sur ses genoux, se penchant dans ma direction. Elle le sait, je vais parler de la période « sombre » de ma vie. « J'étais en dernière année à Poudlard et avais obtenu jusque-là d'excellents résultats. J'étais promis à un bel avenir. Mon père était très fier et il m'en a assuré, revenant d'un voyage d'affaires. Il était rattaché aux affaires internationales. J'avais des meilleurs amis à cette époque, que j'avais fini par rencontrer pendant les cours et projets communs. Des nés-moldus. Et ce fut la seule chose qu'il trouva à me reprocher... mes fréquentations. Je ne comprenais pas vraiment la raison, ma mère ayant toujours encouragé l'entraide et la mixité. Cette divergence d'opinions était en fait à la source de conflits à la maison, conflits que j'ignorais, étant à Poudlard la plupart du temps. C'est à cette époque, cela dit, que j'ai commencé à avoir des doutes quant à mon père. Avant la fin de l'année, il m'avait alors demander si cela m'intéressait de rejoindre une grande cause. Celle des sorciers. »

Je marque une courte pause, posant ma tasse pour me pincer l'arrête du nez. « J'ai refusé de comprendre ce qu'il insinuait et lui ai dit que je voulais travailler comme Auror. Il rit, disant que mon talent méritait mieux que faire « la chasse » pour le restant de ma vie. Ne voulant pas comprendre toujours, je me suis laissé attendrir quand il parla de protéger notre mère à ma sœur et moi. Mais très vite, il fut question d'abandonner mes amis et de même, d'une certaine façon, les menacer. Je ne tolérais pas l'idée et le laissais immédiatement. Je me souviens de mes mots : si tu tiens encore à notre mère, ne serait-ce qu'aux valeurs des Misthunter, arrête cela. »

Rita Skeeter fronce les sourcils. « Vous saviez avant alors ? » J'expire lourdement. Je n'étais pas sûr à l'époque mais j'avais de forts soupçons. « Son avant-bras n'avait pas encore été marqué donc rien était fait. Il m'assura reconsidérer les choses et que je n'avais pas à m'inquiéter. Mais, vous connaissez le reste de l'histoire. Il a bel et bien massacré la famille d'un né-moldu, n'épargnant que ce sorcier. Pas par grandeur d'âme. Pour le faire souffrir. » Mon poing se referme et je tente de cacher mon dégoût profond. « L'identité du tueur était inconnue, comme le motif, mais... je savais. Je savais car cette famille, c'était celle de mon meilleur ami. » Rita a du mal à cacher un sourire, cet aspect de l'histoire n'ayant jamais été raconté. Seuls ma sœur, ma mère, mon père, cet ami et moi étions au courant.
« J'étais jeune auror à cette époque et j'eus vent de l'affaire avant de prendre des nouvelles de cet ami... Qui refusa de me parler d'ailleurs, comme à la plupart des sorciers après ça. Ce fut un né-moldu qui l'approcha finalement et prit son témoignage. Je compris alors : le but de ce criminel était clairement de créer une frontière entre les sorciers de famille et les nés-moldus. Je n'ai pas accepté l'idée qu'il atteigne son but avec mon ami et le dénonçai auprès de mon instructeur. On monta un plan dans la soirée pour le capturer. Cela prit des semaines, le plan consistant à le laisser croire qu'on n'arrivait pas à l'attraper et qu'on ignorait son identité. Je gagnais sa confiance en prétendant le protéger et une fois les aveux obtenus, je le désarmais. »

Rita Skeeter élève un sourcil. « C'est votre père, n'avez-vous jamais hésité ? » Je n'hésite pas non plus pour répondre à cette question. « Jamais » Son sourcil s'élève un peu plus et je soupire. « Comprenez bien. Cet homme avait trahi ma famille et faisait payer ma mère pour nous avoir éduqué convenablement – mais pas à son goût, vous imaginez. Il avait massacré une famille, brisé mon meilleur ami. Aujourd'hui encore, je n'ose même pas croiser le regard de celui-ci. Après tout, je n'avais rien fait à l'époque où mon père les avait menacé, voulant croire à ses vœux de rédemption. Je n'allais pas m'y laisser prendre une seconde fois. En fait, j'ai pris plaisir à le désarmer. » Je m'emporte, je le sens bien et la journaliste n'y est pas aveugle non plus. Un sourire vient trôner sur ses lèvres rouges.

Cette femme est un serpent, si seulement c'était contre la loi...

« On raconte qu'il a été dur de vous calmer en réalité. » Je ferme les yeux. La réalité, c'était que je ne m'étais pas contenté de le désarmer. Je l'avais mis à genoux, lui demandant s'il avait l'intention de me massacrer aussi. Je n'avais pas l'idée de fermer les yeux parce que c'était mon père. Et en fait, ça rendait juste ça encore plus grave pour moi car d'après lui, c'était en mon intérêt qu'il avait agi. Il avait brisé mon meilleur ami, sa famille et la nôtre. Après ça, j'avais dû soutenir ma mère car il en était devenu incapable bien-sûr. Le pire ? Ma sœur m'en voulait de l'avoir arrêté. J'avais même dû la mettre en garde : si c'était de la sympathie pour ce qu'il avait perpétré, elle risquait bien de finir comme lui. Ces mots ne l'ont pas vraiment apaisée mais elle avait révisé son comportement. Au lieu de ça, elle se drogue à cette heure-ci : elle aimait beaucoup notre père et a été déçue évidemment. Par lui et par moi ensuite, ceci dit, j'en avais que faire.

« Je n'ai pas été satisfait par son arrestation » j'évite tout bonnement sa question, lui donnant une réponse qui peut servir. « C'est pour ça que je ne suis pas resté longtemps au bureau des aurors et que je m'intéressais de plus près à la justice. Je voulais m'assurer que les gens comme lui soient débusqués et que personne ne soit trop indulgent avec ces personnages. Je l'ai arrêté, pas jugé mais il est bel et bien comparu devant moi pour négocier. J'ai refusé et me suis assuré personnellement que peu importe ce qu'il cachait, ce qu'il voulait négocier, nous soit révélé. »
Disons simplement, en d'autres mots, que les détraqueurs ont eu de quoi faire pendant quelques jours.

Elle hoche la tête et se prépare à ranger ses affaires, je la retiens alors immédiatement. « Je n'ai pas montré de pitié à mon père, je n'en montrerai à personne. C'est le prix des responsabilités. Je prends les miennes, prenez-vous les vôtres ? » C'est aussi ce qu'il en coûte de vouloir maintenir un équilibre et si pour ça, je dois utiliser la force, ça ne m'inquiète pas. La sorcière lit facilement entre mes mots, comprenant ce que j'entends par ne pas montrer de pitié. « Je ferai tout, tout, pour mettre ceux qui le méritent dans une cellule d'Azkaban. Pour la protection de tous. »
Je sais que ce genre de phrases plaît aux commères dans son genre. Elle sourit, vérifiant que sa plume a bien noté ces paroles.

« Quelle détermination »
« Sans failles » et selon mes paires, c'était bien ça mon problème.

Alors qu'elle range sa plume, elle se tourne encore vers moi. Je suis surpris, n'a-t-elle pas tout ce qu'elle veut ? « Et après, votre famille ? »
Ma sœur me voit comme un traitre, le jugement n'y aura rien fait. Elle trouve que j'aurais pu faire passer ça autrement, qu'après tout, même s'il avait tord, père avait agi en pensant bien faire pour notre éducation. Quand est-ce s'était-il soucié de notre éducation, hein ? Jamais. Il voulait juste nous imposer ces choix et nous salissait avec. Et le pire, c'est qu'il faisait culpabiliser ma sœur pour ses erreurs.
Ma mère, elle, fut dévastée mais au moins, plus personne ne lui infligeait des sévices à la baguette pour avoir eu l'intelligence de penser par elle-même.
Moi, je me suis construit et je trace ma route.

« Oh. Eh bien, elle a avancé. »


▬ le sorcier derrière l'écran
◊ Pseudo : SayRay ◊ Âge : 23 ◊ Comment avez vous connu le forum ? cf mon premier compte ◊ Comment trouves tu le forum ? : pourquoi je fais un 2nd compte à votre avis ? ◊ Un petit mot? Je n'ai pas du tout fini ma fiche car UN, j'hésite encore sur l'histoire et DEUX, j'hésite entre Tom Hiddleston et Sebastian Stan hehe.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Préfet Serpentard
Messages : 1524
Pseudo : Sideris aka Estelle


MessageSujet: Re: aydan misthunter [ Just a Memory Now, You're Burning Out   Sam 28 Mai - 16:44

Rebienvenue alors. Tu es ? scratch

En tout cas, pour le peu que j'ai lu, ton personnage a l'air cool (on dirait moi, pour certains traits de caractère). Bon courage pour le reste de ta fiche.

_________________

THERE'S DAGGERS IN MEN'S SMILES
There the grown serpent lies. The worm that’s fled hath nature that in time will venom breed ; no teeth for th' present.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Capitaine Serpentard
Messages : 1855


MessageSujet: Re: aydan misthunter [ Just a Memory Now, You're Burning Out   Sam 28 Mai - 18:29

C'est mon Clydou d'amouuuur. <3
Moi je vote Stan parce que je le trouve + bogoss mais en soit, Tom-tom ferait un meilleur juge. Genre tellement meilleur.


_________________


(c) P!A
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
avatar


MessageSujet: Re: aydan misthunter [ Just a Memory Now, You're Burning Out   Sam 28 Mai - 20:05

Pour un juge je dirai Tom-tom aussi king
Rebienvenue !
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Préfet Serpentard
Messages : 1524
Pseudo : Sideris aka Estelle


MessageSujet: Re: aydan misthunter [ Just a Memory Now, You're Burning Out   Sam 28 Mai - 22:49

Sebastian Stan. <3

Mais oui, je dis pareil qu'Alexis et Max pour ce qui est du statut de juge.

_________________

THERE'S DAGGERS IN MEN'S SMILES
There the grown serpent lies. The worm that’s fled hath nature that in time will venom breed ; no teeth for th' present.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 73
Pseudo : SayRay


MessageSujet: Re: aydan misthunter [ Just a Memory Now, You're Burning Out   Lun 30 Mai - 21:22

Bon après avoir hésité pour une énième fois avec James McAvoy aussi (oui je suis définitivement irrécupérable...), j'ai cédé pour Tom Hiddleston hehe.
Et je pense en avoir fini de ma fiche du coup !

_________________

aydan ambroise misthunter
a soft whisper in the mist of the night
you hear it but you don't see it, it's coming for you


Trying to communicate with a legilimens be like:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Capitaine Serpentard
Messages : 1855


MessageSujet: Re: aydan misthunter [ Just a Memory Now, You're Burning Out   Mar 31 Mai - 9:55

Ah zut, là j'dois aller à Orléans et j'prend pas mon PC.
Je vais voir si j'ai un peu de temps avant de partir ou non, sinon je ferais ça sur place. Ou bien demande à Ronald, si t'as pas de nouvelles avant ce soir !

EDIT : juste le temps de lire le caractère pour l'instant. Omg, j'crush déjà dessus. J'vais bien vite te présenter Kathleen.

_________________


(c) P!A
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
avatar


MessageSujet: Re: aydan misthunter [ Just a Memory Now, You're Burning Out   Mar 31 Mai - 13:44

Bienvenu sur le forum ^^
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Messages : 366


MessageSujet: Re: aydan misthunter [ Just a Memory Now, You're Burning Out   Mer 1 Juin - 19:11


Bienvenue.

Bienvenue dans le monde des Adultes ! Je suis certain que tu t'y sentiras à ta place et que tu t'y feras plein d'amis ! Puis, si tu ne trouves pas ce qu'il te faut, tu peux toujours créer la personne idéale d'un coup de baguette. Alors, entre le travail, les amourettes, et les rencontres, ton agenda va être des plus chargés. Mais de temps en temps, n'oublie pas de faire une pause. Sur ce, si tu as d'autre question, n'hésite pas à envoyer un hibou à l'administration.

Amicalement,
Le Choixpeau

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://allwaswell.forumgratuit.lu

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: aydan misthunter [ Just a Memory Now, You're Burning Out   

Revenir en haut Aller en bas
 

aydan misthunter [ Just a Memory Now, You're Burning Out

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» ♣ Lost Time Memory ♣
» Partenariat avec Lost Time Memory ?
» Fin du partenariat avec Lost Time Memory
» Sam and the lost memory [Altéa & Sam]
» There's no remedy for memory ~ R.S.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
All was well ϟ :: Administration :: Inscriptions à Poudlard :: Fiches Validées-