AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 Emily & Clyde ♠ Triste anniversaire


Invité
avatar


MessageSujet: Emily & Clyde ♠ Triste anniversaire    Lun 2 Mai - 16:28


Elle s'en veux, elle s'en veux tellement. Ne pas assurer la leçon du jour, rester terrée dans une salle du château pour ne croiser personne… Mélancholia ce matin a voulu donner son cours et a quitté ses appartements mais n'a put aller déjeuner, de crainte de voir Rogue, qu'elle voulait encore moins voir que d'ordinaire en ce jour si particulier. Et finalement, croiser les étudiants est même devenu trop dur alors qu'elle avait l'âme au bord du vide. Ainsi la salle d'étude a été parfaite pour l'accueillir. Comme généralement les étudiants travaillent à la bibliothèque ou dans leurs salles communes la demoiselle est persuadée que personne ne viendra la déranger ici. De toute façon, elle a bloqué la porte avec un sortilège.

Un encrier rencontre le mur d'en face sous la fureur de la jolie rousse qui éclate en sanglots. Tout les ans c'est la même chose. Tout les ans cela lui semble si vrai, si horrible. Elle a l'impression de revoir la porte de sa chambre s'ouvrir, ces deux silhouettes et celle de cet homme, celle de Rogue, dans l'encadrement de la porte, qui a prit la poudre d'escampette sans lui porter secours. Oh ce que la sorcière peut le haïr aujourd'hui ! Il a plutôt intérêt à ne pas croiser la route de la jeune femme. S'il ne veux pas recevoir un sortilège, n'importe lequel, en pleine tête.

Assise à un pupitre, la tête entre les mains, la sorcière sait qu'elle devrait partir, au cas où, avant que quelqu'un ne tente d'entrer. Retrouver ses appartements tandis que tout le monde est occupé à donner des cours, afin que personne ne puisse voir ses larmes, sa tristesse. Rejoindre ses appartements et s'y enfermer pour pleurer tout son saoul, s'y terrer jusqu'au lendemain. Mais quand enfin elle se lève en séchant son visage d'un revers de la main il est déjà trop tard et elle se fige en entendant le cliquetis de la porte qui s'ouvre sous un sortilège.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Emily & Clyde ♠ Triste anniversaire    Ven 20 Mai - 6:07

Triste anniversaire
NOM DU JOUEUR 1
Emilianora von Kursell
« Make me feel like someone else, hypnotic taking over me. »
NOM DU JOUEUR 2
Melancholía & Clyde
« Tell them how my heart is broken, how my scars are open. »

Falling out of love is hard, falling for betrayal is worse. Broken trust and broken hearts, but all i see is broken stars
Sa main glissa délicatement hors de la sienne, provoquant un frisson désagréable qui parcourait sa peau alors qu'elle pouvait sentir les émotions diverses qui grimpaient soudainement en elle. Les lèvres pincées, la brune pressait le pas alors qu'elle tentait vainement de se faufiler parmi les étudiants. Elle poussa un long soupire d'exaspération tandis que ses fins doigts frôlaient le tissu d'un veston aux couleurs semblables aux siennes, sa proie lui échappant une nouvelle fois. Était-ce réellement si compliqué de ralentir le pas quelques secondes ? La brune poussa un nouveau soupire, claquant le bout de sa langue contre son palais en signe d'agacement, son regard scrutant nerveusement ceux qui l'entouraient. Ce n'était pas tant les émotions qui se faisaient des plus conviviales, ni même l'empressement du plus grand à rejoindre la salle commune des Serdaigles. Elle était simplement de mauvaise humeur ... Observant son meilleur ami qui avançait sans trop se poser de question, sans trop porter d'attention. Et pourquoi donc au final ? « Clyde ... » Avait-elle dit d'une voix plus ou moins boudeuse, tirant une nouvelle fois sur l'ourlet de sa manche, roulant des yeux alors qu'il semblait perdu à ses propres songes. Par la barbe de Merlin ! Fallait-il qu'elle hurle pour qu'il se retourne enfin !? Autant pour lui, s'il voulait jouer la carte de l'indépendance aujourd'hui et bien, ils pouvaient parfaitement jouer à deux.

Retroussant le bout de son nez, la brune obtempérait de ses frasques d'enfant gâtée, ne ralentissant pourtant pas le rythme de ses pas alors que le couloir se vidait enfin, aidant sa cause. Ce n'était pas juste. Depuis la rentrée, ils passaient le plus clair de leur temps à se disputer pour un rien, pour un tout. Encore les disputes étaient une chose, mais de là à feindre l'ignorance ? Était-ce vraiment nécessaire ? Était-il réellement si pressé de retrouver leurs appartements ? La brune resserra ses doigts contre ses livres, se laissant envoûter de par les émotions qui plantaient brusquement leurs griffes contre les parois de son coeur. Pourquoi ne voulait-il plus d'elle ? Son souffle tremblant s'accélérait au gré de ses maux tandis qu'elle pouvait parfaitement sentir son âme se fendre en deux pour se tordre dans tous les sens. Et de ses humeurs chancelantes, elle tendait sa main libre vers l'avant, agrippant solidement le bas de sa veste, freinant son chemin. Elle avait mal, elle avait peur, elle avait honte, elle avait la haine, étourdie par un tourbillon fulgurant qui chamboulait son monde en une fraction de seconde. « Clyde ... » Avait-elle finalement murmuré, son prénom se brisant contre ses lèvres, déchirer par un sanglot qui s'échappait de sa gorge nouée. Ralentir, simplement ralentir ! Son corps se faisait si lourd de par l'oppression, laissant ses livres tomber contre le sol dans un bruit sonore. Haletante, elle l'observait de ses yeux accusateurs, posant ses paumes contre son torse alors qu'elle faisait pression pour le pousser contre le mur. « Pourquoi tu- Je te déteste, pourquoi tu me déteste, pourquoi tu fuis, pourquoi tu fuis, pourquoi tu m'abandonne ? » Avait-elle hurlé de sa voix brisée tandis qu'elle frappait son torse de ses poings tremblants, les muscles de son corps se crispant au maximum. Elle hoqueta, posant une main contre ses lèvres, reculant lentement jusqu'à ce que son dos percute la porte de la salle d'études, se laissant lentement glisser contre le bois de celle-ci. Elle remonta ses genoux contre sa poitrine, étourdie par le peu d'aires qui gonflaient ses poumons secoués par les sanglots incessants, frappant frénétiquement sa tête contre le mur de pierre. Il fallait que ça cesse, il fallait que ça s'arrête, que ça parte, pourquoi avait-il lâché sa main ?
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Préfet Gryffondor
Messages : 362
Pseudo : SayRay


MessageSujet: Re: Emily & Clyde ♠ Triste anniversaire    Lun 23 Mai - 19:13


“ Triste Anniversaire { Melancholia, Emilianora & Clyde

i was unwised and fooled myself

Mes poings se refermèrent jusqu'à ce que mes ongles laissent des marques dans ma paume. Mes yeux clos, j'inspirai une fois, puis deux, soulevant mon torse sous ma respiration. J'aurais aimé que ce petit rituel suffise à apaiser mes nerfs mais rien n'y fit.
Pour changer de la routine de ces derniers jours, je n'étais pas de la meilleure des humeurs. Vous aurez sans aucun mal cerné l'ironie dans cette dernière phrase. Rien, c'est-à-dire vraiment rien allait comme il le fallait récemment. J'avais le sentiment d'avoir passé six ans à construire un édifice qui se cassait brique par brique la figure sous la simple pression de mes pas. Et chaque jour, je tombais un peu plus bas. Comme mon moral. Mais je n'étais pas encore au stade de la dépression, j'ignorais si ça m'était possible d'ailleurs, d'être léthargique et inactif aussi longtemps. Ma dépression inclurait certainement beaucoup de désillusions et de manœuvres folles et désespérées, pas vraiment ce qu'on imagine de la plupart des dépressifs... Qu'importe, j'en étais pas là en effet, je m'embourbais juste un peu plus dans ce qui pourtant faisait mon malheur : une colère dormante.

Pourquoi ?
Oh mes courtes nuits n'aidaient pas vraiment, ni les rêves. A ce stade, je n'appelais même plus ça des cauchemars. Après tout, faudrait avoir encore une idée de ce qu'étaient des rêves pour qualifier les miens de cauchemars. Ces nuits courtes étaient périodiques, ça m'arrivait une fois tous les ans, généralement pendant les examens où le stress, si pas le mien d'ailleurs plutôt celui des autres, était bien trop palpable. Mais cette année, c'était différent. J'étais anxieux. Et les examens n'y étaient pour rien. J'avais des notes plus que correctes jusque-là et j'étais certain de trouver un moyen d'obtenir mon diplôme. Mais le reste... Ma sœur, Rae, avait encore rencontré un problème avec des élèves de Serpentard, je ne savais même plus si elle était victime ou coupable. Mon jeune frère Nolan, lui, restait fidèle à lui-même, piégeant la moitié des élèves de sa maison ; que Merlin leur vienne en aide ! Avec Serenity, rien n'avançait de toute évidence. Enfin, même avec Emilianora, ça n'allait pas pour le mieux. Et là, je me rendais vraiment compte que tout m'échappait.

En six années, jamais n'avais-je eu autant l'impression d'être dépossédé et inutile. Et je haïssais ça, d'autant plus que je perdais du coup contrôle de moi-même, de mon environnement, de ma vie. Combien de temps avant que je n'ai plus rien ?
Je dramatisais. Et pourtant, les conséquences étaient là. Il suffisait de voir l'état de celle que j'avais promis de protéger pour le constater : elle aussi, elle était souvent en colère et contre moi généralement. Je n'aimais pas voir ça en elle, la frustration me gagnait. Parfois, je me demandais même si ça ne valait pas mieux qu'on ne se voit pas. Puis, il suffisait d'une journée pour que je regrette son absence. Quelques heures en fait, à me demander ce qu'elle faisait, si elle allait vraiment mieux.
Etais-je nocif pour elle ? Ou réfléchissais-je encore trop ?

Ces questions m'énervaient. Les gens m'agaçaient. Trop de bruit, trop de paroles inutiles... j'avais mal au crâne. J'avais envie de calme, de me retrouver avec moi-même. Surtout avant que...
J'avais besoin de sommeil, de fermer mes yeux brûlants de nervosité. Alors pressé, j'esquivais de nouvelle fois un élève, tentant de ne pas non plus le bousculer, feignant la politesse que je voulais toujours avoir pour les autres. J'y étais presque, j'arrivais presque à être celui de tous les jours, il ne fallait plus que tenir dix petites minutes quand elle m'arrêta de son bras et d'un seul mot. Mon nom.
Mon regard tomba sur elle avec appréhension. Comment...? Comment peut-on être si préoccupé par quelqu'un qu'on en oublie même sa présence ? Je craignais ce qu'elle allait me dire, après tout, je n'étais pas vraiment prêt à le recevoir. « Pourquoi tu- Je te déteste, pourquoi tu me déteste, pourquoi tu fuis, pourquoi tu fuis, pourquoi tu m'abandonne ? »

... Je me sentis comme divisé. D'une part, j'avais tellement envie de lui dire que non, je ne la détestais pas, que j'en étais tout bonnement incapable et surtout que j'étais désolé. Que jamais, non jamais je ne l'abandonnerais. Mais autre chose au fond de moi demandait si c'était seulement vrai et bénéfique pour elle.
'Je te déteste', c'était probablement ce qu'elle ressentait réellement. Alors pourquoi ? Pourquoi s'obstiner à vouloir rester à mes côtés ? Pourquoi l'y forcer ? Je lui faisais du mal visiblement.

Mais j'étais égoïste.
Terriblement. Et encore une fois, au lieu de faire ce que je pensais le mieux pour elle, j'accourus en la voyant comme brisée, là. Parce que je voulais qu'elle puisse compter sur moi alors que de toute évidence, ces derniers temps, ce n'était pas possible. Mais même dans ces moments-là, je voulais être celui qui l'aiderait. Parce qu'il en avait toujours été ainsi, parce qu'elle comptait pour moi et... parce que c'était aussi important pour moi. Si je la blessais et l'abandonnais, comment prétendre être encore quelqu'un de bien ? Puis... perdre quelqu'un encore une fois. Je savais que ce serait un coup trop difficile.

Alors doucement, profitant de l'apaisement dans le couloir, je prenais une nouvelle inspiration. Les pas prudents, je m'approchai et finis par m'accroupir à sa hauteur. Le regard fatigué, j'essayais de réparer ce que je brisais continuellement. « Emi... » commençai-je fermement pour attirer son attention. Mes yeux étaient las, je ne gérais pas. « Va falloir qu'on parle. Maintenant. Et comme visiblement la salle commune ne te dit rien, on va improviser » décidai-je arbitrairement avant de me lever. Je voyais bien qu'elle n'était pas en l'état, à vrai dire, moi non plus... Alors je sortis ma baguette et ouvris la porte dans son dos. Sans attendre, je la pris par le bras et l'escortai à l'intérieur sans même regarder. Ce n'est qu'une fois la porte fermée et après m'être assuré que sa tête allait bien que je me retournai en me pinçant l'arrête du nez, « Je peux savoir ce qui te prend ? Tu te fais du mal et- » et enfin je me rendis compte qu'on n'était pas seuls.

Je déglutis comprenant que je venais encore de franchir une limite qu'un Clyde ne franchirait pas normalement. Les yeux grands ouverts, je notais sans mal les yeux rougis de notre professeur d'Histoire de la magie et presque aussitôt, je m'en voulais.
C'était parfait, le club des cœurs torturés était formé... et pas sous le meilleur angle pour moi. Une jeune fille en pleurs et un garçon en proie à ses démons devant un professeur en proie aux siens.


_________________
EN COURS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Emily & Clyde ♠ Triste anniversaire    Mar 24 Mai - 16:19

La jeune femme sursaute, se fige sur sa baguette en entendant la porte céder sous le sortilège, dans un cliquetis dont le bruit fait bondir le cœur de la sorcière. Une étudiante en larme entre, se laisse glisser le long du mur, rabattant ses genoux contre elle, ne semblant pas voir que la pièce était déjà occupée par une professeur, elle-même larmoyante. Et voilà donc deux damoiselles en détressées réunies dans la même salle, toutes deux le visage mouillé de larmes, pour ses raisons certainement très différentes l'une de l'autre. La jeune femme pose son regard sur cette jeune fille. Il lui semble reconnaître une septième année. Emilianora, quelque chose comme ça. En attendant, Mélancholia n'aime pas particulièrement se trouver face à une fille dans un même état qu'elle. D'autant plus qu'elle souhaiterait rester seule avec sa peine et que le moins de monde possible remarque l'état déplorable dans lequel elle est.

La rousse a envie d'être seule. D'insonoriser cette fichue pièce pour pouvoir crier, hurler son désespoir, fracasser encore quelques encrier et pleurer sur son existence misérable, son existence ravagée. Cela fait seize ans. Seize années. Harry Potter est en septième année. Il avait un an quand le Lord est mort. Un an quand les mangemorts ont tués ceux de Mélancholia. Elle en avait dix. Dix ans, orpheline. Violée par deux mangemort, abandonné par un troisième qui avait préféré fuir que regarder la réalité en face. Il ne l'avait pas aidé et pire encore, il n'avait pas assumé de voir en face ce dont il était en parti responsable, à ne pas intervenir. Ce que la sorcière pouvait le détester. Le haïr. Rogue. Qu'il croise sa route aujourd'hui et la sorcière ne donne pas très cher de lui. Un sort, n'importe lequel mais qui le marquera, lui rappellera combien il a été lâche ce même jour, il y a des années de ça.

Un garçon entre, s'adressant à la jeune femme au sol. Aucun des deux ne semble se rendre compte qu'ils viennent de perturber quelqu'un, de s'immiscer dans la solitude d'un être en pleine peine, en pleine tristesse, en pleine décadence. Tel un ange déchu la sorcière a chuté et ils sont là à ne pas la remarquer, ne pas voir ses ailes fracassés dans son dos. Ne peuvent-ils donc aller pleurer ailleurs ? Mélancholia veut seulement être seule avec sa tristesse, ses larmes, ses yeux bouffis et rougis, son cœur en miette, ses ailes brisés. Elle voudrait parler mais sa gorge est si douloureuse qu'elle n'y parvient pas. Et puis pour dire quoi ? Les foutre à la porte ? Elle n'aurait même pas la force de leur dire de partir.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Emily & Clyde ♠ Triste anniversaire    

Revenir en haut Aller en bas
 

Emily & Clyde ♠ Triste anniversaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Réouverture du marché de fer à PAP: une bonne nouvelle en ce triste anniversaire
» (F) EMILY BETT RICKARDS ▬ une soeur, pas si soeur que ça...
» Episode 5: Bonnie and Clyde.
» Jean-Bertrand Aristide : Un comité pour son anniversaire et son retour
» 7 avril : 204e anniversaire de la mort de Toussaint

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
All was well ϟ :: RP :: RPs abandonnés-