AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 CLYDE || after you burn there's no one else


avatar
Préfet Gryffondor
Messages : 380
Pseudo : SayRay


MessageSujet: CLYDE || after you burn there's no one else   Lun 12 Oct - 0:22




Clyde A. Grimm-Haven

Broken in two parts. My mind, my heart

◊ Prénoms : Clyde Alam Ford
◊ Nom : Grimm-Haven
◊ Date de naissance : 18 Novembre
◊ Âge : 17-18
◊ Année scolaire : 7ème année
◊ Statut du sang : Sang-mêlé
◊ Statut social : Célibataire endurcit
◊ Orientation sexuelle : Hétérosexuel
◊ Groupe : //
◊ Avatar : Grant Gustin

▬ un face à face avec le psy

Vous savez ce que je crois ? Qu'il suffit d'un pêché pour rendre le plus vertueux des hommes un danger public.
C'est un peu comme ouvrir la boîte de Pandore. Sauf que le bon est à l'intérieur et le néfaste attend sagement à l'extérieur.

Moi, j'embrasse un peu trop fougueusement mon pêché.
L'orgueil. Doublé d'une belle colère.
Ils me consument mais généralement, ce n'est pas moi qui me brûle.

Non, Clyde Alam Ford Grimm-Haven est trop sage. Je suis le chic type qu'on retrouve à côté de chez soi. Le type qui va chercher le chat coincé dans l'arbre. Qui donne ses bonbons à des gamins en voyant leurs yeux briller. Qui reste à parler toute la nuit avec la fugueuse du coin avant de la ramener chez elle, une fois raisonnée. Car je suis raisonnable. Pense-t-on. Qui se méfierait du geek et intello bien serviable, le nez plongé dans son livre de mathématiques et Les Pensées de Pascal hein ?
Personne.

La vérité, c'est que je suis partagé en deux. Mon cœur d'un côté, ma raison de l'autre. Et vous savez quoi ? Les deux sont un peu cassés. Mais je cherche désespérément à rendre le rêve de l'enfant que j'étais une réalité. Sauf qu'en vrai, je n'ai rien du héros que je voulais être...

Je ne suis donc pas un héros comme j'aurais aimé. Loin de là. Et si je devais commencer par quelque-chose, je dirais que je suis tout d'abord un menteur. Je passe mon temps à dissimuler mon passé. Je suis étrange et secret car je tiens à l'écart même mes plus proches amis parfois. Bien heureusement pour moi, personne ne se rend compte vraiment de ça.

Pourquoi tant de secrets ? Par orgueil bien-sûr. Je dois tout faire tout seul. Que ce soit dans les milliers de service que je rends au voisinage, dans ma vie à Poudlard ou dans ces fameux mensonges. Ce qui me rend très nerveux et impulsif. Et forcément, une fois de temps en temps, je craque... J'aimerais dire que cela arrive à tout le monde. Mais peu de gens craquent au point de partir dans une rage folle. Je l'admets, j'ai un sérieux problème et ça m'inquiète. J'ai ce besoin de tout contrôler autour de moi et la seule solution que j'ai trouvé, c'est de tout gérer par moi-même. Pas par manque de confiance aux autres. Mais parce que dans le passé, j'ai laissé une fois arriver du mal à ceux que j'estimais. Pas deux.

Alors oui, heureusement pour moi, le reste du temps, je m'efforce de me faire pardonner ces défauts. Enfin, sauf ma procrastination scolaire maladive et mes retards... ça, faut bien se l'avouer, il n'y a rien à faire...

J'aime le rêve, les contes de fées auxquels ceux qu'on appelle idiots croient. Bien-sûr que non, je ne fais pas partie de ce lot hélas, pas avec ma vie. Mais je trouve que c'est eux qui ont raison. Je veux les défendre. Je veux leur donner un monde qu'ils puissent aimer. C'est probablement pour ça que, sans m'en rendre compte, je vais finalement mener la vie de mes parents naturels : être un auror. Et je pourrais enfin protéger les miens sans les mettre dans l'embarras - car être protecteur, c'est bien beau mais si deux heures de colle nous attendent...

Je suis un garçon bien qui recouvre le monstre.
Et quand tu rencontreras l'autre moi, pourras-tu me dire lequel est le vrai ? Et quand je t'aurais fait brûler dans ma colère et mon arrogance insoupçonnée, penseras-tu encore de moi que je suis un homme bien ?
Les hommes biens sont des hommes tristes, ce sont probablement les pires.

Enfin. Deux mots sur mes goûts. J'aime les récits anciens, le thé, les vieux bars de Londres ainsi que les bibliothèques. Tout ce qui me rend nostalgique et me transporte ailleurs. Un vrai rêveur.
J'adore les sarcasmes et les joutes verbales. Je n'aime pas forcément les clichés. Ni la violence. Et pourtant, Merlin en est témoin que j'en ai fait l'usage.
Mais j'ai surtout ce don pour m'accrocher à ce qu'on dit être des "causes perdues". Pas parce que je suis masochiste. Mais parce que, crétin que je suis, je pense que c'est altruiste. Non mais écoutez-moi, quel égoïste sous mes airs de garçon généreux...

Sous une note plus joyeuse - car je suis quelqu'un de joyeux et toujours prêt à m'amuser, ne vous fiez pas à mon histoire et ma façon de m'accabler - les hiboux ne m'aiment pas. Il n'y a que mon taré de Feather qui m'apprécie bien, aka le hibou qui se bat contre des arbres... Quand je vous parle de causes perdues !
Je suis sinon probablement le seul gars qui peut manger tous les goûts de dragées sans me plaindre et sans changer de tête - car concrètement, bof. Je parle parfois dans mon sommeil et ivre, je suis un peu trop content. Merlin m'en garde, ça ne m'arrive pas trop souvent bien heureusement...



▬ le récit de vos aventures


IT WAS ONLY JUST A DREAM
"Arrête, Clyde" me demanda gentiment la femme accroupie devant moi, les sourcils froncés et les yeux troubles. Elle était inquiète, je réalisai, alors que mes poings tombèrent de mes yeux. Ils étaient humides... et je n'aimais pas ça. "Tout va bien se passer, d'accord ?" Elle ment et je le sais. Tout ne va pas bien se passer.
Mes yeux tombèrent derrière, dans le dos de la femme. Un ancien collègue de mon père sortait justement de la maison et son regard croisa le mien. Je ne ratai pas plus le soupir qui glissa d'entre ses lèvres alors qu'il avançait vers moi. Ma gorge se serra.

"Tu vas devoir être fort, Clyde" commença-t-il. Je hochai vaguement la tête, ce discours me paraissant déjà plus approprié. Tout n'allait pas bien aller. Mais j'allais devoir être fort. Car j'étais seul désormais.
Mes parents... venaient d'avoir été arraché à la vie. Et tout ce que j'ai eu le temps de voir se résume à des éclairs de lumière.

Cette nuit-là, je n'avais pas compris. Je n'avais que quatre ans après tout. Tout ce qui me faisait pleurer, c'était de savoir que mes parents ne reviendraient pas. Pourtant, j'y avais été préparé.
Mes parents étaient sorciers et aurors. C'est tout ce que je sais d'eux plus ou moins. Depuis mes deux ans, ils m'avaient parlé de leur métier. Des risques qu'il comprenait. Et que chaque mission pouvait les retirer à moi. Bien-sûr, ils avaient adapté le discours à mon âge et essayé de rendre ça le moins traumatisant possible.
Pour ça, je leur en veux un peu. Ils auraient dû me faire pleurer avant, avec un peu de chance, je n'aurais pas eu assez de larmes pour le soir de leur mort. Mais... j'aimais mes parents. J'étais fier d'eux. Et avec le temps, j'allais accepter certainement le fait qu'il soient morts car ils protégeaient depuis de nombreuses années les autres.

Mais qui me protégeait moi ?

SO I TRAVELLED BACK DOWN THAT ROAD
Après quelques jours passés chez le collègue de mon père, j'ai connu l'orphelinat. J'étais reconnaissant auprès de Jack (le collègue en question). Je ne voulais pas qu'il me garde avec lui plus longtemps. Je l'adorais. Enormément même. Mais je n'étais pas prêt à revivre cette expérience. Et Jack était auror comme mes parents. Je ne voulais plus de cette vie.
A vrai dire, je ne voulais plus de rien.

Surtout pas de la magie.
Je la haïssais au plus haut point.
La magie n'était qu'un abus de pouvoir. Qui étions-nous pour vouloir changer le plomb en or ? Pour faire voler des choses qui sont très bien à terre ? Pour... retirer en un coup de baguette la vie à autrui ? La magie m'avait tout retiré alors pourquoi je devais l'apprécier ?
Je ne voulais pas en entendre parler.

Si bien qu'à mes six ans, on se demandait si je n'étais pas cracmol. Là où mes camarades commençaient à témoigner des signes de pouvoirs magiques, je m'enfermais dans mes livres, mes BDs et mes dessins. J'étais sociable et gentil, j'aidais les gens. Comme mes parents me l'avaient enseigné. Seulement, ma popularité, ma gentillesse et ma bravoure n'ont pas suffit à prouver que j'avais ma place dans cet orphelinat pour sorciers et à sept ans, pour ma sécurité, on me redirigeait vers une famille d'accueil cracmol.

I WAS THINKING ABOUT YOU
En arrivant dans ma nouvelle famille, j'étais plein de bonne volonté. Monsieur et Madame Haven étaient des gens formidables et ils étaient bien placés pour comprendre mon passé. Mais je ne fus pas un enfant difficile. Je voulais toujours bien faire, je les aidais énormément. Je rapportais d'excellentes notes et avais plein d'amis à l'école moldue à laquelle on m'avait inscrit. Je revenais souvent avec eux d'ailleurs, animant l'autrefois austère demeure des Haven.

Puis à mes huit ans arriva une nouvelle enfant dans le foyer. Elle aussi, était issue d'une famille de sorciers qu'elle avait perdu. Enfin, de ce que j'avais compris, il n'était pas possible pour elle de vivre avec la famille de son père pour cause de sang et d'un manque flagrant d'appartenance à la caste magique de Londres. Serenity était selon ses paris une cracmol, ce qui était une disgrâce soi-disant.
La petite fille occupait alors depuis mes huit ans et demi la chambre à côté de la mienne. J'entendais souvent des petits sanglots étouffés et on a pris l'habitude de se retrouver sur le balcon commun, pour parler et essayer de penser à autre chose enfin. Au fil des semaines, les sanglots furent remplacer par des rires et je ne fus jamais aussi gratifié par quelque-chose que j'avais provoqué. J'étais content de voir ce sourire et j'étais fier d'en être la cause.

I WAS THINKING ABOUT ME
L'année aurait pu très bien se terminer. Seulement, tout bascula un jour où j'attendais Serenity à la sortie de l'école. Nous n'étions pas dans la même classe et je pensais que la sienne avait juste du retard. Seulement, le temps se fit long et en voyant ses camarades passer à côté de moi les uns après les autres, je me demandais si je n'avais pas ratée ma soeur adoptive.
Ce n'est qu'en voulant rentrer, la tête baissée, que j'entendis les mêmes sanglots que j'avais l'habitude d'écouter avant. Je tournais la tête pour voir Serenity coincée entre deux armoires à glace qui essayaient de lui piquer son goûter.

J'ai vu rouge. Les larmes que j'avais réussi à arrêter, que j'avais pris le temps d'essuyer et de remplacer par un sourire, ces crétins, ils les faisaient retomber. J'étais un idiot de n'avoir rien remarqué avant qu'elle ne commence à pleurer. Je n'étais pas là pour elle.
La peur noua mon ventre quand je repensais à la violence de la mort de mes parents. Avais-je été aussi inutile que maintenant ?

Je ne suis pas sûr de ce qu'il s'est passé... Mais les mains de Serenity serraient mon bras quand je repris conscience de ce qu'il se passait. "Viens Clyde, faut qu'on parte" chuchota-t-elle en essuyant une dernière larme. Mes yeux tombèrent sur deux enfants à terre et j'étouffai un cri. Mais Serenity tira sur ma main et très vite, on arriva à la maison, essoufflés. "Merci Clyde" avait-elle finalement murmuré alors qu'on regardait d'un air inquiet les hommes et femmes qui avaient pris place dans le salon des Haven...

Le soir-même, Maria Haven venait dans ma chambre. Elle caressa tendrement mes cheveux avant de me demander ce qu'il s'était passé avec les enfants ce jour-là. Je n'avais pas pu dire beaucoup. Mais elle, en revanche, m'annonçait que j'allais probablement devoir partir. La raison ? Le ministère n'était pas sûr que des cracmols et moldus puissent s'occuper d'un sorcier. J'avais froncé les sourcils, ne comprenant pas.
Ce jour-là, j'avais pour la première fois montré des signes de pouvoirs magiques.
Je n'étais pas un cracmol.
J'étais un sorcier.

Et je n'étais pas le seul. Les jours suivants l'annonce, Serenity fut si énervée de l'éventualité de mon départ qu'elle commença à faire sauter les plombs de la maison. Sa colère ne chutait pas même après qu'elle eut réalisé qu'elle était aussi une sorcière. Elle n'en avait aucune envie. Moi non plus. J'avais envie qu'on reste chez les Haven. Qu'on aille ensemble à l'école, au collège puis au lycée. Je ne voulais pas non plus être responsable de ce qui était arrivé à ces enfants. Cela n'était pas possible.
J'étais normal.
J'étais un garçon bien.
J'étais le héros de Serenity.

IF YOU'VE EVER LOVED SOMEBODY
Je suis finalement resté chez les Haven. Serenity, elle, a été reprise par sa famille aussitôt avait-elle montré un caractère bien trempé, de la perspicacité mais surtout, qu'elle était une sorcière. Elle était certes toujours la fille d'une moldue mais elle était douée. La fille ne s'opposa guère à ce soudain intérêt.
Et c'est comme ça qu'à nos neuf ans, je me séparais de ma protégée.

"Ce n'est pas plus mal, elle avait une mauvaise influence sur toi" avait dit l'assistante sociale chargée de notre dossier, appuyée de la psychologue. J'avais manqué de lui massacré la main avec mon stylo quand elle dit ça. Serenity est un ange. Elle m'avait donné un rôle. Elle avait été là pour moi comme j'avais pu être là pour elle.
Elle a nourri mon orgueil.
Mais elle a aussi donné un rôle à l'enfant que j'étais.
Et je la protègerai.

Les années ont passé. J'ai fini par me faire au vide de la chambre à côté de la mienne. J'ai tant bien que mal réussi à étouffer mes pouvoirs pour terminer ma scolarité à l'école moldue. Puis surtout parce que je voulais faire comme s'ils n'avaient jamais existé. Je n'irai pas à Poudlard. "Mais tes parents y sont aussi allés, Clyde". Et ? J'aimais mes parents, leurs souvenirs, j'étais fier. Mais je n'avais aucune envie de vivre leur vie. Surtout si elle me retirait ce que j'avais construit jusque-là.

Pourtant, je finissais bien sur ce tabouret, à Poudlard, devant quatre rangée de tables. Et les murmures du Choixpeau qui me glisse des mots au sujet de mes parents. Un frisson court sur mon échine alors qu'il finit par rugir.
Mais le mal est fait.

Non seulement j'étais sans famille, sorcier mais en plus ma mère était une saleté.

AND WISHED YOU COULD GIVE THEM EVERYTHING
Au début, j'ai rejeté tout ça. J'évitais de parler de ma famille. Oui, j'étais un descendant Grimm mais seulement de loin. Ma mère n'était pas Eléonora Grimm. J'étais le fils des Haven et un grand-frère pour les enfants qu'ils avaient adoptés par la suite. J'étais un garçon bien, le portrait craché de ses parents. J'étais apprécié de mes pairs. Rien qui ne puisse permettre de soulever mon passé empli de crasse.
Sauf que la nuit, je me réveille en sueur, voyant le visage de l'enfant que j'ai failli ruiner. Et je dois vivre avec l'idée que je suis probablement bien le fils de ma mère : une femme au double-visage qui a une acromentula au plafond. Je dois vivre en sachant qu'à chaque crise, je vais peut-être me retrouver à agir de façon extrême. Et sans le moindre regret.

Je sais donc que tout ça, ce n'est qu'une fragile façade.
Alors je vis loin de la colère, pour ne pas craquer. Je ne fais pas de confidence, pour ne pas dépendre. Je ne laisse rien m'échapper, pour ne pas avoir à assumer des conséquences. Et surtout, je dois être le premier à croire à mes mensonges.
Je suis Clyde Grimm-Haven, je suis solide et je n'ai rien à me reprocher.


▬ le sorcier derrière l'écran
◊ Pseudo : SayRay ◊ Âge : 23 ans ◊ Comment avez vous connu le forum ? Wow. Eh bien... La nostalgie m'a ramenée à un ancien forum sur lequel j'étais... il semblerait qu'il serve de forum test pour les designs (bon sang, ça fait stalker un peu) et j'ai cliqué sur un lien... Et voilà, boom, je suis là. Unique non ? ◊ Comment trouves tu le forum ? : Jusque-là, cool ◊ Un petit mot? Je vais m'abstenir XD

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Capitaine Serpentard
Messages : 1847


MessageSujet: Re: CLYDE || after you burn there's no one else   Lun 12 Oct - 0:47

MON DIEU. UN ANCIEN DU CHANT DU PHENIX. OMG OMG OMG.
OH MON DIEU MATTHEW. Oh putain, amour de ma vie.

Btw, bienvenue. WOWHOHOHOHO. Ca m'rend tellement euphorique.
(Au cas où t'es pas capté, j'suis Alex. LOL)

_________________


(c) P!A
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Préfet Gryffondor
Messages : 380
Pseudo : SayRay


MessageSujet: Re: CLYDE || after you burn there's no one else   Lun 12 Oct - 1:03

Je vais mourir MWAHAHAHA.
Mon identité secrète (oui pas du tout je sais) a tenu l'espace de quelques minutes seulement. J'aurais pas dû me connecter. XD

Mais ça fait trop plaisir de retrouver du monde. Je cherchais du HP en plus, ça tombe tellement bien.
(Je t'ai reconnue direct à l'avatar - ça fait vraiment stalker...)

_________________
EN COURS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Capitaine Serpentard
Messages : 1847


MessageSujet: Re: CLYDE || after you burn there's no one else   Lun 12 Oct - 1:05

Non mais je t'ai tellement envoyer des mails en mode "VIEEEEEEEEEEENS NOUS REJOIIIIIIIINDRE" aussi. Et puis j'suis tellement pas originale, j'ai juste repris le même personnage en mode Version 2.0. Oh putain, j'suis tellement contente. Tu m'as tellement manqué. FUFUFUFU. En plus comme d'hab' j'vais tomber in love de ton perso, obligé. Oh bordel. J'suis tellement contente j'vais jamais pouvoir pioncer cette nuit. J'vais trop faire la mega-teuf dans ma tête.

Hum, et si t'as des questions, n'hésite pas.

_________________


(c) P!A
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Préfet Gryffondor
Messages : 380
Pseudo : SayRay


MessageSujet: Re: CLYDE || after you burn there's no one else   Lun 12 Oct - 1:45

Non mais arrête, ton personnage est très bien ! Je vois pas le mal à le reprendre (ça vient de la personne qui a repris 3 fois le même perso et Matt approuve - je saute de la falaise plus tard hein). Puis au moins, j'ai des repères comme ça. -tousse- Vise un peu comment lire ça : "je ne vais plus te lâcher". Tu peux encore fuir, je t'assure.
ARGH. Je débarque à peine que je fiche le bazar et floode etc. Bref, délinquance quoi. Mais il le fallait.

Enfin, ahem merci pour l'accueil et je retourne à ma fiche (promis je serai sage... ...)

_________________
EN COURS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Capitaine Serpentard
Messages : 1847


MessageSujet: Re: CLYDE || after you burn there's no one else   Lun 12 Oct - 1:48

Non mais fais comme chez toi chaton hein. On flood sur ta fiche si on veut t'façon. /PAN
Et ouais, mais Alex à genre... Un peu changer. Genre beaucoup. (En gros, c'est pu une Mary Sue Gryffondor quoi.) En tout cas, maintenant que t'es là, on te séquestres. Voilà. (On a aussi Victoria Powell qu'est là, TOUJOURS.)

_________________


(c) P!A
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
avatar


MessageSujet: Re: CLYDE || after you burn there's no one else   Lun 12 Oct - 12:43

*se tape l'incruste*

Welllllcome TROOLL et bonne chance pour ta fiche ehehe ♥
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Préfet Gryffondor
Messages : 380
Pseudo : SayRay


MessageSujet: Re: CLYDE || after you burn there's no one else   Lun 12 Oct - 17:10

Ah oui, séquestrer ?! Mince, et moi qui croyais pouvoir partir ! #connaitlasortie
Et oui, j'ai vu que tu es passée du côté obscur de Poudlard chez les vert et argent ahem. (Victoria aussi ?? Mais j'ai mis trois siècles à venir alors)

Merci Flora hehe. J'en aurais eu besoin pour la fiche... HM.

_________________
EN COURS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
avatar


MessageSujet: Re: CLYDE || after you burn there's no one else   Lun 12 Oct - 18:35

Bienvenu à toi! Smile
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Préfet Gryffondor
Messages : 380
Pseudo : SayRay


MessageSujet: Re: CLYDE || after you burn there's no one else   Lun 12 Oct - 23:07

Et je te remercie Wink

_________________
EN COURS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Capitaine Serpentard
Messages : 1847


MessageSujet: Re: CLYDE || after you burn there's no one else   Mar 13 Oct - 11:56

Ouais mais bon, Vicky (Alias Jessie.) c'est mon bras droit de base, donc normal.
Apparemment Pablo à réussit à me faire passer du côté obscure, ouais. Non mais en vrai, j'ai toujours été serpy irl, j'ai pas compris mon délire avec Alex V.1. EEEEEET, je vais liiiiire ta fiiiiiiiiiiiche. Tu m'dis quand c'est officiellement terminé.

_________________


(c) P!A
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Préfet Gryffondor
Messages : 380
Pseudo : SayRay


MessageSujet: Re: CLYDE || after you burn there's no one else   Mar 13 Oct - 19:28

Je corrigeais mes fautes affreuses tu sais #shame Et je peux officiellement déclarer ça terminé.
Il est prêt à souffrir et à rester enchaîner au forum tel un esclave et à affronter les vipères etc... AHEM
(Clyde ou comment se faire des amis -tousse-)

_________________
EN COURS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 361


MessageSujet: Re: CLYDE || after you burn there's no one else   Mar 13 Oct - 20:13


Bienvenue !
Après mûre réflexion, j'ai décidé de t'envoyer à Serdaigle ! Je suis certain que tu t'y sentiras à ta place et que tu t'y feras plein d'amis ! Puis, si tu ne trouves pas ce qu'il te faut, tu peux toujours créer la personne idéale d'un coup de baguette. Alors, entre les devoirs, les amourettes, et les rencontres, ton agenda va être des plus chargés. Et ce, sans compter les activités extra-scolaires tels que le club de duel, le journal de l'école, et bien sûr, le quidditch ! Mais de temps en temps, n'oublie pas de faire une pause. Sur ce, si tu as d'autre question, n'hésite pas à envoyer un hibou à l'administration. Bonne année à Poudlard !

Amicalement,
Le Choixpeau

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://allwaswell.forumgratuit.lu

Invité
avatar


MessageSujet: Re: CLYDE || after you burn there's no one else   Mer 31 Aoû - 1:49

Ton histoire est excellente! I love you I love you I love you
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: CLYDE || after you burn there's no one else   

Revenir en haut Aller en bas
 

CLYDE || after you burn there's no one else

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Episode 5: Bonnie and Clyde.
» Si c'est une blague, elle n'est pas drôle (Clyde)
» clyde adrian rainsworth (uc) ▬ i watch the city burn
» (clyde) devil may cry
» Le Journal Débile de Clyde

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
All was well ϟ :: Fiches de présentation-