AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 Oscar E. Nott | On my walls I scrawl my gods


avatar
Messages : 162


MessageSujet: Oscar E. Nott | On my walls I scrawl my gods   Mar 15 Sep - 20:11




Oscar E. Nott

Getting heavy with the devil,
you can hear the wedding bells

◊ Prénoms : Oscar, Elias
◊ Nom : Nott
◊ Date de naissance : 21 décembre 1952
◊ Âge : 45 ans
◊ Métier : Langue-de-plomb
◊ Statut du sang : Sang-Pur
◊ Statut social : Veuf
◊ Orientation sexuelle : Hétérosexuel
◊ Groupe : Membre du Ministère
◊ Avatar : Mads Mikkelsen

▬ un face à face avec le psy

Les choses simples, les individus simples, ne sont pas toujours ceux qui nous attirent le plus. Bien au contraire, il s'agissait d'une facheuse tendance dont ne pouvaient se séparer les habitants du monde moldu mais aussi ceux du monde magique. Cet homme, pas n'importe lequel, possédait des pouvoirs magiques qui s'étendaient bien au-delà d'une simple baguette, de simples formules magiques. Cet homme, Oscar, saura vous ensorceler par un simple regard sombre et mystérieux, un sourire aimable cachant bien des choses, vous défiant silencieusement d'oser aller plus loin, par des mots choisis à la perfection. Semer le trouble, c'est ce qu'il savait faire de mieux et, que ce fusse par haine, par amour, par admiration ou par un quelconque autre sentiment, il ne vous laissera pas indifférents. Tout cela était-il naturel ou le faisait-il exprès ? Il s'agissait d'un secret que vous ne pourrez résoudre, une réponse qu'il ne connaissait pas lui-même. Attraction naturelle. Peu étaient les personnes qui osaient, qui parvenaient et qu'il laissait pénétrer les douces, obscures et chaotiques méandres de son environnement, de son esprit. Oscar Nott n'était pas toujours très loquace et aimait encore moins parler de lui-même. Le mystère et les secrets étaient rois. La solitude était l'une de ses plus grandes amies ou même la seule. Cette part de sa personnalité s'était déjà formée au temps de son adolescence mais n'avait jamais cessé de subsister et même de prendre considérablement de l'ampleur au fil des années. Une autre chose s'était d'ailleurs ajoutée immanquablement à cela : faire cavalier seul était l'un de ses seuls credo. Un individualisme qui ne plaisait pas à tout le monde, les gens croyant alors parfois à une tentative de complot le suspectant à tort. Mais ces choses-là arrivaient très rarement, l'amabilité, l'influence et les aptitudes de l'homme ténébreux inspiraient la confiance et le respect. Mais il ne devait rien à personne. Sa confiance et sa considération ? Très peu parvenaient à les obtenir en retour. Et, si c'était le cas, il fallait se voir chanceux car il était plutôt inhabituel qu'un homme aussi fermé qu'Oscar vous porte un semblant d'intérêt. Il était d'ailleurs sûrement inutile de préciser que les sentiments et l'attachement avaient presque totalement quitté son cœur. Il se faisait passer pour quelqu'un qui n'avait justement pas de cœur, ce qui était presque la vérité. Personne ne trouverait grâces à ses yeux hormis peut-être les membres de sa famille – qu'il n'appréciait pas tous –, son ancienne femme – qui n'avait plus besoin de tant d'attention maintenant qu'elle s'était envolée depuis quelques années déjà dans des cieux peut-être plus sereins, peut-être plus sombres – ou bien le Maître qu'il s'était choisi. Les sorciers avec lesquels il s'alliait et ses agissements étaient toujours dictés par un certain intérêt. Personne ne le pousserait à entreprendre quoi que ce soit s'il ne s'agissait pas avant tout des ses propres convictions. Non, le calcul, la manipulation et la persuasion, c'est lui qui en était le maître. Cependant, s'il se laissait entraîner en une affiliation, Oscar prendrait plaisir à prendre les rênes et à conduire lui et ses partenaires en direction de l'aboutissement de leur intérêt commun. Oscar ne doutait jamais de ses actes, ne doutait surtout pas de lui-même. Il ne comptait que sur lui-même, on ne pouvait faire confiance à personne d'autre. Pendant ce temps, certains le considéraient comme imbu de sa personne. Peut-être était-ce vrai, peut-être était-ce faux, une chose était sûre : il avait confiance en lui, il croyait en lui et ce dans quoi il s'engageait, il était sûr de lui. Il était très réfléchi, il était intelligent et le savait très bien, aimait en jouer. Il saurait user de ses charmes, il saurait choisir les mots justes pour manipuler votre esprit et peut-être même le pervertir. Oscar avait toujours était très ambitieux et déterminé, qu'il se fut agi de son emploi, de ses actes, de sa volonté à vous attirer à lui et faire de vous ce qu'il désirait ou des causes qu'il défendait. Cette ambition, malheureusement, le menait parfois à une obsession effrayante et maladive. Une obsession qui se manifestait envers le Seigneur des Ténèbres, son seul et unique modèle, son seul et unique commandant, son seul et unique maître. Le seul qu'il laisserait le diriger, le contrôler mais il n'aurait de toute façon pas le choix. C'était comme si cette magie noire qui l'avait toujours fasciné, ces idéaux monstrueux qu'il avait toujours gardé secret, s’immisçaient en lui, en chaque parcelle de son corps pour doucement le pousser un peu plus à une certaine folie.



▬ le récit de vos aventures


21 décembre 1952

Un nouveau-né, Oscar, vit le jour et prit instantanément sa place au sein de la famille Nott, une famille comme les autres. Ou du moins, comme toutes les autres familles de sang-pur. Accueilli par ses parents et par un frère âgé de quelques années de plus, son avenir était déjà tout tracé à la première seconde où il ouvrit les yeux sur ces trois visages, sur un monde qui l’attendait. Dès lors, les membres de sa nouvelle famille surent que son existence était et serait spéciale. Alors qu’il ne résidait encore que dans le ventre de sa mère, celle-ci savait déjà, lorsqu’il avait commencé à grandir, à donner des coups, à la faire souffrir le martyr, que sa place en tant que sorcier, en tant que fils, en tant que Nott, serait essentielle. Elle l’avait senti dans sa matrice, dans ses entrailles, dans chaque cri qu’elle avait poussé, dans chaque goutte de sueur qui avait glissé sur son visage blême et tordu par le mal qu’elle ressentait, dans chaque vertige qui l’avait élancée, dans chaque moment de souffrance que son premier fils ne lui avait jamais fait subir. C’est ainsi qu’il commença à grandir avec l’amour de ses parents, dans la jalousie de son grand frère malgré leur entente, malgré le lien spécial les unissait. Mais c’est sans compter qu’il évolua également dans une famille dont le nom était vaniteux et considérable, où certaines valeurs, certains préceptes n’étaient pas à négliger. Les erreurs ne seraient pas acceptées, ne seront pas oubliées. Il agréa à vivre dans cette situation bien qu’il n’avait pourtant pas eu le choix, qu’il ne l’avait pourtant pas souhaitée, alors qu’il ne l’avait pas demandée. Les règles, les opinions, les croyances et les idéologies lui étaient dictées mais cela ne l’empêcha pas de constituer son propre jugement. Jugement qui ne différait pas de celle de ses parents. Il vécut dans le luxe, dans l’importance du statut de sang mais cela ne le dérangea jamais et personne ne pourrait le façonner ni le changer. Oscar Nott serait la personne qu’il voudrait être.



« L’intelligence sans ambition
est un oiseau sans ailes. »

Oscar connaissait ses pouvoirs, connaissait ses particularités depuis toujours. Il était un sorcier, il en était fier mais cela ne lui suffisait pas. Non, il voulait – et ce depuis son plus jeune âge – devenir un sorcier spécial, un sorcier célèbre. Un sorcier dont personne n’oublierait le nom et les exploits. Que son propre nom évoque la peur, le dégoût, la haine ou l’admiration, il voulait devenir un grand sorcier. Il put alors commencer à travailler à cela en faisant ses premiers pas à Poudlard, école dont il avait tant entendu parler, qu’il avait tant attendu d’intégrer en onze années. Accompagné de ses envies et de ses buts, de son chat noir auquel il avait donné le nom de Pluto acheté spécialement par ses parents, de ses robes de sorciers somptueuses achetés pour l’événement, il fit sa rentrée comme tous les autres petits sorciers de onze ans. Le choixpeau magique ne mit que quelques secondes avant de déterminer et de lui assigner la Maison qu’il était sur le point de rejoindre : Serpentard. Il n’avait cessé de prononcer ses vœux par la pensée que seul le vieux chapeau pouvait entendre mais cela paraissait évident, prémédité. Oscar, encore jeune et quelque peu insouciant, ne mit pas longtemps avant de se faire beaucoup d’amis au sein de sa propre Maison. Les différentes Maisons de Poudlard était un grand tabou à l’époque, les autres que la sienne lui importaient peu. Il avait été envoyé à Serpentard, c’est là qu’il devrait être, c’est avec eux qu’il devrait cohabiter, évoluer et coexister. De nombreux camarades venaient à lui comme des vagues ne cessant d’aller et venir sous la violence d’une tempête. Il accepta plus ou moins toutes ses nouvelles recrues. Pourtant, en grandissant, il réalisa une chose : il était et serait toujours seul. Encore jeune adolescent, il aimait la compagnie des autres mais avait tout de même toujours préféré ses moments de solitude avec ses propres pensées, ses propres rêves. Il privilégiait ses heures de classe et ses leçons qu’il prenait plaisir à comprendre et à intégrer. Oscar Nott était tout ce que l’on pouvait appeler un élève modèle : faisant la plupart du temps partie de l’un des premiers de la classe, il avait été préfet et préfet en chef, membre du club de Slug et aimait également monter sur son balais à ses heures perdues sans pourtant faire partie de l'équipe de Quidditch de Serpentard. Certains de ses camarades lui demandaient alors comment il parvenait à faire tant de choses à la fois. Mais ce qu’ils ne savaient pas, c’est qu’il faisait preuve d’une intelligence naturelle, une aptitude à mémoriser une bonne partie d’un cours à la simple écoute des professeurs. Très tôt, il développa des compétences en Sortilèges, en Défense contre les forces du Mal, en Potions, ses matières favorites dans lesquelles il excellait par la même occasion. Il appréciait autant la théorie que la pratique et, essayant toujours d’avoir de bonnes notes dans toutes les matières. Ainsi, il sut également briller en Histoire de la Magie, Etudes des Runes et Etudes des Moldus. Beaucoup se trouvaient étonnés de le voir dans cette dernière discipline puisqu’il représentait tout des Serpentard de sang-pur. Mais Oscar avait toujours eu pour ambition d’entrer au sein du Ministère de la Magie, avenir qui lui était de toute façon déjà prédestiné. C’est alors grâce à ses trois dernières matières qu’il put atteindre son but. Depuis sa première année à Poudlard, le jeune sorcier s’était d’ailleurs aussi trouvé une fascination pour la magie noire grâce à la Défense contre les forces du Mal. Magie si puissante et à la fois si mystérieuse. Magie si convoitée et à la fois redoutée. Magie dont il avait toujours voulu en savoir toujours plus. Mais, évidemment, cette fascination, il la vivait et la ressentait seul, dans le plus parfait des secrets.



« Le mariage a ses antipathies et ses fureurs. »

Malgré leur importance, Oscar n’avait pas que des obligations professionnelles. En effet, depuis ses dernières années à l’école Poudlard, ses parents lui avait imposé quelque chose d’encore plus important, de plus intime. Une petite-amie qu’il connaissait à peine mais qu’il avait su apprécier au fil des années. Un mariage arrangé, une alliance forcée, mais qu’il avait su accepter. Aurait-il eu le choix ? Il s’était dit que non, alors autant ne pas refuser. Rien n’était encore fait, ils apprenaient à se connaitre et à appréhender leur avenir ensemble. Au fil du temps et à force de se fréquenter, ils avaient réussi à développer des sentiments l’un envers l’autre. Mais cela restait un mariage arrangé pour Oscar, rien qu’il ne considérait comme acquis, ce n’était rien qu’une aliénation à laquelle il n’avait pu résister. Les bons comme les mauvais côtés, il approuvait les conséquences que portait son nom et son statut. Elle était plutôt jolie, douce et même assez intelligente. Comment ne pas succomber à quelques un de ses charmes ? Ils étaient à présent mariés, vivaient en ménage dans un manoir bien trop grand pour deux petits êtres comme eux. Un grand attachement et une distance les unissaient, des secrets animaient les sentiments du sorcier. Il ne pouvait se permettre d’aller plus loin. Il le pourrait pas mais il restait là.



« La terreur règne partout...
la panique... la confusion... »

A cette époque, Voldemort régnait déjà depuis quelques années sur le monde magique. Ses idées radicales en effrayaient plus d’un et faisaient vibrer le monde des sorciers. La vie devenait de plus en plus sombre en Grande Bretagne. Les sorciers tentaient de continuer à vivre tout en étant animés par la peur qui ne faisait que prendre de l’ampleur de jour en jour. Pendant ce temps-là, certains se ralliaient au Seigneur des Ténèbres et menaient à bien leurs missions et leur servitude. D’autres, en tout cas Oscar Nott, regardaient de loin. Pourtant, son admiration n’était pas des moindres. Mais il était encore trop lâche pour envisager de se ranger dans un quelconque rang. Tout du moins, il préférait observer les actes du Seigneur des Ténèbres et de ses Mangemorts tout en restant à distance. Et, dans tous les cas, il n’avait pas une situation assez stable pour tenter quoi que ce soit. Il ne pouvait néanmoins pas s’empêcher de ressentir une certaine fascination envers le mage noir. Il existait donc un être capable de mettre en pratique leurs idéologies à tous, de faire sorte que leurs croyances ne soient plus que de simples idées mais des faits ? Il existait donc quelqu’un de si courageux pour commettre de tels actes considérés comme monstrueux par les autres, au risque de se mettre ceux-là ainsi que le gouvernement à dos ? De risquer se faire tuer à tout moment tout en étant bien trop redouté et bien trop puissant pour que cela se produise ? Oscar suivrait toutes ses actions en silence, en secret.



« C’est de la confiance que naît la trahison. »

Grâce à son travail, à son statut et à son influence au sein du Ministère de la Magie, Oscar eu plusieurs fois l’occasion de voyager à étranger. Russie, France, Etats-Unis, Bulgarie… Chaque fois qu’il partait, généralement pour quelques jours, parfois pour quelques semaines, il laissait sa femme derrière lui. Il la laissait seule à la maison, totalement seule, parfois pour un temps indéterminé pour commencer. Elle n’avait, de toute façon, jamais exprimé l’envie de l’accompagner. Un voyage d’affaire n’avait rien d’un séjour en amoureux, après tout. Pourtant, cela leur aurait évité de séparer pour se retrouver ensuite et se creuser une distance, un gouffre qui s’ouvraient toujours un peu plus à chaque fois. Un nouveau séjour avait été organisé. Celui-ci ne se déroula, en revanche, pas du tout comme les précédents. Une rencontre. Une femme. Un homme et une femme succombant l’un à l’autre. Il aurait pu s’en vouloir par la suite mais cette femme avait quelque chose de spécial. En fait, elle avait tout ce que sa propre femme ne possédait pas. Une attirance qu’il ne ressentait presque plus envers la femme qu’il avait épousé par obligation. Il aurait pu s’en vouloir mais les années étaient passés, ses sentiments n’étaient plus les mêmes, il s’ennuyait. Sa vie était devenue quelque peu monotone, une routine insupportable. Ils ne partageaient presque plus rien, ne s’accordaient plus de temps à deux en dehors du manoir. Il passait la plupart de son temps au Ministère, il rentrait tard et sa femme qui n’avait ni emploi ni enfant, exprimait son ennui et sa frustration en colère. Les disputes n’étaient pas très fréquentes mais se multipliaient tout de même. Il aurait pu s’en vouloir mais elle ne le saurait. Le secret resterait là où la tromperie avait eu lieu. Le secret resterait secret. Le secret resterait où il était. Une fois rentré de son dernier voyage d’affaire, Oscar ne révéla, bien évidemment, rien de la façon qu’il avait passé son temps-libre dans un pays qui n’était pas le leur. Il n’aurait pas pu.



« Voilà longtemps que celle avec qui j’ai dormi.
Ô Seigneur! a quitté ma couche pour la vôtre,
Et nous sommes encore tout liés l’un à l’autre,
elle à demi vivante et moi mort à demi. »

A son retour d'un de ses derniers voyages d'affaire, une assez mauvaise nouvelle lui tomba dessus. Avant qu’il ne parte travailler quelques temps à l’étranger, il avait fait promettre à sa femme d’aller consulter un Médicomage pouvant soigner grâce à quelques antidotes l’éclabouille cérébrume – variante de l’éclabouille mais beaucoup plus virulente résultant à la confusion et à la perte de mémoire – qu’elle avait attrapée et qui persistait déjà depuis une ou deux semaines. Cette maladie se soignait en règle générale en quelques séances à moins qu’elle ne soit bien plus grave chez certains sorciers. Ce fut ce que sa femme lui appris assez brutalement avec en prime plusieurs reproche. Apparemment, ses séances n’avaient rien changé et le Médicomage ne parvenait pour le moment pas à soigner sa maladie. Les semaines, les mois, les années passèrent et les choses changèrent : la maladie prenait de plus en plus en importance, en danger. Sa femme perdait peu à peu la mémoire et ne savait pas toujours ce qu’elle racontait. Cependant, cette maladie, leur couple battant de l’aile, étaient l’une des seules choses que son trouble semblait bien vouloir qu’elle n’oublie pas. Cela faisait à présent quelques semaines qu’Oscar avait changé de poste au Ministère de la Magie. Il s’était bien vite rendu compte que le Département de la justice magique ne lui convenait plus, ne l’avait jamais vraiment convenu. Changeant totalement de Département, c’est au Département des Mystères qu’il avait ensuite été intégré. Et, un soir, alors qu’il rentrait du Ministère et qu’il transplana pour atterrir directement dans l’entrée de chez lui, lui parvinrent de faibles gémissements et sanglots. Il fronça les sourcils prenant le temps de se dévêtir de ses vêtements de trop puis se dirigea vers le salon. Il découvrit alors son elfe de maison agenouillé au sol près du corps de femme. Ses yeux firent quelques allers-retours entre sa femme et l’elfe, il ne comprenait pas. « Va t’en, » avait-il simplement murmuré. Mais l’elfe continuait de sangloter sans bouger. « Va t’en ! » répéta-t-il plus férocement. Et l’elfe disparu dans les airs. Il fit quelques pas vers sa femme puis, toujours debout, droit comme un piquet, l’observa durant quelques longues minutes. Etendue sur le tapis du salon, inerte, baguette encore à la main. Morte. Oscar ne faisait aucun mouvement, aucun geste, même ses pupilles et ses paupières ne bougeaient plus. La seule chose qui se produisait était sa colère qui augmentait un peu plus à chaque seconde, partant de son estomac pour monter jusqu’à sa gorge lui offrant un goût acide. En colère, mais contre qui ? Contre elle ? Contre lui ? Contre les Médicomages ? Il ne sut dire en cet instant et ne pensait plus à grand-chose. Ou si, son cerveau fonctionnait à une vitesse inimaginable, les questions s’enchaînaient, les injures également mais il ne se défoula pas, il ne laissait rien paraitre alors qu’il était pourtant seul. Il avait maintenant un immense manoir pour lui seul, l’espace vide encore plus impressionnant que lorsqu’elle était encore avec lui. Il ne l’oublierait pas. Il ne l’avait jamais aimé mais avait tout de même appris à l’apprécier. Il s’était attaché, elle avait comptée. Il ne l’oublierait pas.


▬ le sorcier derrière l'écran
◊ Pseudo : Estelle (Drago L. Malefoy) ◊ Âge : 21 ans ◊ Comment avez vous connu le forum ? J'y suis déjà inscrite. ◊ Comment trouves-tu le forum ? : Il est cool. ◊ Un petit mot ? Mads.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 1471
Pseudo : Sideris aka Estelle


MessageSujet: Re: Oscar E. Nott | On my walls I scrawl my gods   Mar 15 Sep - 22:45

Mais il est où Beurk, dans tout ça ?

_________________

THERE'S DAGGERS IN MEN'S SMILES
There the grown serpent lies. The worm that’s fled hath nature that in time will venom breed ; no teeth for th' present.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 1815


MessageSujet: Re: Oscar E. Nott | On my walls I scrawl my gods   Mar 15 Sep - 23:51

Beurk en fait, il est mort. J'avais confondu avec Barjow qui lui, est encore en vie. Et en fait, Barjow on en a pas tant besoin que ça. Donc j'le laisse en P.V. Celui dont on a besoin, c'est le mangemort qui a récupéré l'objet maléfique de l'intrigue. Parce qu'il faut bien quelqu'un qui connait la suite de l'intrigue pour diriger les membres mangemorts. Donc voilà. Here I am.

_________________


(c) P!A
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 1471
Pseudo : Sideris aka Estelle


MessageSujet: Re: Oscar E. Nott | On my walls I scrawl my gods   Dim 17 Jan - 22:50

J'attends toujours ta petite biographie.

_________________

THERE'S DAGGERS IN MEN'S SMILES
There the grown serpent lies. The worm that’s fled hath nature that in time will venom breed ; no teeth for th' present.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 490
Pseudo : Jyn


MessageSujet: Re: Oscar E. Nott | On my walls I scrawl my gods   Lun 12 Sep - 2:28

Est-ce que je dois souhaiter la bienvenue même si c'est un autre compte? Hehe

*Tente d'être sympathique*

_________________
Hero or not?
I like walking in the rain so no one can see my pain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 162


MessageSujet: Re: Oscar E. Nott | On my walls I scrawl my gods   Jeu 15 Sep - 23:21

Non, ce n'est pas la peine de souhaiter la bienvenue à celui qui te livrera au Seigneur des Ténèbres et qui est aussi à la fois ton cher et tendre Drago Malefoy.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité



MessageSujet: Re: Oscar E. Nott | On my walls I scrawl my gods   Sam 1 Oct - 20:28

Bienvenue sur le forum Smile
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Messages : 1471
Pseudo : Sideris aka Estelle


MessageSujet: Re: Oscar E. Nott | On my walls I scrawl my gods   Dim 2 Oct - 10:42

Merci Lilith, ahah !

_________________

THERE'S DAGGERS IN MEN'S SMILES
There the grown serpent lies. The worm that’s fled hath nature that in time will venom breed ; no teeth for th' present.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 337


MessageSujet: Re: Oscar E. Nott | On my walls I scrawl my gods   Sam 8 Oct - 19:33


Bienvenue.

Bienvenue dans le monde des Adultes ! Je suis certain que tu t'y sentiras à ta place et que tu t'y feras plein d'amis ! Puis, si tu ne trouves pas ce qu'il te faut, tu peux toujours créer la personne idéale d'un coup de baguette. Alors, entre le travail, les amourettes, et les rencontres, ton agenda va être des plus chargés. Mais de temps en temps, n'oublie pas de faire une pause. Sur ce, si tu as d'autre question, n'hésite pas à envoyer un hibou à l'administration.

Amicalement,
Le Choixpeau

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://allwaswell.forumgratuit.lu

avatar
Messages : 1815


MessageSujet: Re: Oscar E. Nott | On my walls I scrawl my gods   Sam 8 Oct - 19:38

Tu t'es validé. XD
Je vais lire.

Edit, : c'est juste nickel. Omg. Et sa femme, c'est triiiiiiste.

_________________


(c) P!A
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 1471
Pseudo : Sideris aka Estelle


MessageSujet: Re: Oscar E. Nott | On my walls I scrawl my gods   Sam 8 Oct - 19:38

J'adore ta biographie, ton personnage a l'air tellement cool.
Bienvenue à moi-même.

keur


Bon, sinon... Voilà, ma fiche terminée. J'espère qu'elle plaira à Alexis et à vous tous aussi d'ailleurs, puisque c'est un personnage très important. En tout cas, j'ai pris beaucoup de plaisir à écrire une première fois sur Oscar même si je trouve la fin un peu bâclée (j'ai passé une bonne partie de ma journée à écrire cette biographie, au bout d'un moment j'en avais mal au tête, ahah).

Dites-moi ce que vous en pensez. En espérant être à la hauteur. :smile:

_________________

THERE'S DAGGERS IN MEN'S SMILES
There the grown serpent lies. The worm that’s fled hath nature that in time will venom breed ; no teeth for th' present.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 1815


MessageSujet: Re: Oscar E. Nott | On my walls I scrawl my gods   Sam 8 Oct - 19:59

Mdrrrr. J'ai édité au moment où t'as posté je crois. 

... PARFAIT. Et j'aime trop le fait qu'il ait changé de taff.

_________________


(c) P!A
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 1471
Pseudo : Sideris aka Estelle


MessageSujet: Re: Oscar E. Nott | On my walls I scrawl my gods   Sam 8 Oct - 20:05

Oui, j'ai changé parce que je me suis dit qu'il ne pouvait pas intégrer le Département des mystère directement après Pouldard.

Pour sa femme, je ne savais pas trop comment elle pouvait mourir. Au début j'avais pensé qu'elle aurait pu être auror et donc mourir pendant une attaque. Mais je me suis dit ensuite que c'était pas cohérent puisque ça devait être une Sang-pur. Du coup j'ai cherché des maladies, je ne sais pas si l'éclabouille cérébrume peut se développer à ce point, mais bon, tant pis...

Merci en tout cas. C'est cool que ça te plaise. keur

_________________

THERE'S DAGGERS IN MEN'S SMILES
There the grown serpent lies. The worm that’s fled hath nature that in time will venom breed ; no teeth for th' present.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Oscar E. Nott | On my walls I scrawl my gods   

Revenir en haut Aller en bas
 

Oscar E. Nott | On my walls I scrawl my gods

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» OSCAR MALE X CANICHE 6 ANS . NORD 59 - ADOPTE
» Oscar et la dame Rose
» [relaxe amende] escroquerie poitiers le 15 mars oscar 2000
» OSCAR CANICHOU 15 ANS TORTURE ASSO ROSALIE (VAR 83)
» Artémis Nott

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
All was well ϟ :: Administration :: Inscriptions à Poudlard :: Fiches Validées-