AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 you are nothing to me. > drago&pansy.


Invité



MessageSujet: you are nothing to me. > drago&pansy.    Mer 22 Avr - 21:10

You are nothing to me.
Pansy & Drago
«C’est surtout quand mes yeux se ferment qu’ils voient le mieux, car tout le jour ils tombent sur des choses indifférentes ; mais, quand je dors, ils te contemplent en rêve et, s’éclairant des ténèbres, deviennent lucides dans la nuit.»

Il commence à faire nuit. Le ciel s'assombrit, grande écharpe qui s'enroule dans les airs, entraînant avec elle les gros nuages qui survolent le château. Les étoiles ont enfilés leurs plus beaux manteaux lumineux et la lune brille de milles feux. Ce n'est que le début de la soirée mais pourtant, spectacle ensorcelant qui ancre le ciel. Fin d'hiver, début de printemps, les oiseaux commencent à sortir de leurs nids, les animaux s’apprêtent à quitter leurs refuges en même temps que les arbres qui commencent à déployer leurs branches, ouvrant leurs grands bras afin de saluer les fleurs qui commencent à déclore doucement. La pluie s’est arrêtée mais le gazon du Parc est quand même mouchardé de grosses gouttes d’eau. C’est un beau spectacle qui se prépare. Le spectacle d’une nature paisible. Un hurlement se fait entendre dans tout le château. Ce n’est plus un, mais des cris qui se font entendre. Le paysage devient tout d’un coup terne et flou et les animaux se recroquevillent dans leurs habitats. Le lac Noir tremble, comme effrayé par ce temps qui s’annonce de plus en plus apeurant mais ce n’est que fruit d’imagination. Vent glacé souffle à vous en congeler les os. A vous enfoncer dans les profondeurs les plus obscures et interdites de ce monde.  Dans le château, une ambiance lourde et pesante est présente. Tous les élèves sont, tels animaux effrayés, cachés dans leurs salles communes. Les professeurs sont dans leurs salles de cours ou pour la plus part dans leurs chambres.

Serpentard.

La Salle Commune est vide, les élèves sont tous dans leurs chambres ou dans le parc : tout le monde est occupé. Le feu dans la cheminée illumine la pièce assombrit par le manque de chaleur humaine, les bougies accrochés aux murs s’enflamment jusqu’à s’éteindre puis se rallumer de nouveau. Cycle infini qui n’arrête point, tout comme les mauvais tours des résidents de ce petit club.  Pas précipités et talons claquant sèchement contre le sol froid du couloir se font entendre. Tableaux toujours affolés murmurent à son passage. Humeur pesante, temps humide par les rumeurs. Un son sourd se fait entendre, suivit d’un grondement presque animal.

« Merlin fais plus attention ! »

Sa voix tonne remplissant l’espace vide. Sourde, cassante, sortant l’élève maladroit de sa torpeur. Quelque chose en elle explose, tel volcan en pleine éruption. Sa lave coule, chaude et brûlant mains vives essayant de la maintenir hors de son corps. C'est ce magma qui veille, emprisonné dans cette prison d'or paralytique. Les bras surchargés de gros volumes de Potions, une élève de Septième année se fit rentrer dedans par cinquième qui affichait un grand sourire amusé. Pansy Parkinson le regarde, les sourcils froncés et les lèvres pincés puis finit par le contourner, les yeux levés au ciel. La porte de la Salle Commune s’ouvre sur la silhouette élancée de Drago Malefoy. Le décor disparaît, emportant avec elle l'élève, la scène s’arrête. Des jours étaient passés sans qu'il ne lui accorde un quelconque intérêt. Parfois, il se contentait de la saluer de la tête et de rester avec Crab et Doyle. L'ignorance est le pire des silence.Le cœur tambourinant dans sa poitrine, ses lèvres arrivèrent quand même à s’étirer en un petit sourire en coin des lèvres.

« Oh tiens Drago ! Ton père a envoyé une lettre. Dommage que tu n’ais pas été là pour répondre…Ah bah si ! Je l’ai fait à ta place, tu ne m’en veux pas ? Raconter les activités inexistantes de notre petit couple est devenue plus qu’une passion pour moi.»



© Gasmask
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Messages : 1471
Pseudo : Sideris aka Estelle


MessageSujet: Re: you are nothing to me. > drago&pansy.    Mer 10 Juin - 22:58



   
   Drago & Pansy
   You are nothing to me
« Notre but à tous est de maintenir notre existence jusqu’à la vieillesse dans l’honneur, l’aisance et le bien-être ; et à ce but nous rencontrons de tels obstacles que nous risquons toujours quelque chose pour tout, tout pour quelque chose. Tel risque sa vie pour l’honneur dans la furie terrible des batailles, tel autre son honneur pour la richesse ; et souvent cette richesse même entraîne la mort et la perte de tout. »


D
es éclats de rire et des éclats de voix pouvaient encore se faire entendre dans la fraîcheur et la pénombre du crépuscule. Malgré l’hiver qui annonçait son départ imminent, les journées se montraient toujours aussi courtes – mais pas moins fatigantes. Il quitta l’agitation du parc, laissant ses amis, ses ennemies derrière lui, sans aucun autre regard. Ainsi, il alla regagner la chaleur du château alors que sa trajectoire était déjà toute tracée. Quelque chose bouillonnait en lui, comme un chaudron que l’on aurait laissé trop longtemps sur le feu. Il pouvait presque en sentir les vapeurs lui monter à la gorge, à la tête. Il avait passé une mauvaise journée. De son habituel comportement des plus intolérants qu’il soit, certaines personnes, aussi bien professeurs qu’élèves, avaient tendances à l’agacer au plus haut point. Cette école n’avait-elle recueillit que des abrutis ?

Des talons rapides et rudes martelaient les marches de l’escalier menant aux sous-sols de leurs pas précipités, et plus précisément à la Salle Commune des Serpentards. Ils résonnaient à présent dans un couloir vide, humide et sombre, s’avançant dans l’allée royale que créaient les nombreux flambeaux accrochés aux murs. Ils s’arrêtèrent peu à peu devant un mur nu. Il regarda autour de lui pour s’assurer qu’il était bien seul et récita à haute voix mais presque en murmurant le mot de passe qui leur avait été attribué. La porte dissimulée dans le mur grisâtre apparut, il allait enfin pouvoir être tranquille, loin de tout et de tous, seuls avec ses pensées les plus sombres. La porte s’ouvrit et ses pas le firent pénétrer la pièce plongée dans son ambiance sombre. Mais il tomba nez à nez avec Pansy. Il ne manquait plus qu’elle. Il se stoppa net devant elle alors que la jolie brune lui adressa un petit sourire auquel il ne répondit pas. Son attention fut aussi attirée par un gamin planté à leur côté, un sourire amusé et mesquin figé sur son visage insupportable. Il n’eut qu’à tourner le visage en sa direction et lui adresser un regard glacial pour que celui-ci file aussi rapidement qu’une brève brise. Satisfait, il reporta son attention sur la jeune fille qui représentait sa fiancée, sa future femme. Il ne la considérait qu’ainsi. Il l’avait toujours bien estimée, à l’époque où elle n’était rien d’autre que son amie, mais il ne l’aimait pas. Souvent ses amis éprouvaient une certaine jalousie à son égard lui répétant incessamment à quel point il avait de la chance. En effet, Pansy Parkinson était une très belle jeune femme, mais cela ne lui suffisait pas. Il était pourtant obligé de la considérer, même à Poudlard, un minimum afin de ne pas déshonorer leurs familles, leurs pères, son père.

« Oh tiens Drago ! Ton père a envoyé une lettre. Dommage que tu n’es pas été là pour répondre… Ah bah si ! Je l’ai fait à ta place, tu ne m’en veux pas ? Raconter les activités inexistantes de notre petit couple est devenu plus qu’une passion pour moi. »

Il la toisa un instant un peu méchamment puis finit par la contourner.

« Fais donc, si tu n’as que ça à faire, » répondit-il simplement après avoir lâché un petit rire ironique.

Il traversa la salle lugubre faite de pierres sombres semblables à celles du couloir qu’il avait parcourut plus tôt mais où régnait une atmosphère spéciale grâce au lac qui les engloutissait et aux lampes verdâtres suspendues au plafond par les chaînes, et il alla s’installer sur un des grands canapés noirs près du feu. Il desserra sa cravate et pencha sa tête contre le dossier en soupirant. La Salle Commune était calme, même déserte si on ne comptait pas le couple. Le dîner n’avait pas encore eu lieu alors tous les élèves et professeurs étaient à leurs occupations. A part eux, au plus grand désespoir de Drago.
WILDBIRD

_________________

THERE'S DAGGERS IN MEN'S SMILES
There the grown serpent lies. The worm that’s fled hath nature that in time will venom breed ; no teeth for th' present.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

you are nothing to me. > drago&pansy.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Drago Malefoy is back ^^.
» Drago Malfoy
» Tu me tiens, je te tiens... || Drago Malefoy
» drago malefoy
» Drago Malefoy [Done]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
All was well ϟ :: RP :: RPs abandonnés-