AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 oh please, stop that ► ft draco malfoy


avatar
Capitaine Serpentard
Messages : 1868


MessageSujet: oh please, stop that ► ft draco malfoy   Mer 22 Avr - 15:36

Oh, stop it

tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man, boy. but for now it’s time to run.

Et voilà que je descendais de la tour d'astronomie après avoir fait ma bonne action du jour. Par contre, je revenais bredouille pour ce qui était des réponses aux questions que je me posais à propos du devoir donner lors du dernier cours. Dire que Mr Harrison venait de m'impliquer dans une thérapie de groupe avec Tremblay, je n'en revenais toujours pas. Et je n'en revenais encore moins de lui avoir dit qu'il était un bon prof'. Rien qu'à cette idée, un frisson me parcouru l'échine. Maintenant, je n'avais plus qu'à redescendre les 8 étages pour ensuite continuer mon devoir d'Astronomie en me débattant avec des termes que je ne comprenais pas. Belle fin d'après-midi en perspective.

Et c'est alors que je marchais au détour d'un couloir que je l'entendais. Cette voix, facilement reconnaissable par sa lenteur et sa frigidité, appartenait sans aucun doute à Draco L. Malfoy. Et cela ne présageait sans doute rien de bon pour la personne à qui il parlait. C'est ainsi que je décidais d'aller fourrer mon nez dans la conversation, histoire d'y ajouter mon petit grain de sel habituel. Je tournais donc à gauche, pour finalement observer le serpentard en train de faire son malin face à un poufsouffle de première année. Il se choisissait toujours des cibles faibles et facilement impressionnables, à croire qu'il ne cesserait jamais de prendre exemple sur son père. Je m'approchais alors des deux élèves, et m'adressais à Draco dans un de mes sarcasmes habituel.

— Woh. Je vois que tu t'es choisis un adversaire de taille.

Je lançais un regard au petit, arquant un sourcil d'un air réprobateur en voyant une larme rouler sur sa joue. Je ne comprendrais jamais pourquoi ils se laissent avoir aussi facilement. Ce n'était qu'un 7ème année, serpentard, et fils d'un ex-mangemort après tout. Rien de bien effrayant. Les petits devraient être capables de lui tenir tête, ce n'était pas très compliqué. Mais bon. D'un mouvement de tête, je lui faisait signe de partir. Je ne comptais pas le laisser entre les griffes de Draco plus longtemps. Il n'y avait rien de divertissant à le voir martyriser des gosses. C'était bien plus drôle lorsqu'il prenait Potter pour cible, puisque dans ces moments là, le combat en valait la peine. Et puis, il fallait bien avouer que leur confrontations étaient toujours très divertissantes.

— Qu'est ce qu'il t'as fait celui là? Si ce n'est respirer le même air que toi.

made by LUMOS MAXIMA

_________________


(c) P!A
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Préfet Serpentard
Messages : 1551
Pseudo : Sideris aka Estelle


MessageSujet: Re: oh please, stop that ► ft draco malfoy   Mar 4 Aoû - 18:32



   
   Drago & Alexis
   Oh please, stop that
People think we had a love-hate relationship. Well, I did not love him, nor did I hate him.
We had mutual respect for each other, even as we both planned each other’s murder.



E
n cette journée pluvieuse, Drago avait choisis de se rendre dans la salle d’étude afin d’entreprendre son devoir d’Astronomie plutôt que de sortir dans le parc frais et humide. Il avait un sale caractère ce qui ne l’empêchait pas d’être bon élève à la fois. Après la lecture de quelques livres et de ses cours, et après un ou deux rouleaux de parchemins écrits, il put enfin sortir de cette torture avec Crabbe et Goyle.

Ils n’avaient pas cours pour le moment, et en traversant avec lenteur les couloirs, le grand blond trouva un certain intérêt à la vue qu’offrait l’une des grandes fenêtres. Le ciel était sombre, la pluie battait son plein et il pouvait apercevoir des capes sombres parcourir à la vitesse de l’éclair le parc pour rentrer au plus vite dans la chaleur du château, sans doute revenant d’un cours de Botanique ou de Soins aux créatures magiques.

Des éclats de voix se firent entendre dans son dos, Drago surprit d’ailleurs une conversation des plus intéressantes et les rires et commentaires de ses deux acolytes. Doucement, il se retourna pour s’appuyer sur le rebord de la fenêtre et admira la scène. Deux élèves de première année de la Maison Poufsouffle étaient en pleine conversation quant à leur examens ratés et à la difficulté d’être entré, il y a peu, dans le monde des sorciers. Crabbe et Goyle ne se retenaient pas de leur rire au nez et de leur lancer des remarques des plus désobligeantes. Les deux première année s’étaient arrêtés, surpris – à moitié surpris – par tant de méchanceté gratuite de leur part. Pour le moment, le Serpentard avait observé en silence. Il y a quelques années encore, son rire se serait déjà mêlé à ceux de ses deux amis, mais avec le temps Drago s’était quelque peu assagit, ou, en tout cas, avait gagné en discipline et en calme, sans pourtant avoir perdu de son côté froid. Les bras croisés et son dos toujours appuyé contre le mur derrière lui, son habituelle voix glaciale, ironique et lente à la fois se fit enfin entendre.

« Décidément, Poudlard va vraiment au plus mal, encore deux qui ne se conduisent pas comme de vrais sorciers… Heureusement que le monde de la magie ne regorge pas seulement de… sorciers ? tels que vous. »

Alors que ses yeux gris-bleus se faisaient de glace, un sourire naquit sur son visage pâle pendant qu’il voyait très nettement le visage des deux enfants se décomposer. Malgré le temps qu’il faisait dehors, ce couloir n’était pas bondé d’élèves sans occupation. Alors Drago remarqua rapidement une jolie tête blonde et une voix qu'il reconnaîtrait entre mille. Alexis Rosier.

« Woh. Je vois que tu t'es choisi un adversaire de taille. »

Il observa la Serpentard sans dire un mot jusqu’à ce qu’elle se postât devant eux pour finalement lancer un regard aux deux petits garçons qui en profitèrent pour déguerpir. C’est à ce moment que Drago perdit son horrible petit sourire, figé sur son visage quelques secondes auparavant. Que faisait-elle encore là ? Pourquoi s’était-elle sentit obligée de briser la seule occupation qu’il s’était trouvé ? Et surtout, diable pourquoi devait-elle toujours se trouver dans ses pattes pour lui gâcher l’existence ? Il la connaissait depuis longtemps. Ils avaient ainsi, au cours du temps, tissé des liens sûrs parfois partagés entre amitié et haine. Alexis trouvait toujours une bonne occasion de réprimander Drago quant à son comportement et de le remettre à sa place. D’ailleurs, c’est en partie pour cela qu’il l’appréciait, elle lui tenait tête, ce qui avait tendance, paradoxalement, à le mettre en colère. Il n’était jamais bon de croiser ces deux-là en pleine confrontation. Quiconque pourrait en ressentir la tension et les foudres. Les deux blonds aimaient à s’en mettre mutuellement plein la figure.

« Qu'est ce qu'il t'a fait celui-là ? Si ce n'est respirer le même air que toi. »

A ses mots, Drago se redressa pour lui faire face tout en gardant les bras croisés.

« C’est déjà bien assez, tu ne trouves pas ? Et toi, Rosier, aurais-tu oublié ton sens de l’humour ? Ou ton sale caractère a-t-il finalement prit définitivement le dessus sur le reste ? »

Ses yeux clairs étaient plantés dans les siens et malgré sa stature sévère, ses premiers la démentaient. En eux brillait une lueur d’amusement et de défi.
WILDBIRD

_________________

THERE'S DAGGERS IN MEN'S SMILES
There the grown serpent lies. The worm that’s fled hath nature that in time will venom breed ; no teeth for th' present.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Capitaine Serpentard
Messages : 1868


MessageSujet: Re: oh please, stop that ► ft draco malfoy   Mer 12 Aoû - 4:08

Oh, stop it

tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man, boy. but for now it’s time to run.


— Et toi, Rosier, aurais-tu oublié ton sens de l’humour ? Ou ton sale caractère a-t-il finalement prit définitivement le dessus sur le reste ?
— Nan, j'ai simplement dû le laisser dans un recoin du château, non loin de ta dignité.

C'était du tac au tac que je lui répondais, sans même ciller ou hausser le ton. Je n'en avais pas besoin, de toute façon. La froideur et les sarcasmes en tout genre nous connaissaient bien. C'était d'ailleurs devenu si fréquent que les élèves du château s'étaient vite mis en tête que nous nous détestions. Il est vrai que Drago n'était pas la plus sympathique personne en ce bas monde, ni la plus tolérante, et que je lui foutrais bien souvent un pied au cul pour le remettre à sa place, mais non. Je ne le détestais pas, tout comme je savais pertinemment qu'il ne me détestait pas non plus. Quelque part, il se doutait peut-être que je m'inquiétais simplement pour lui. Depuis le temps que l'on se fréquentait, j'avais eu le temps de m'y attacher, et l'idée qu'il puisse devenir un pâle doublon de son père m'avait toujours beaucoup agacé. Non pas que Lucius n'ait que des mauvais côtés, mais Drago s'était toujours évertué à n'imiter que ces derniers. Lâcheté, intolérance, méchanceté gratuite, trop haute estime de sois, et j'en passe. Fort heureusement, il avait tout de même aussi hérité de sa prestance. Parce que oui, ne nous mentons pas : Mr. Malefoy a la classe. Mais revenons à nos moutons. Ce n'était qu'après quelques instants que je remarquais la présence des deux Gorilles, qui pourraient pourtant difficilement passer inaperçues étant donné leur taille, que ce soit en hauteur ou largeur. Le fait étant, je les considérais plus comme des meubles que comme des êtres vivants à part entière. Les être vivants sont sensé être doté d'un cerveau, n'est ce pas? Je leur lançais alors un regard peu amical, dénué de tout intérêt pour eux, puis je me tournais à nouveau vers Drago.

— Au fait. Prochaines vacances : Rosier, Parkinson et Malefoy à la maison. Ma mère semble vouloir fêter l'union de nos familles autour d'une bouffe. annonçais-je en levant les yeux au ciel, Un conseil, amène quelque chose pour pimenté le jus de citrouille. La soirée va être très longue.

Puisque oui, nos familles allaient bel et bien s'unir. C'était absolument tordu lorsque l'on y pensait, mais si lui et Pansy se mariaient, et que je me retrouvais avec Alexander, le demi-frère de Pansy, cela ferait de moi la belle soeur de Drago. Quel bordel. Et dire que j'avais donné mon accord pour un mariage arrangé avec ce sociopathe de Parkinson. J'avais beau être plus que tolérante envers les moldus ou autre sang-mélés, je n'avais aucune envie de détruire la fière lignée des Rosiers en donnant naissance à un impur. Et de toute façon, je me doutais bien que j'allais terminer mes jours seule et aigris, dans l'incapacité à me trouver quelqu'un qui m'aime et que j'aime en retour, alors bon. Cet union était un compromis comme un autre. Je m'en fichais pas mal, au final.

— Tu meurs sûrement d'impatience à l'idée de devenir mon beau frère.

L'ironie ne se faisait peut-être pas sentir dans ma voix monotone, et pourtant, elle était belle et bien là. Nous allions, un jour, être de la même famille lui et moi.

made by LUMOS MAXIMA

_________________


(c) P!A
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Préfet Serpentard
Messages : 1551
Pseudo : Sideris aka Estelle


MessageSujet: Re: oh please, stop that ► ft draco malfoy   Dim 20 Sep - 22:55



   
   Drago & Alexis
   Oh please, stop that
People think we had a love-hate relationship. Well, I did not love him, nor did I hate him.
We had mutual respect for each other, even as we both planned each other’s murder.



L '
ironie tinta de sa voix telle une mélodie plutôt sinistre.

« Nan, j'ai simplement dû le laisser dans un recoin du château, non loin de ta dignité. »

A ces mots, Drago lâcha un petit rire jaune, ironique. Comme lui, Alexis avait du répondant, sans quoi il la trouverait trop ennuyeuse pour lui accorder ne serait-ce qu’un quelconque petit intérêt et ne lui adresserait dans ce cas pas la parole. C’est pourquoi leurs collisions, en plus de l’énerver au plus haut point, l’amusaient par la même occasion. Le garçon avait toujours préféré fréquenter des personnages avec du caractère, des opinions, surtout si elles étaient communes aux siennes.

« Oh, ma dignité va très bien. Mais parlons de la tienne, qui semble inexistante lorsque l’on observe ton comportement de névrosé jour après jour. Tu devrais revoir tes fréquentations. »

Il y allait un peu fort, il s’en rendait compte, surtout si l’on considérait qu’elle était censée être une amie de longue date. Mais il s’en contre-fichait et surtout savait pertinemment qu’elle ne serait pas vexée, en tout cas pas pour si peu. Toujours dans l’envie de se lancer d’innombrables pics et d’enfoncer l’autre toujours encore un peu plus, ils ne pouvaient se permettre de laisser l’autre avoir le dernier mot et ne pouvaient s’empêcher de répondre à chaque fois, leurs petites querelles pouvaient donc parfois durer longtemps. Ce genre de langage, de mots crus, étaient devenus une habitude, si bien qu’ils pourraient venir à se demander s’il  ne s’agissait pas en fait de sortes de déclarations quant à leur affection qu’ils avaient l’un pour l’autre.

Depuis l’arrivée de la blonde et depuis que les hostilités étaient ouvertes, Drago fixait d’Alexis dans les yeux. D’abord d’irritation et d’agacement, puis d’amusement. A vrai dire, il aimait à observer les pupilles claires de sa camarade trahir ses propos qu’elle voulait cruels mais qui ne le touchaient absolument pas. Ainsi, par la même occasion, il remarqua facilement le regard peu aimable qu’elle lança à ses deux amis. Il savait très bien qu’elle ne pouvait les supporter, dieu savait à quel point elle avait pu le lui répéter. D’ailleurs, il se trouvait être dans le même cas. Leurs familles respectives se connaissaient depuis longtemps, se fréquentaient encore régulièrement bien que l’époque de leur rencontre à Poudlard étant révolue. Alors, c’est presque comme si on l’avait forcé à grandir avec eux. Et bien que n’étant pas les personnes les plus intelligentes et droites qu’il connaissait, ils avaient par conséquent tissé quelques liens. Après tout, ils se connaissaient depuis toujours, et on pouvait rarement en voir un sans les deux autres. Alexis et Drago aussi se connaissaient depuis toujours. Mais avec elle c’était différent. Avec elle, ils n’étaient pas toujours collés l’un à l’autre et encore moins dans le seul but de jouer aux langues de vipère. Elle, était beaucoup plus intelligente que ça et ne le suivait pas comme un simple petit toutou. Elle était assez intelligente pour se faire ses propres opinions, remarquer chez lui les traits de personnalité que personne n’aimait dont elle était la seule à lui en faire part. Elle ne se gênait pas, elle le considérait autrement que les autres.

« Au fait. Prochaines vacances : Rosier, Parkinson et Malefoy à la maison. Ma mère semble vouloir fêter l'union de nos familles autour d'une bouffe, annonça-elle une fois que son regard fût revenu à lui. Un conseil, amène quelque chose pour pimenter le jus de citrouille. La soirée va être très longue. »

A l’entente de ses mots, le jeune sorcier considéra que la conversation devenait un peu trop privée et osa un regard vers Crabbe et Goyle.

« Retournez à la salle commune, je vous y rejoins, » leur indiqua-t-il simplement.

Ils s’échangèrent d’abord entre eux un regard d’incrédulité quant à son brusque changement d’attitude envers eux mais acceptèrent sans rechigner pour finalement s’éloigner d’eux. Une fois qu’ils furent assez loin des deux blonds, son visage refit à celui d’Alexis alors qu’il lâcha un peu soupir.

« On ne pouvait rêver mieux, ironisa-t-il en levant les yeux aux ciels.
- Tu meurs sûrement d'impatience à l'idée de devenir mon beau-frère.
- Pas vraiment. Mais toi tu meurs sûrement d’impatience de t’unir à cet idiot d’Alexander. »

Malgré le fait qu’il voulait lui aussi absolument conserver une lignée des plus pures, il n’en mourrait pas d’impatience. Premièrement, parce que cela causerait bien trop de changements, des plus étranges, qui plus est. En effet, il ne voulait pas d’Alexis, son amie d’enfance, et il s’était habitué à cette simple relation, comme belle-sœur. Ensuite, cela voulait dire qu’Alexander serait lui aussi son beau-frère et il en avait déjà assez de lui à travers les plaintes constantes de Pansy, la jeune fille ne le portant pas dans son cœur. A vrai dire, Drago ne l’aimait pas beaucoup non plus. Il savait depuis longtemps qu’il serait destiné à Alexis mais il avait souvent connu le garçon en tant que séducteur très sûr de lui. Ce qui ne lui plaisait guère, autant pour son amie que pour la fierté et l’honneur de leur future famille. Drago Malefoy n’était pas un exemple, il était mal placé pour donner des leçons à ce propose, pourtant, bien que ne partageant pas les sentiments que Pansy éprouvait à son égard, il s’efforçait toutefois de rester droit et noble.

« Tu vas toi aussi enfin connaitre les joies des Parkinson, » dit-il avec amertume.
WILDBIRD

_________________

THERE'S DAGGERS IN MEN'S SMILES
There the grown serpent lies. The worm that’s fled hath nature that in time will venom breed ; no teeth for th' present.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Capitaine Serpentard
Messages : 1868


MessageSujet: Re: oh please, stop that ► ft draco malfoy   Jeu 24 Sep - 0:11

Oh, stop it

tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man, boy. but for now it’s time to run.


— Pas vraiment. Mais toi tu meurs sûrement d’impatience de t’unir à cet idiot d’Alexander.
— Tu sais à quel point j'adore les sociopathes. répliquais-je munie de mon plus beau sourire sarcastique.

Etait-ce une blague? Moi-même je n'en étais pas si sûr.  Lorsque l'on passait tant d'années avec les Serpentards, ou les gens les plus mentalement instables de l'école, on finissait par apprendre à vivre avec.  Bien que leurs complexes de supériorité et leurs semblant de régime dictatorial étaient parfois difficilement supportable, on s'y faisait en apprenant à les connaître. Ceux ayant grandis dans de grandes familles ont pas mal de responsabilités et, l'éducation infligées par leurs parents n'est pas toujours la meilleure. Elle est même parfois absente, les parents préférant laisser la responsabilité à des gouvernantes ou autres elfes de maison d'éduquer leur progéniture. Rien d'étonnant à ce que l'on soit déséquilibrés. Fort heureusement, tout les serpentards ne faisaient pas partie de grandes lignées de sang-pur et certain avaient été épargnés.

— Tu vas toi aussi enfin connaitre les joies des Parkinson.
— Estime-toi heureux d'être tombé sur Pansy, ça aurait pu être pire. répondais-je avant de reprendre d'un air le plus sinistre possible, Ca aurait pu être moi.

L'idée même d'être mariée à Drago me faisait frissoner d'horreur.  Non pas qu'il me dégoutait ou quoi que ce soit, au contraire. Mais c'était de Drago dont nous parlions là. Celui que je connaissais depuis ma plus tendre enfance et avec qui je passais maintenant les trois quart de mon temps à  me chamailler dans de magnifiques joutes verbales. (whut?) Il était donc irrationel de nous imaginer en tant que couple, et encore moins en tant que famille. Parce que oui, c'était ce à quoi menait un mariage : une famille. Nous aurions une ou deux têtes blondes aux yeux bleus, et tout le monde criraient à la consanguinitée en voyant une nouvelle lignée de Malefoy de ce genre. Sans tout ce bordel, je ne pourrais pas nier que nos gosses seraient les hériters les plus parfaits que l'on puisse imaginer, et que Drago aurait toujours été plus agréable que cet idiot d'Alexander. Mais, non. Je ne pouvais simplement pas l'envisager. Je tentais donc de faire sortir ces étranges pensées de ma tête en coupant court à cette conversation, pour finalement changer de sujet.

— J'ai un devoir à terminer.  Tu viens? lui demandais-je simplement avant d'emboiter le pas en direction de la salle commune. D'ailleurs, si tu sais quelque chose à propos de singularité gravitationnelle ou de grandeur positive intrinsèque... Mr Harrison était bien trop occupé à régler les problèmes émotionnels de Tremblay pour m'expliquer.

J'avais beau être passionée d'astronomie et être une élève des plus brillantes, je n'avais jamais rien compris a ce genre de notion bien trop théoriques à mon goût. Du moins, non pas que je ne comprenne pas, simplement : je n'écoutais pas. Il y avait quelque chose dans ma tête qui décrochait instantanément lorsqu'il s'agissait de termes ennuyeux.  Et peut-être que Drago, qui était toujours bien plus attentif que moi, pourrait m'éclairer.

made by LUMOS MAXIMA

_________________


(c) P!A
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Préfet Serpentard
Messages : 1551
Pseudo : Sideris aka Estelle


MessageSujet: Re: oh please, stop that ► ft draco malfoy   Lun 2 Nov - 20:12



   
   Drago & Alexis
   Oh please, stop that
People think we had a love-hate relationship. Well, I did not love him, nor did I hate him.
We had mutual respect for each other, even as we both planned each other’s murder.



A
lors que sa camarade mentionna l'idée de sociopathe, Drago haussa un sourcil. Lui était-ce implicitement destiné ? Il n’en était pas sûr. Mais avec elle il se méfiait de chacune de ses paroles ironiques, avec elle il s’attendait toujours à tout, avec elle il demeurait sans conteste sur la défensive. Il se dit que, de toute façon, Alexis était un spécimen très rare à elle seule. D’ailleurs, il ne la comprenait pas toujours, tant par les propos qu’elle pouvait avoir que par ses opinions et les décisions qu’elle pouvait prendre.

« Estime-toi heureux d'être tombé sur Pansy, ça aurait pu être pire. Ça aurait pu être moi. »

Il fronça les sourcils, d’abord stupéfait à ce qu’elle ait pu en arriver à ce genre d’hypothèse. En réalité, même si cela l’horrifiait presque, il ne savait pas réellement quoi en penser. Après tout, il s’agissait là de son amie, alors il n’y avait jamais songé. Le fait d’être fiancé à seulement 17 ans ne l’enchantait pas vraiment, alors être en couple avec Alexis Rosier, il ne fallait même pas y penser. Si c’était le cas, il imaginait que se produiraient d’innombrables disputes quotidiennes en conséquence de leur fort caractère, d’un côté comme de l’autre. A niveau-là, Pansy se montrait beaucoup plus calme quand elle ne lui reprochait pas de ne pas avoir assez d’attentions à son égard. Mais puisque, en y repensant, ce genre d’attitude de sa part était vraiment très fréquent, ils en venaient à avoir du mal à se supporter. Pourtant ce n’était pas le cas, lorsqu’ils étaient encore de simples amis. A cette époque, ils s’entendaient à merveille. Entre Alexis et lui, c’était le contraire. C’était comme s’ils n’avaient jamais pu se supporter. C’était comme si, déjà avant leur naissance respective, ils étaient voués à se chamailler sans cesse et sans retenue. Bien évidemment, c’était bien plus que cela, mais ils ne le s’étaient jamais dit. A croire qu’il s’agissait d’un sujet tabou, qu’ils avaient chacun décidé que ces altercations dureraient toujours. A croire que ce genre de mots ne faisait pas partie de leur vocabulaire quand il s’agissait d’eux, à croire que cela les gênait et qu’ils avaient aussi décidé de se le cacher. Même si au fond, chacun d’eux en avait sûrement conscience.

Cependant, cette théorie, à leur plus grand regret, se trouvait être des plus plausibles. Alexis auraient pu avoir l’actuel rôle que jouait Pansy si leurs parents en avaient décidé ainsi. Paradoxalement, elle paraissait également impossible aux yeux de Drago dans la mesure où Alexis ne partageait pas forcément les mêmes idéaux.

Un court silence s’était installé autour des deux blonds. Silence qu’Alexis brisa la première. Drago avait changé avec le temps, il n’était plus le même. Il était bien trop souvent dans ses pensées pour agir comme il aurait pu le faire il y avait encore quelques années. Souvent plongé dans ses interminables réflexions, il parlait beaucoup moins qu’auparavant. Mais il chassa rapidement, et presque avec un certain dégoût, les dernières images qui s’étaient dessinées dans son esprit quant à une alliance qui n’existait que par leur imagination.

« Aussi insupportable l’une que l’autre, » répondit-il simplement en un coup de grâce.

Il la vit s’éloigner. Leur nouvelle petite querelle prenait-elle vraiment déjà fin ? Il eut sa réponse. Elle se retourna une dernière fois sur lui et lui imposa sa proposition. D’abord, ses pas la suivirent et Drago resta silencieux, réfléchissant à sa demande.

« Je pense pouvoir t’aider au moins un peu. »

L’astronomie n’était pas une matière qu’il affectionnait particulièrement, pourtant, même s’il la considérait comme très peu utile, il ne cachait pas qu’elle pouvait se montrer intéressante. Et puis, puisqu’il s’obligeait à être attentif et sérieux dans ses études, autant y mettre au moins un semblant de motivation. De ce fait, en matière d’astronomie, il s’y connaissait quelque peu mais il sortait à peine d’une torture cérébrale face à un devoir compliqué justement de ce domaine et face à deux gardes du corps qui ne comprenaient pas grand-chose et qui étaient parfois un peu trop bruyants. Alors, aurait-il le courage de se plonger là-dedans une nouvelle fois ? Il n’en savait rien et verrait au moment venu.
WILDBIRD

_________________

THERE'S DAGGERS IN MEN'S SMILES
There the grown serpent lies. The worm that’s fled hath nature that in time will venom breed ; no teeth for th' present.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: oh please, stop that ► ft draco malfoy   

Revenir en haut Aller en bas
 

oh please, stop that ► ft draco malfoy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Drago Malefoy *
» Draco Malfoy (ralentissement indéterminé)
» (FAMILY) ENTOURAGE DE DRACO MALFOY 1/1
» ABANDON - ASTORIA GREENGRASS
» "it's you against me...Are you scared? " | Feat. Draco Malfoy

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
All was well ϟ :: Poudlard :: Le Sixième Etage :: Les Couloirs-