AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 Emrys - Are you paying attention?


Invité
avatar


MessageSujet: Emrys - Are you paying attention?   Mar 17 Fév - 19:33






Emrys Alexseï Dobrievski


- Petite citation -


Identité


Prénom(s) : Emrys, et Alexseï, résultat de parents originaux
Nom : Dobrievski, un rappel des plaines Russes
Date de naissance :  
Âge : 30 ans.
Année scolaire/métier : Professeur d'Histoire de la Magie !
Statut du sang : Sang mêlé
Statut social : Veuf et Endeuillé  
Orientation sexuelle : Pansexuel
Groupe : Professeur  
Avatar : Hugh Dancy


Caractère


Emrys est profondément humain. Certains qualifieraient ça comme une sorte d'empathie exacerbée, une qualité, un atout. Mais lui voit ça comme une sorte de punition. En effet, Emrys sent, il se met toujours à la place des autres, comprend et partage leurs sentiments. Et là où ça lui bouffe la vie, c'est qu'il perd souvent tout contrôle sur ses propres émotions. Quitte à se laisser influencer par le monde autour de lui.
D'un caractère profondément calme et posé, Emrys est une personne réfléchie et pragmatique. La matière qu'il enseigne lui ressemble bien à vrai dire ; le professeur aime les faits et les choses concrètes. Si plus jeune Emrys était un garçon gentil et altruiste, il se sent profondément trahi par le monde. Depuis le décès de sa femme, il n'a fait que se replier sur lui-même et est devenu profondément irascible et asocial. Pendant longtemps, sa dépression lui a fait perdre espoir et fait naître une violence en lui. Une sorte de boule de colère qui brûle sans cesse dans ses entrailles et qu'il tente de maîtriser le mieux possible.
Néanmoins, petit à petit Emrys recommence à voir les couleurs dans le monde. Il s'est rendu compte du mal qu'il avait fait à son entourage et à lui-même et souhaite à tout prix ne pas recommencer ; de fait, il reste assez distant avec les gens qui l'entoure.
Emrys se manque à lui-même. Le professeur aimerait terriblement redevenir la personne aimable et confiante d'avant et non l'homme brisé et torturé qu'il voit dans le miroir tous les matins. Aujourd'hui, il a conscience de l'instabilité de son caractère, mais espère réellement qu'enseigner pourra le remettre sur les rails.
Bien sûr, le prof n'est pas dupe. L'histoire de la Magie n'est pas la matière qui passionne le plus les élèves. Néanmoins, il n'est pas n'importe quel prof, et ça les étudiants vont vite le comprendre.

Histoire



Tu ouvres les yeux. Comme une fleur qui naît, tu t'imposes au monde un soir d'hiver, au milieu des plaines désertes et mugissantes de Russie. Tes parents sont fiers, si fiers d'avoir un fils. Papa n'est pas là, il est à la ville, a mendier quelques gaillons, tandis que ta mère te susurre un prénom à l'oreille. Emrys : celui de feu son père, un sorcier des bas quartiers Londonnien qui fut arraché à la liberté et jeté derrière les barreaux. Ta mère s'est effacée d'un monde qui l'étouffait, et c'est dans un marché couvert de Moscou qu'elle a rencontré celui qui serait ta figure paternelle. Cette haute stature aux yeux résolument clairs, à l'attitude forte. Cet homme qui même si tu ne le sait pas encore, causera ta perte et noircira ton cœur.

La maisonnette est assez précaire, mais il faut dire que dans ton village, les gens savent se contenter de peu. Tu n'as jamais vraiment compris pourquoi tes sorciers de parents sont allés se cacher dans un endroit aussi isolé -mais en fait, c'est parce que tu ne sais pas que ton père pari et dépense le peu d'argent que vous possédez. Depuis ton enfance, tu sais que ce n'est pas quelqu'un de fiable : au fond, tu ne l'as jamais réellement aimé, c'est un bel imposteur et votre parenté est ce qu'il y a de pire au monde.

8 hivers déjà, que tu vis dans la petite maison rouge. Tu navigues dans la vie sans apercevoir les fils ténus qui connectent toute les choses de manière logique. À tes yeux, le monde n'est qu'une vaste étendue de neige blanche en hiver et d'herbe verdoyante en été. Ta mère est intransigeante, et si elle te laisse aller à l'école avec les autres, le soir, elle t'oblige à parler Anglais correctement. "C'est pour ton futur" qu'elle dit en ébouriffant tes cheveux. Et au fond, toi t'es heureux de cette vie : de profiter de ta mère, de jouer avec les autres gamins, de réparer les fuites du toit avec un air fier. Ouais, tu aimes ton quotidien.

Mais si la vie t'apprendra bien un truc ; c'est qu'il y a toujours un moment où le fil se rompt.

Le vent siffle entre les planches mal jointes de la pièce où tu dors. La couette relevée jusqu'à la racine de tes cheveux noirs, tu essaies de tout ton cœur de ne pas entendre les cris de ta mère, même si la paroi qui vous sépare est bien trop fine pour que tu puisses y arriver. " мудак !" Une insulte crachée avec hargne : cette fois-ci, tu sens bien que ta mère ne lui pardonnera pas. Oui. Il a dépassé les bornes, l'homme à qui tu ressembles trait pour trait. Le peu d'argent que vous possédiez à disparu : il est responsable, tout le monde le sait. " Mais tu ne comprends pas дорогой, cette fois-ci, on va gagner ! Et on sera plus riche que jamais. On pourra se prendre l'appartement dont tu rêves.. Fais-moi confiance Bordel !" Sanglots qui heurtent la poitrine et griffent la gorge. Ta mère craque, tu le sens aussi bien que si t'étais dans sa peau. Verre qui se brise suivit d'un cri. Des coups et des griffures, des martèlements de pas et grognements.
Tu préférerais être au milieu du vent froid que de continuer à entendre la dispute faire rage, alors tes mains se plaquent sur tes oreilles, et intérieurement, tu sanglotes, pleures et hurle, priant pour que quelqu'un t'entende. Dans tes entrailles, la colère s'échappe, irradiant chaque centimètre de peau et de nerfs, atteignant un paroxysme dont ta nature calme ne se pensait pas capable. Puis, tout éclate. Les fenêtres se fissurent et se brisent, les éclats s'envolent. Qu'est-ce que tu as fait ? Boum, Boum. Grincement de la porte. Ton père te décoche la gifle la plus mémorable de ton enfance. Peut importe ; Tu ne prêtes pas attention à la brûlure, préférant largement regarder avec un sourire l'éclat de verre fiché dans la joue tremblotante de ton vieux. Tu as réussi ton coup.

Bon, ce n'est pas une surprise pour toi ; t'es un sorcier. Tu l'as toujours senti en toi, dans la partie de ton âme qui rêve trop. Mais en revanche, tu t'attendais à aller à Poudlard ; t'sais cette école dont ta mère t'avait vanté la magnificence, une larme à l'œil. Mais l'ego mal placé de ton paternel en décida autrement. Durmstrang ce serait, et Durmstrang ce fut.
Toi, l'enfant pur des plaines de Russie, détesta tout de cette école. Tu regardais d'un œil mauvais l'élitisme sorcier sang-pur prendre forme sous tes yeux. Et quand tes camarades apprirent que tu n'étais autre qu'un sang-mêlé, ils commencèrent à te traiter avec condescendance. Mais à chacun de ces moments, tu pensais fort à la vielle femme de ton village, Nouchka. Elle qui t'avait inculqué un savoir sur la vie et l'espoir. " Le monde sera hostile Emrys. Mais c'est à toi de voir la beauté là où les autres passent à côté. Si tu crois, sincèrement, alors tu n'auras jamais aucun doute."
Pour toi, cette femme valait mieux que ces gamins que tu supporta pendant 7 ans. Et si être comme eux voulait dire rejeter des Moldus comme Nouchka, alors tu refusais net en t’effaçant de tout ce qui aurait pu ressembler à une vie sociale. Toi, pendant 7 ans tu étudiais en espérant t'échapper de cet enfer.

18 hivers, diplôme en poche. Tu fourres tes rêves dans une valise et pars dans le monde sous le regard protecteur de ta mère. Ce qui t'a toujours passionné, c'est l'histoire du monde Sorcier. Connaître les choses qui ont existé pour comprendre le monde dans lequel tu vit. Tu es avide de savoir, alors tu visites ; coupe les frontières et éclate les continents. Soudain, l'époque où tu considérais ta plaine Russe comme vaste te semble bien lointaine. Grèce, Italie, Bulgarie, Albanie, Roumanie, Angleterre. Et puis y a l'Egypte.

T'as déjà 20 ans, le temps s'égraine au fil de tes pas, et tu commences à comprendre que la vie est courte. C'était un samedi ; tu voulais juste aller visiter les pyramides. Mais jamais tu n'aurais pensé que ton guide te fausserait compagnie et que tes pas se perdraient dans le désert. T'as soif et trop chaud. Allongé sur le sol aride, pantelant ; tu sais que tu vas crever si personne ne vient t'aider.
Puis elle se dessine, sa figure, elle et ses cheveux roux qui tombent en mèches folles devant ses yeux noisette. Tu plisses difficilement les paupières tandis que ses doigts se posent sur tes lèvres craquelées, et avec un petit sourire, elle te tend une gourde. Tu lui prends sa main pour la remercier, et finalement, décides de ne plus jamais la lâcher.

Emilia. Son nom est Emilia, et même si tu galères à baragouiner quelques mots dans un Anglais correct, elle te comprend. Dans tes yeux, on lit l'amour comme dans un livre : tu veux passer le reste de tes jours avec elle, tu veux garder sa main dans la tienne pour toujours. Tu lui promets les soleils, les lunes et les océans.
Finalement à 24 ans, tu vis à Paris avec elle dans un petit appartement de Pigale, vous êtes mariés et sur le point de fonder une famille.

Soir d'automne. Minuit. D'un geste nerveux, tu déserre la cravate qui t'étouffe. Il fait anormalement chaud pour un mois de septembre, et tu n'as qu'une hâte ; aller te réfugier dans les bras de ta femme. La raison pour laquelle tu t'es absenté ces trois dernières semaines n'est un mystère pour personne. Ton père est décédé.
À l'enterrement dans ton village russe, il n'y a que deux personnes qui n'ont pas pleuré : ta mère et toi. Solides sur vos pieds, les visages fermés, vous n'avez pas tressailli d'un pouce.

Tu te sens pousser des ailes quand tu grimpes les escaliers. Dans ta tête, son nom tourne en boucle ; Emilia. Emilia. Emilia. Mais quand tu arrives devant la porte, ton cœur se glace. Poignée cassée, bâtant de la porte défoncée et marquée par quatre entailles profondes. Loup.
"Emilia ?" Ta voix sort, urgente, pressante, criblée par la peur. Tes pas se glissent à l'intérieur de l'appartement. Puis tu la vois : sa belle peau tranchée et saignante, les yeux gisant dans le vide. Plic. Ploc. Les gouttes carmin glissent contre les murs, forment en une épaisse flaque rougeâtre où gît son cadavre. Ta femme, ton bébé. Ta vie. Tu trembles, et soudain, c'est le noir. Suffoquant, criant et pleurant. Tu t'effondres contre son cadavre, tu implores toute la magie, tous les dieux. Mais son corps reste résolument froid. Son sang imbibe ta chemise, et tu restes là par terre, à lui tenir la main. Pour toujours.

"Mama,
Je sais que tu as peur pour moi.. Mais .. Je vais mieux. J'ai reçu une proposition, un poste de professeur à Poudlard.. Et je crois que je vais accepter. Il faut que je tourne la page, que..
Je suis doué dans ce que je fais, tu sais, je suis un bon prof. Du moins, je l'étais. Et puis tu m'as tellement parlé de ce château. Oui, C'est sûrement ce qu'il y a de mieux à faire.
любовь
Emrys.



Surnom : Alekruche #Bae
Âge : 1500 ans
Comment avez vous connu le forum ? : Une licorne magique m'a guidée.
Comment trouves tu le forum ? : Pfeeuh, toujours aussi addictif et génial.
Un petit mot? : Je vais rater mon Bac à cause de voooous !

MADE BY .ANGELUS


Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Emrys - Are you paying attention?   Mar 17 Fév - 19:36

O. M. G. Rebievenue. J'adore ton choix d'acteur. Je t'aime. Voilà. Comme d'habitude, en cas de questions toussa toussa, tu connais la maison.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Emrys - Are you paying attention?   Mar 17 Fév - 20:26

Hugh Dancy + prof d'histoire de la magie + russe = JE T'AIME. ♥
(rebienvenue au passage.)
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Capitaine Serpentard
Messages : 1872


MessageSujet: Re: Emrys - Are you paying attention?   Mer 18 Fév - 1:29

Ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii. I love you
Faisons des bébés.

Btw, le deuxieme prenom. Fufufufufu.

_________________


(c) P!A
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Emrys - Are you paying attention?   Jeu 19 Fév - 19:32

Merci los amigos ! Oui, HUGH HUGH HUGH

J'pense avoir fini :3 Déso pour le roman..
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Emrys - Are you paying attention?   Jeu 19 Fév - 19:47

Bienvenue à toi ! I love you
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Messages : 380


MessageSujet: Re: Emrys - Are you paying attention?   Jeu 19 Fév - 20:24





Bienvenue à Poudlard !


Et voilà la suite !




Bienvenue dans le monde du personnel de l'école ! Je suis certain que tu t'y sentiras à ta place et que tu t'y feras plein d'amis ! Puis, si tu ne trouves pas ce qu'il te faut, tu peux toujours créer la personne idéale d'un coup de baguette. Alors, entre le travail, les amourettes, et les rencontres, ton agenda va être des plus chargés. Mais de temps en temps, n'oublie pas de faire une pause. Sur ce, si tu as d'autre question, n'hésite pas à envoyer un hibou à l'administration. Bonne année à Poudlard !

Amicalement,
Le Choixpeau




MADE BY .ANGELUS


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://allwaswell.forumgratuit.lu

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Emrys - Are you paying attention?   

Revenir en haut Aller en bas
 

Emrys - Are you paying attention?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Theo ϟ If you think this has a happy ending, you haven’t been paying attention.
» ATTENTION ,HAUTE TENSION...
» Attention, araignées qui tuent ..
» Micro-ondes et WIFI: Attention
» Missive a l'attention de l’Archevêque Bénédictus

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
All was well ϟ :: Fiches de présentation-