AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 YOU CAN TELL THE WORLD ▬ alexis


Invité
avatar


MessageSujet: YOU CAN TELL THE WORLD ▬ alexis   Sam 7 Fév - 21:14

Tu traverses le couloir avec ta bonne humeur habituelle, un sourire aux lèvres à l'idée que tu vas passer du temps avec une amie. Tu as l'impression que ça fait une éternité que tu n'as pas vu Alexis, alors qu'au fond de toi tu sais que tu l'as croisé cette semaine. Mais il y a toujours des gens autour de vous, comme Jessie qui soupire à chaque fois que tu proposes une idée sans lien avec de l'alcool, ou des Serpentards qui n'approuvent pas forcément votre relation mais ça fait bien longtemps que tu ne fais plus attention à eux. Au final, tu te fiches pas mal de ce que peuvent penser les gens car tu considères Alexis comme faisant partie de ta grande famille et ça même si elle n'est pas à Poufsouffle. Tu as beau avoir une préférence pour toute personne répartie à ta maison, tu ne t'arrêtes pas à ce genre de détails que tu trouves indigne d'une personne civilisée. Alors quand tu as eu l'occasion de travailler avec elle dans la rédaction du journal de Poudlard, tu n'as pas hésité une seule seconde. Tu savais au fond de toi que ça ne pouvait que renforcer ce lien que tu appréciais tant.

Tu arrives donc dans le local qu'on vous a dédié, à vous qui avez décidé de prendre de votre temps pour cette tâche que tu trouves primordiale. Il y a toujours eu des journaux chez toi, Victoria. Bien sûr, la Gazette du Sorcier est celui qui se trouvait sur la table chaque matin. Tes parents sont tellement attachés au ministère – et encore plus depuis que ton oncle a obtenu son poste – qu'il paraissait impossible qu'ils ne le lisent pas. Et depuis toute petite, tu aimes ce métier. Parfois, tu t'es même mis que tu te lancerais dedans une fois Poudlard terminé. Tu iras sur le terrain parce que c'est ce que tu fais de mieux, le social. Tu parleras aux gens, chercheras à savoir ce qu'il y a d'extraordinaire dans leur vie. Et grâce à ton oncle, tu n'auras aucun mal à avoir ce poste. Mais tu n'aimes pas le piston, alors tu as mis cette idée de côté. Cette place revient sûrement à une personne la méritant plus que toi.

Tu t'approches du bureau d'Alexis qui est déjà là et tu y poses le dossier que tu tenais à la main, l'article sur lequel tu as travaillé ces deux derniers jours, quitte à le recommencer plusieurs fois. Tu cherches toujours à ne jamais décevoir les gens qui te font confiance Victoria, c'est dans ton caractère. C'est peut-être plus marqué chez toi que chez certaines personnes simplement parce que tu n'aimes pas être déçu. Même si tu le montres jamais, tu détestes te rendre compte que la personne à qui tu faisais confiance est incapable de faire les choses correctement. Évidemment, tu ne lui en tiens pas réellement vigueur, tu es trop gentille pour ça. Mais tu t'interdis de recommencer à lui confier des tâches, tu préfères le faire toi-même quitte à moins dormir. Alors là, c'est pareil.Tu ne supporterais pas qu'Alex ne soit pas satisfaite de ton travail. Bien sûr, il y a toujours des choses à redire et tu en as conscience. Mais il y a une différence entre des problèmes au niveau des détails et le fait que le fond soit merdique.

— J'espère que ça t'ira. J'ai un peu vu avec Bae hier soir, et normalement sa partie arrivera demain comme prévu. Du coup, je pense qu'on sera bon pour le numéro du mois prochain, t'en penses quoi ? Tu lui souris. Ça a toujours été ton moyen de montrer que tu tiens aux gens, que tu es heureuse de les voir. Et dis comme ça, ça peut paraître normale, banale, et ça l'est. Mais tu souris tout le temps Victoria, à croire que personne ne te gêne jamais et que tu aimes tout le monde. Sinon, Jessie a laissé sous-entendre que tu l'avais rejoint aux toilettes à une soirée. Je sais pas s'il disait ça pour m'emmerder ou quoi, et tu sais que je l'adore, mais rassure-moi Lex, il y a rien hein ? Ce n'est pas que tu aimes réellement les potins mais tu y vois surtout l'avantage d'apprendre des choses sur les gens auxquels tu tiens. Et c'est un peu le cas avec tes deux amis.

Tu te lèves pour te diriger vers le lecteur de vinyle pour mettre une chanson de Chuck Berry. Parce que tu adores cette chanson Victoria, et ça encore plus depuis que tu l'as vu dans Pulp Fiction. Tu bouges un peu, sans danser réellement, mais tu es heureuse. Tu fais finalement le tour du bureau pour attraper la main d'Alexis pour qu'elle t'accompagne et ça même si tu es nulle en twist et que tes pas restent très approximatifs. Tu n'as honte Victoria, tu te fiches pas mal de ce que pensent les gens surtout que là, la seule témoin de tes conneries n'est d'autre qu'Alex. Et Alex est ton amie, les amis ne jugent pas.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Capitaine Serpentard
Messages : 1855


MessageSujet: Re: YOU CAN TELL THE WORLD ▬ alexis   Ven 26 Juin - 18:51

You can tell the world

tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man, boy. but for now it’s time to run.

Assise à mon bureau, je fixais la pile de paperasse qui me faisait face sans même ciller. Nous avions une tonne de travail à préparer et, en tant que chef suprême de la rédaction il était de mon devoir de tout organiser. J'aimais ça, diriger, décider, mettre en ordre. Puis, j'étais plutôt douée pour ce genre de choses. Mais il fallait bien avouer que c'était parfois une grosse prise de tête, plus encore lorsque certains tardent à rendre leurs articles. Il était donc plus compliqué pour moi de choisir la couverture, le numéro des pages, ou ne serait-ce le titre, mais je me devais toujours de trouver une solution. Pour l'instant, tout allait encore bien, et je ne paniquais pas trop puisque la date limite pour rendre les articles se trouvait être dans quatre jours. En attendant, je pouvais toujours parfaire la mise en page, terminer mes articles, commencer à illustrer la couverture ect. Il me fallait simplement un peu d'organisation afin de savoir par où commencer.

Et voilà qu'elle entrait. Elle, la parfaite Victoria qui me ramenait évidemment son article la première. Oh, je ne l'avais pas choisis en tant que sous-rédactrice en chef pour rien. Je savais pertinemment que je pouvais lui faire confiance pour ne jamais faillir. Cette fille n'était pas humaine. Victoria était simplement incapable d'être désagréable, et plus encore, elle avait le pouvoir de gérer quinze activités à la fois sans pour autant s'emmêler les pinceaux. Alors qu'elle me tendais son article, je répondais à son sourire par un autre. La poufsouffle avait le don d'illuminer une pièce à elle seule.

— Nikel. Je lirais lorsque j'aurais terminer de classer ces pages là.

Je jetais un coup d'oeil à la pile de paperasse et soupirait un peu. En réalité, j'adorais ce job, et mes nombreux TOCs me poussaient à vouloir tout trier de toute façon. Je râlais plus pour la forme qu'autre chose finalement.

— Sinon, Jessie a laissé sous-entendre que tu l'avais rejoint aux toilettes à une soirée. Je sais pas s'il disait ça pour m'emmerder ou quoi, et tu sais que je l'adore, mais rassure-moi Lex, il y a rien hein ?
— Nan c'est vrai, je l'ai rejoins aux toilettes. Pour le border après qu'il se soit endormis dedans.


Je lançais alors un regard complice à Victoria, l'air de dire "Comme d'habitude." accompagné d'un petit sourire. Tout le monde l'aimait bien Jessie, moi la première mais voilà. Il était difficile de faire une soirée sans le retrouver mort à la fin, et c'était souvent Bibi qui se chargeait de faire le ménage derrière lui. Quoi que cela ne me dérangeait pas tant que ça, il fallait bien que je serve à quelque chose. Mais l'idée que Victoria puisse nous imaginer ensemble me faisait bien rire intérieurement.

La petite pouffy avait eu la bonne idée de mettre la musique en route. Chuck Berry, évidemment. C'était un peu notre hymne à toutes les deux, quand on y pensait bien. A peine les premières notes avaient démarré que je dansais déjà à moitié sur ma chaise, bougeant les épaules en rythme. Et voilà que Victoria venait me chercher pour aller m'amuser avec elle. J'avais du boulot, mais il m'était impossible de résister à l'appelle du twist. Alors oui, même si nous étions tout sauf des professionnelles, on essayait. Et c'était drôle. Je riais comme une gosse tandis que nous dansions sans même nous soucier de nos pas plus qu'approximatifs. Au milieu de la chanson, je m'étais même permise d'attraper la main de Vicky pour la faire tourner. Mais voilà. La musique s'était terminée. Quelque peu essoufflée et encore à moitié hilare,  je tentais de rappeler à mon amis ce pourquoi nous étions là en premier lieu.

— Meuf. On doit terminer tout c'bordel.

Monde cruel. Je grimaçais à la vision de mon bureau ensevelis sous une tonnes de parchemins. C'est donc sans grande conviction que je me laissais à nouveau tomber sur ma chaise, pour trier quelques papier. De la pile, j'en sortais quelques uns avant de les filer à mon acolyte avec un air désolé. C'était une liste d'idées que nous avions pu avoir pour les prochains numéro. Il fallait maintenant virer les mauvaises, et développer les meilleures.
made by LUMOS MAXIMA

_________________


(c) P!A
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
avatar


MessageSujet: Re: YOU CAN TELL THE WORLD ▬ alexis   Jeu 27 Aoû - 19:49

Tu ne comprends pas vraiment ce qui se passe à ce moment-là Victoria. Tu ignores la raison qui pousse tes joues à devenir un peu roses et ton cœur à s'emballer. Au moment où tu te rends compte que la présence de ton amie te trouble, tu préfères accuser mentalement Jessie d'avoir mis une substance bizarre dans ta tasse de thé que de chercher une raison logique. Ce serait plus simple pour toi, tu n'en doutes pas un seul instant. Tu refuses de t'avouer ce qui crève les yeux. Et pourtant, tu devrais faire face à la vérité, parce que c'est bien au moment où Alexis attrape ta main que tout prend une tournure bien plus compliquée. Tu comprends finalement ton empressement à venir travailler à la rédaction du journal, la joie dans laquelle tu évoluais à l'idée de passer du temps avec la Serpentarde. Tu te demandes à quel moment votre relation a changé. Jamais, te crie ton cerveau, parce que pour Alexis, tu resteras à jamais une bonne amie sur qui elle peut compter. Mais toi, quand as-tu commencé à la regarder autrement, à te dire qu'elle est un peu trop jolie avec ses longs cheveux blonds qui la font ressembler à une princesse tout droit sortie d'un conte de fées ?

Tu lui souris en retour. Votre danse t'a épuisée et pourtant, tu aimeras continuer toute la journée. L'idée de passer du temps avec Alexis sans qu'il n'y ait derrière la moindre obligation te plaît, tu ne peux pas le nier. Mais elle te rappelle à l'ordre, elle la rédactrice en chef du journal de l'école. Elle te tend des dossiers que tu acceptes avec ta joie habituelle. Tu aimes aider Victoria, mais tu te demandes si ce n'est pas toi que tu devrais servir aujourd'hui. Tu t'imagines déjà sortir en courant de la salle, errant dans les couloirs à la recherche d'une âme charitable. Dans ta tête, tu te passes toutes les solutions possibles, tu ignores à qui tu pourrais parler de ça. Incapable d'en parler à Adam – tu t'imagines mal lui dire que tu craques sur sa cousine après que vous ayez couché ensemble – tu ne te vois pas non plus te confier à Alek. Pourtant, tu sais que ce serait clairement celui qui te comprendrait le mieux. Ton meilleur ami est la personne la plus précieuse à tes yeux, en partie parce qu'il sait toujours quoi dire pour te rassurer. Tu en aurais besoin, plus que jamais. Tu ouvres le dossier pour le parcourir des yeux, même si tu restes bien incapable de te concentrer.

Tu lui lances des regards en coin, presque honteuse. En réalité, tu as peur qu'elle ne comprenne ce qui te passes à travers la tête à ce moment précis, alors que même toi serait incapable de mettre un mot dessus. C'est peut-être pour ça, te dis-tu, que tu es si obsédé par l'idée qu'elle puisse sortir avec Jessie. Ton subconscient aurait réalisé avant toi l'attirance que tu portes à la blonde. Tu baisses les yeux, honteuse, avant de te reprendre. Tu es Victoria Powell, tes parents t'ont appris que peu importe les difficultés que tu rencontreras, tu devras accomplir les tâches qu'on t'a confiées à la perfection.

— Euh, oui. Tu parais gênée, et tu ne peux t'empêcher de te dire qu'elle va finir par comprendre ce qui se passe dans ta tête. Tu te replonges donc dans le dossier, un crayon à la main, pour barrer et annoter les pages du cahier. J'aime beaucoup cette idée. Je pense qu'elle plairait à Bae aussi, il voudra peut-être s'en occuper ? Tu parles vite Victoria, comme lorsque tu es stressée. Pourtant tu te dis que ça devrait bien se passer, qu'elle ne peut pas savoir. Personne ne le peut en fait. Et puis de toute façon, ce n'est sûrement qu'une passade. Tu tentes de te comporter le plus naturellement possible. Ensuite, pour le reste, je peux te donner ça demain peut-être ? Au repas de midi. J'ai une heure de libre demain matin alors je pourrais travailler et voir avec Paige.

Tu aimes l'organisation plus que toute chose sur terre, et même si les gens disent souvent de toi que tu ne fais que courir d'une activité à l'autre, tu aimes cette routine qui s'est installée dans ta vie. Tu connais par cœur, non seulement ton emploi du temps mais aussi celui de la plupart de tes amis pour être sûr de passer le maximum de temps avec eux, tout en optimisant ton temps de travail. C'est de cette façon que tu arrives à t'accorder quelques heures de repos, et des nuits de sommeil bien méritées.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Capitaine Serpentard
Messages : 1855


MessageSujet: Re: YOU CAN TELL THE WORLD ▬ alexis   Jeu 13 Oct - 22:48

You can tell the world

tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man, boy. but for now it’s time to run.


— Ensuite, pour le reste, je peux te donner ça demain peut-être ? Au repas de midi. J'ai une heure de libre demain matin alors je pourrais travailler et voir avec Paige.

Wowowoooh. Elle nous faisait quoi là, la petite Vicky? Je savais parfaitement qu'elle débordait d'énergie H24, que ses idées et sa bonne volonté fusaient toujours en tout sens. Mais, je ne l'avais encore jamais vu avoir un débit de paroles aussi élevé. Ou peut-être à de rares occasions, lorsque l'on attend les invités d'un soirée que l'on s'est donné du mal à organiser, incertaines qu'ils ne se pointent, par exemple. J'en déduisais donc qu'elle était probablement stressée. Je lui avais dis plusieurs fois, de ne pas se mettre la pression à ce point, avec toutes ses activités. Mais non ! Mademoiselle Victoria veut toujours être partout, et tout faire à la fois. Et voilà que maintenant, je m'inquiétais pour elle. Il fallait agir. C'était donc très doucement, sans la brusquer, que je lui reprenais la feuille des mains. Je devais bien avouer : j'avais un peu peur qu'elle ne grogne, ou me morde, à l'idée d'avoir du taff en moins.

— Tu sais, t'as aussi le droit de souffler un peu, et de faire une pause. Pendant ton heure de libre par exemple? lui disais-je d'une voix peut-être un peu plus douce que d'habitude. Je vais me charger de ça.

Je rangeais alors la feuille dans mes dossiers, notant dans un coin de ma tête qu'il fallait que je m'en occupe après l'entrainement de Quidditch de ce soir. De toute façon, Victoria faisait déjà assez pour moi comme ça. Je n'avais aucune envie de la noyer sous une tonne d'articles alors qu'elle semblait déjà au bord du craquage.

— Parfois, j'me dis que Jessie pourrait t'apprendre à ne rien faire. Un stage de "j'men-foutisme".

Je souriais un peu, en coin. Ouais, Jessie savait parfaitement faire ça, ne rien faire. Quoi qu'il serait capable d'avoir la flemme de ne rien faire. Mais l'idée de "Maître Jessie-le-branleur" donnant des cours de Balek à Victoria me paraissait plutôt ridicule.

made by LUMOS MAXIMA

_________________


(c) P!A
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
avatar


MessageSujet: Re: YOU CAN TELL THE WORLD ▬ alexis   Lun 31 Oct - 22:55

Ton cœur s'affole. Tu ne sais pas si c'est parce qu'elle se montre d'une douceur inhabituelle, mais ce traite rate un battement et toi, tu ne t'es jamais sentie aussi stupide de ta vie. Ce n'est qu'un contact, te répètes-tu silencieusement alors que tes doigts brûlent encore là où elle les a frôlé. Ce n'est ni la première fois, et tu l'espères, ni la dernière. Tu comptes ces contacts que vous avez comme si ta vie en détendait. Tu pries chaque jour pour qu'ils arrivent, comme s'ils étaient ta bouée de sauvetage, ta façon à toi de lâcher l'espace d'un instant le stress du quotidien. Tu dois avoir l'air pathétique, à ressentir un quart de seconde comme une minute, à sourire comme jamais parce qu'elle t'a touché la main. Tu te demandes constamment ce qui se passe. Pourquoi elle, pourquoi toi ? Pourquoi une fille, une blonde, une personne avec qui tu n'auras jamais la moindre chance ? Et inconsciemment, tu t'en veux. Tu ne devrais pas l'inquiéter. Tu es celle sur qui Alexis doit pouvoir compter peu importe l'heure, peu importe ce qui viendra. Tu te dois d'être présente pour elle, de transformer ces sentiments brouillons en une énergie suffisante pour lui être utile et non de l'inquiéter. Elle mérite mieux que ça Alex, tout comme elle aura bien mieux que toi.

— Mais je souffle. Tu te défends, une moue à moitié boudeuse sur le visage. La vérité, c'est qu'elle n'a pas tort. Tu ne te laisses jamais assez de temps pour toi mais c'est ainsi qu'on t'a élevé Victoria. Tu serais incapable de penser à toi alors que des élèves de ta maison pourrait nécessiter ton aide. Tu dois être pour eux ce qui se rapproche le plus d'une mère, une grande-sœur, un modèle et plus encore. Vraiment Alex, t'inquiète pas pour moi. Je peux le faire. Peut-être que ce sont les autres qui ont raison, que tu as un problème à vouloir aider tout le monde de cette manière. Mais elle, c'est différent. Si elle t'a fait assez confiance pour te donner un poste aussi important, tu dois lui faire honneur – surtout que tu ferais tout pour ses beaux yeux, et ça tu le sais très bien. Sauf que ça, elle ne le sait pas et tu te passeras bien de lui dire, surtout qu'elle aborde à nouveau un sujet un peu trop difficile. Jessie. En réalité, tu es presque jalouse de la relation qu'entretiennent les deux plus vieux – mais tu ne dis rien, après tout le blond n'a pas eu de chance dans sa vie et tu devrais être heureux qu'il ait quelqu'un d'aussi génial qu'Alexis comme amie. Sauf que ça te blesse toi. Tu aimerais qu'elle parle de toi aussi souvent qu'elle parle de lui. Tu aimerais sa considération, tout autant que son amour. Je vais m'en passer. Jessie fait assez rien pour deux. C'est aussi bien méchant que gratuit et tu regrettes tes mots à la seconde où tu les prononces. Après tout, le blond a perdu des êtres chers et juste pour ça tu lui excuses chacun de ses abus. Mais tu ne peux t'empêcher d'être jalouse, ce sentiment que tu n'as quasiment jamais connu, alors que son nom paraît si doux dans la bouche de la blonde.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: YOU CAN TELL THE WORLD ▬ alexis   

Revenir en haut Aller en bas
 

YOU CAN TELL THE WORLD ▬ alexis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» QUI EST JUDE CELESTIN ? POURQUI ET PKWA LUI ET NON PAS ALEXIS ?
» CNN: Food prices rising across the world
» Vente Elysien Forge World (GI)
» Rock My World
» Forge World

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
All was well ϟ :: RP :: RPs abandonnés-